Bank Run: ne pas se tromper de cible…

La formule de Cantonna est évidemment sympathique et des articles tels celui de Michel Collon résument assez bien les bizarreries du système financier actuel. Je suis de ceux qui pensent que ce système est contre-productif en termes de développement d’économies locales fonctionnant au bénéfice de la société (voir ces articles par exemple) mais s’en prendre aux banques de détail qui n’ont de toutes manière pas assez de monnaie fiduciaire (billets et pièces) en stock pour répondre à une fraction des dépôts sous leur contrôle ne servira à rien sinon à faire perdre leur temps aux gens en train de faire la queue au guichet. Au pire, ceux qui pourront retirer leurs sous se verront facturer des frais divers et variés (les banques sont très fortes à ce petit jeu) et des agios lors du premier prélèvement automatique qui fera passer leur compte sous zéro.

Bien sur il y a le symbole et c’est la-dessus que se joue ce Bank Run, mais justement: le problème ce n’est pas la banque en tant que telle, c’est la spéculation que font les banques et les agents de la finance en général, spéculation qui entraîne des choix économiques et des décisions d’entreprises ayant beaucoup plus à voir avec la rentabilité purement financière (donc court-termiste) que la rentabilité économique et sociale (qui se calcule sur le long terme et prend en compte de nombreux facteurs, pas seulement le bénéfice financier). Les spéculateurs se foutent complètement du Bank Run, s’il a lieu. Et des spéculateurs, il y en a des gros, mais aussi beaucoup de petits: tous ceux qui boursicotent font le jeu de l’ennemi (boursicoter, par opposition à l’investissement à long terme dans des entreprises qui créent de la valeur, le “bon” capitalisme).

Evidemment il est difficile de s’attaquer directement à la spéculation, hors prendre d’assaut la Bourse et les quartiers généraux de banques. Ce serait tout aussi symbolique que le Bank Run prévu demain, mais au moins ça toucherait la bonne cible.

7 comments

  • A Mr Bradley
    J’attire votre attention sur les erreurs mentionnées relatives à l’histoire de la 2° guerre mondiale.
    Il est certain que nous ne serions pas devenus les esclaves de la race supérieure et cela depuis le débarquement de juin 1944 en dernier ressort et depuis la victoire de Stalingrad coté russe en premier ressort.
    En effet,les russes d’une part avaient en 1942 ou 43 battu les troupes nazie d’une part;en 1942 les USA ont après PearHarbourg pris part directement au conflit.Dés lors les nazis attaqués sur deux fronts se sont trouvés pris dans une course de vitesse,à gagne terrain.Cette course URSS/USA s’est retrouvée stabilisée par la défaite de l’Allemagne nazie(chacun restant sur les positions acquises dans les combats) .Les positions de chacun des belligérants (la France n’était pas représentée), ont été officialisées par l’accord de Yalta.La France pouvait devenir dés lors une domination ou colonie américaine.Une monnaie,une constitution et un gouverneur américain étaient prêts à entrer en vigueur .Heureusement ,De Gaulle avec l’ appui de Churchill,l’armée d’Afrique et les 2 à300 000 résistants sur le territoire français ont permis à la FRANCE d’exister malgré la honte de la collaboration (qui la plaçait dans le camp ennemi) et de recouvrer in extremis sa souveraineté.
    Dans notre monde hypercomplexe ,n’existe pas d’homme ni d’idée providentielle.
    “dans ce monde complexe ,ceux qui affirment avoir l’idée simple donnant la solution à tous nos problème sont des incompétents ou des menteurs”

  • Je passe un peu tard, mais juste pour dire que ça me désole un peu que tant de gens de bonne volonté, de bonne intelligence aussi, se perdent dans des reproches concernant les détails… Le problème n’est pas la spéculation, c’est tout au plus un symptôme. Le problème est le pouvoir donné aux banques de créer la monnaie en circulation sur la planète, création qui se déroule à travers les dettes. Le système est très vicieux est doublement efficace : créer de la monnaie donne énormément de pouvoir, trop de pouvoir pour des organismes privés, et la création de monnaie crée de la dette, qui renforce ce pouvoir par la prise en otage des individus et des nations.
    Exemple en France : la loi de 1973, par Pompidou et Giscard d’Estaing, qui interdit à l’état d’emprunter “sans intérêts” à la Banque de France, et l’oblige à emprunter avec intérêts sur les marchés financiers. Sans cette loi, la dette publique serait quasiment nulle (elle est aujourd’hui d’environ 1200 milliards d’Euros). La France sans dette serait un pays avec moins d’impôts et plus de pouvoir d’achat pour les individus, et des infrastructures cruciales (éducation, santé, retraites, etc…) vigoureuses.

  • Vincent Verschoore

    Extrait d’un autre article du Monde au sujet des banques américaine (http://www.lemonde.fr/economie/chat/2010/09/14/de-lehman-a-goldman-a-qui-profite-la-crise_1411135_3234.html):

    “h_ixon : Ou sont partis les millions/milliards donnés par les différents gouvernements aux différentes banques ?

    Les milliards donnés par le contribuable dans une multitude de pays aux banques ont permis de renforcer le bilan de ces banques. Bilan mis au plus mal par les activités spéculatives, en particulier sur les crédits hypothécaires “subprime”.

    En échange de ce renforcement du bilan, les gouvernements s’attendaient à une augmentation du crédit bancaire, en particulier aux petites et moyennes entreprises, pour sortir de la récession et appuyer la reprise. Cela ne s’est pas fait, puisque les banques ont gardé les deniers du contribuable pour se renforcer, payer les bonus, voire acquérir des concurrents affaiblis par la crise.

    L’argent du contribuable a profité aux banques et non pas à l’ensemble de l’économie.”

    Cherchez l’erreur…

  • Vincent Verschoore

    Salut Bradley,
    Bien sur, mais d’une part de Gaulle ne se trompait pas de cible, et d’autre part il est tellement difficile de motiver les gens en grand nombre qu’il serait à mon avis judicieux de ne le faire qu’à bon escient.

  • Bonjour Vincent VERSCHOORE, vous avez sans doute tout à fait raison mais c’est le symbole du ras-le-bol total d’une population qui commence à comprendre qu’on la conduit à l’abattoir depuis 40 ans. On n’a plus grand chose à perdre avant de nous retrouver marrons comme les Grecs et les Irlandais et s’il y a mieux à faire, je suis désolé mais les grands experts ont eu 40 ans pour nous le faire savoir. C’est le peuple lui-même qui a pris conscience de l’immense arnaque, et ce n’est qu’après que les Jorion, les Lordon et autres “attérés” se sont manifestés. Et encore, bien timidement ! Dans sa grande sagesse, c’est encore le peuple qui décide d’employer les armes les moins brutales en sachant bien contre qui les diriger. L’Appel du 7 Décembre 2010, ça ne vous rappelle rien ? Que serions-nous aujourd’hui si tous alors avaient décidé de considérer le général DE GAULLE comme un farfelu irresponsable ? Je vous donne la réponse, M. VERSCHOORE : nous serions les esclaves de la race supérieure, esclaves des aryens et je ne pense que je serais en mesure de vous envoyer ce message de détresse, ni vous en mesure de le recevoir. Il n’y a aucune exagération dans tout cela et NIETZSCHE que vous devez bien connaître nous a déjà depuis longtemps suffisamment renseigné sur la nature humaine.

Leave a Reply