Premier effet quantique à l’échelle visible

L’expérience du chat de Schrödinger en vrai ? Un chat sans doute pas, mais un objet inanimé visible à l’œil nu, c’est fait.

Le chercheur Aaron O’Connell et ses collègues de l’Université de Californie, Santa Barbara, ont en effet réalisé une expérience sur un objet de 60 micromètres – petit certes, mais visible sans recours à un microscope – démontrant qu’il peut en même temps osciller et ne pas osciller. L’effet en lui-même est inféré car invisible en tant que tel, du fait que l’acte d’observation en soi éliminerait l’état de superposition.

L’expérience fut montée en utilisant un qubit, minuscule circuit électrique superconducteur refroidi à 25 millikelvin, permettant de mesurer par résonnance l’état de la cible. Mesure qui ne dura que quelques nanosecondes, mais ce fut suffisant pour faire la démonstration : le nombre de fois ou la cible était en oscillation et ou elle ne l’était pas correspond bien à ce qu’indiquent les règles de probabilité de la mécanique quantique.

Le but de ce type d’expérience est de démontrer qu’il n’y a pas de différence fondamentale entre le monde microscopique soumis à l’influence quantique et le monde macroscopique qui ne l’est pas – en apparence. L’idée est que les objets macroscopiques sont tout autant « quantiques » que les autres, mais sont gelés dans un état ou dans un autre (cad sans superposition) du fait des perturbations environnementales du monde macroscopique. Le problème est d’isoler les objets totalement, et plus l’objet est grand, plus c’est difficile.

Source: Newscientist.com