Higgs, LHC et Tevatron: la méga-bourre

Le LHC a été conçu, en partie, pour trouver le boson de Higgs (dernière particule issue du Modèle Standard de la Physique encore non-identifiée, et – selon ce modèle –  à l’origine de la masse des particules).
Il a été construit sur base du postulat d’un Higgs “lourd” impliquant des énergies inaccessibles aux accélérateurs de l’époque (LEP et Tevatron). Le LHC est théoriquement capable de trouver des particules jusqu’à 800 GeV/c².
Mais le vaillant Tevatron du Fermilab à Chicago, profitant de la longue panne du LHC survenue à son démarrage en 2008, a depuis lors mis les bouchées doubles dans le développement d’algorithmes de détection et est parvenu à limiter la masse du Higgs dans des marges plus étroites, qui sont actuellement de 114 à 158 GeV/c² ou de 175 à 185 GeV/c². Autrement dit la probabilité que le Higgs soit en fait relativement léger a nettement augmenté ces derniers temps, et surtout cela remet le Higgs à portée du Tevatron!
Inutile de dire que la course est lancée entre les deux machines, même si des ponts existent évidemment entre les deux équipes. Le Tevatron est supposé fermer en 2011, mais ses succès récents ont relancé une demande de financement jusqu’en 2014 – le temps de définitivement répondre à la question de l’existence, ou non, du Higgs. D’autant que le prochain arrêt du LHC pour maintenance lourde est prévu pour 2011.

Il sera également intéressant de voir si la théorie de l’influence du futur de Holger Bech Nielsen et Masao Ninomiya semble vouloir s’appliquer…

Source: CEA – Institut de recherche sur les lois fondamentales

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>