Révolution Arabe: le digest du jour

En Libye, le procureur général a défecté. Au moins 135 soldats libyens ayant refusé de tirer sur la foule ont été exécutés. Des forces islamique radicales tentent de grimper dans le train révolutionnaire, le théologiens des Frères Musulmans Cheikh Yousef al-Qaradawi émettant une fatwa contre Kadhafi. Al-Quaeda Maghreb se déclare solidaire de la révolution libyenne.  Les manifestants ont pris le contrôle de la ville et du terminal pétrolier de Brega.

Au Yémen, plus de 100 000 manifestants contre le gouvernement aujourd’hui. Pas mal pour une population de 25 millions.

Grosse manifestation au Bahreïn. Le gouvernement laisse faire, appariement jouant la montre. Les chefs religieux chiites appellent les fidèles à manifester.

En Irak, au moins quatre morts au cours de diverses manifestations malgré leur interdiction par le premier ministre al-Maliki, l’Ayatollah al-Sistani et Moqtada-al-Sadr.

En Jordanie, environ 5000 manifestants à Anman en faveur de réformes, dont la terminaison de la Chambre basse du Parlement et la réduction des pouvoirs du Roi.

En Arabie Saoudite, les réformistes ont reçu le support du Cheikh Salman-al-Ouda demandant que les membres du Conseil de Shura soient élus et non plus nominés par le Roi, la séparation des pouvoirs, une justice indépendante, la liberté d’expression, la mise en liberté des prisonniers politiques et des action contre la corruption.

En Syrie, le gouvernement planifie de nouvelles mesures d’aide. Le régime a arrêté au moins 14 personnes et s’en est prit à plusieurs autres cette semaine alors que 200 personnes faisaient un sit-in devant l’ambassade libyenne. Le régime tente également d’intimider les activistes et de faire taire les journalistes étrangers.

Au Quatar, un groupe Facebook à été créé appelant à manifester le 16 mars pour renverser l’Emir, démanteler une importante base militaire US, et couper les liens avec Israël et l’Iran.

Au Maroc, communiqué d’une sympathisante de ATTAC Maroc:

Ici aussi les choses deviennent complexes. Après le dimanche 20 février, où les medias marocains nous ont bassiné avec “l’exception marocaine”, pays démocratique où les manifestations sont autorisées et peuvent se dérouler dans le calme, des provocations ben venues ont permis de passer à l’étape suivante: le rétablissement de l’ordre par tous les moyens. Résultat: arrestations, et matraquage des manifs et des sit in se succèdent. Outre les 5 personnes mortes à Al Hoceima dans l’incendie d’une banque ( des pilleurs, vraisemblablement), on apprend qu’un jeune a été écrasé par une voiture de police à Al Hoceima mardi dernier et un  manifestant est mort des suites de ses blessures hier à Sefrou… Par ailleurs AlHoceima est quadrillée par l’armée, qui contrôle aussi la ville de Guelmim dans le sud du Maroc.A Rabat tout rassemblement est désormais interdit, professeurs en grève, chômeurs, manifestants solidaires devant l’ambassade de Libye, tout ce qui bouge est dispersé systématiquement et le rassemblement quotidien qui avait été appelé à la fin de la manif de dimanche, après sa dispersion violente lundi, puis mardi, n’a pas continué à se tenir. Des manifs étaient prévues pour vendredi et samedi. les autorités ont fait savoir qu’elles étaient interdites. Il est possible qu’elles se transforment en rassemblement.Par ailleurs, un peu partout des arrestations ont lieu, car l’agitation continue aussi un peu partout. C’était le cas hier à Agadir, où 22 personnes (UMT, Attac, Nahj Demoqrati) ont été arrêtées lors d’un rassemblement de protestation, puis relachées dans la soirée.D”autres villes sont encore en mouvement. Peu de nouvelles de Fès où pourtant il semble que la mobilisation, étudiante notamment soit importante). Hier à Casablanca, des bidonvillois ont manifesté devant le palais royal. Après un début de répression, ils se sont finalement imposés et ont réussi à passer. Côté organisation du mouvement, le comité des jeunes est assailli par de nouvelles demandes d’adhésion, qui ne semblent pas toujours dénuées d’arrière-pensées d’infiltration et manipulation. Ils ont du mal pour l’instant à dribler avec ça. Même son de cloche côté du réseau des organisations solidaires qui voit arriver des gens qui avaient au début refuser d’appeler à la manif du 20. Pas facile de savoir là aussi s’il s’agit de ralliements vu le succès des manifestations ou s’il s’agit de volonté de noyauter…

 

 

Leave a Reply