Lycée Parriat : une expulsion d’excellence !

Une tribune de Nicole Eschmann, vice-présidente du Conseil régional de Bourgogne en charge des lycées.

 

Le 14 octobre 2011, le lycée Parriat de Montceau-les-Mines accueillait toutes les autorités politiques et éducatives de Bourgogne et du  Ministère de l’Education nationale pour la présentation de son prochain internat d’excellence : préfète de région, direction de l’enseignement scolaire, recteur de Bourgogne, président du Conseil régional, vice-présidents des conseils Régional et Général… Un lycée Parriat définissant lui-même ses qualités : « convivialité, respect de tous, richesse des différents apports, solidarité, fierté de sa culture alliée à simplicité, modestie et générosité. C’est dans ce cadre humain et chaleureux que vous ferez vos études pour acquérir une base solide de connaissances. »

Le 2 novembre 2011, la préfecture à brutalement mis fin à la scolarité dans ce lycée d’Ilyes Ben Youcef, 18 ans: la police est venu le chercher chez ses parents, l’a embarqué en voiture pour l‘aéroport de Lyon, puis dans un avion en direction de l’Algérie à 13 h.

Ses parents sont en situation régulière en France, un de ses frères est français, Ilyes devenu majeur, ne bénéficiant plus de l’autorisation de séjour de ses parents, a demandé une carte de séjour. Il a reçu en retour une OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français) qu’il a contestée et qui doit être examinée par le TA (Tribunal Administratif) ces jours-ci. Cette expulsion s’est faite sans respecter le droit : pas d’avis du TA sur la légalité de l’OQTF; pas de passage en CRA (Centre de Rétention Administrative) où les associations informent et veillent aux garanties judiciaires prévues par la loi avant toute expulsion.

Comme à Mâcon, il y a quelques mois. Comme à Châlon-sur-Saône où seul le soutien des associations a empêché une expulsion identique.

Ilyes, 18 ans, mineur en Algérie, s’y retrouve seul, à 400 km du reste de sa famille, sans grand espoir de pouvoir revenir rapidement et légalement en France, l’OQTF étant une condition rédhibitoire. C’est un garçon brisé, arraché à sa famille et ses amis. Au nom de quoi s’amplifient ces pratiques inacceptables, cette violence, ce traitement dégradant des enfants et des parents, ces libertés prises avec la légalité ? Uniquement par la volonté délibérée du Ministre de l’Intérieur, d’atteindre coûte que coûte en 2011 l’objectif de 30 000 expulsions qui lui a été assigné par N.Sarkozy dont il est le collaborateur zélé.

La famille, les lycéens, la communauté éducative, les parents d’élèves, les élus ne peuvent l’accepter. La société civile non plus. Le TA de Paris, dans une grande leçon d’instruction civique, vient de débouter le préfet de la région Ile de France qui avait déposé un recours pour annulation de la délibération du Conseil régional d’Ile de France apportant le soutien des élus de l’assemblée régionale aux élèves sans papiers. (cette délibération a été reprise par 14 régions, dont la Bourgogne). Les magistrats affirment le droit du Conseil régional à prendre des positions sur des questions politiques dès lors qu’elles le concernent et légalisent la résolution par laquelle l’assemblée régionale a placé tous les élèves étrangers mineurs ou majeurs susceptibles d’être menacés d’expulsion sous sa protection » et « soutient les actions de solidarité avec ces jeunes menées au sein ses établissements en vue d’obtenir leur régularisation ». Les magistrats rappellent que les préfectures ont toute possibilité d’accorder un titre de séjour pour poursuivre des études ainsi que de régulariser purement et simplement ces jeunes. Ils légitiment enfin « le soutien public et moral » apporté aux jeunes sans papiers scolarisés !

C’est pourquoi nous demandons à la Préfecture de Saône-et-Loire, de faire tout son possible pour faire revenir dans les meilleurs délais le jeune Ilyes pour continuer sa scolarité en 1ère scientifique. Et de ne plus céder aux injonctions ministérielles de faire du chiffre à tout prix sur le dos des lycéens intégrés, les plus faciles à expulser, les plus faciles à détruire.

____________________

Plus de 700 personnes manifestaient aujourd’hui devant le lycée Parriat pour le retour de Ilyès (article sur le JSL: http://www.lejsl.com/edition-de-montceau-les-mines/2011/11/04/700-personnes-pour-soutenir-ilies-renvoye-brutalement-en-algerie ). Un nouveau rassemblement est prévu samedi 5 novembre (demain) à 10h devant la mairie de Montceau pour exiger le retour d’Ilyès en France. Plus d’info sur http://resf71.charolles.info/

Leave a Reply