L’Homme ancien est de moins en moins ce qu’il était!

Nos apparentes certitudes sur l’évolution humaine, et notamment le moment du passage à un niveau de développement compatible avec l’utilisation de symboles, d’outils et le feu domestique, semblent devoir être remises en cause.

On place habituellement l’avènement de l’écriture, en tant que méthode de communication non verbale utilisant des symboles, à l’établissement de sociétés agraires voici environ 6 000 ans. Bien avant cela les “hommes des cavernes” peignaient les murs de leurs cavernes mais n’y laissaient point de textes.

Vraiment? Une “revisitation” minutieuse des grottes de Rouffignac, Chauvet et Lascaux a permit un inventaire de signes, autres que les classiques dessins figuratifs, qui pourraient bien constituer une forme d’alphabet utilisé par ces humains voici… 30 000 ans! Un travail de recensement de 200 grottes en France et en Espagne par Geneviève von Petzinger et April Nowell, de la University of Victoria, British Columbia, fait état de 26 signes spécifiques que l’on retrouve un peu partout dans ces grottes. Non seulement on retrouve ces signes, mais surtout on les retrouves sous forme de combinaisons récurrentes - la marque d’une forme d’écriture qui aurait été utilisée par Cro-Magnon:

Palaoelithic cave art symbols

Rien n’est encore certain et les travaux continuent mais certains éléments de ces recherches sont particulièrement frappants: von Petzinger décrit un set de cinq symboles particulièrement communs, apparaissant sur les murs tel un motif récurrent mais également découvert, à St Germain de la Rivière, sur le collier d’une femme enterrée là voici 15 500 ans: sur son collier en dents de cerf rouge, trois dents sont gravées. La première avec les deux premiers symboles du set récurrent, la seconde avec le troisième symbole, et la dernière avec les deux derniers signes. Les cerfs rouges n’existant pas dans cette région à cette époque, il semble probable que le collier soit venu d’Espagne, peut être un élément de troc. On ignore si la gravure eut lieu avant ou après ce présumé échange, mais dans le premier cas cela pourrait indiquer une forme de langue écrite permettant à des groupes distincts de communiquer. Et si Homo Sapiens possédait cette forme d’écriture en Europe voici 30 000 ans, l’a t’il inventée ici ou importée d’ailleurs, et notamment d’Afrique? Trouvera t’on un jour une écriture africaine vielle de 70 000 ans?

Ici deux écoles s’affrontent, les anthropologues  d’un côté et les paléontologues de l’autre. Pour les premiers, tel Richard Klein de la Stanford University, notre capacité à utiliser des symboles complexes, la création artistique et l’usage d’outils est apparue voici 35 000 ans au moment du “grand bond en avant” de la créativité humaine. C’est à cette époque que l’on retrouve les premiers instruments de musique, bateaux et objets religieux (terme englobant tout ce dont on ignore l’usage), peut être de part une mutation génétique apparaissant au moment ou Sapiens conquiert l’Europe au détriment, d’ailleurs, de Néanderthal. Côté paléontologues, tel Peter Mitchell à Oxford, on est pas d’accord et on pense que Sapiens avait atteint son potentiel intellectuel bien avant de quitter l’Afrique pour l’Europe. De fait on découvre en Afrique du Sud des pointes de flèches, des bijoux et divers objets artistiques datant de 70 000 à 90 000 ans. Pour Mitchell, l’idée d’un “grand bond en avant” est du n’importe quoi eurocentrique.

A titre personnel je partage tout à fait le point de vue des paléontologues, d’autant plus que toujours d’après von Petzinger on retrouve certains de ces 26 signes dans la grotte Blombos en Afrique du Sud. Pour elle, les “scribes” Cro-Magnon d’Europe maîtrisaient un art déjà ancestral dont les ébauches les plus anciennes furent sans doute effectuées sur des matières périssables, donc perdues à jamais. Pour Nowell, les gens qui peignaient et “écrivaient” à Chauvet avaient le même niveau de créativité artistique que vous et moi.

Un autre élément central de l’évolution humaine est la domestication du feu. Aujourd’hui la première utilisation attestée et irréfutable du feu domestique remonte à 400 000 ans, selon des traces découvertes en Chine et en France. D’autres traces plus controversées découvertes en Israël feraient remonter cette première utilisation à 700 000 ou 800 000 ans. Mais une toute récente étude spectrométrique de sédiments provenant de la grotte de Wonderwerk en Afrique du Sud, récemment publiée dans PNAS, suggère une utilisation du feu domestique voici 1 million d’années, à l’époque d’Homo erectus!

Mais est-ce vraiment si étonnant? Ce qui est aujourd’hui notre plus ancien ancêtre humain (cad genre Homo) est vieux de 1,98 millions d’années et ne fut découvert qu’en 2010, en Afrique du Sud toujours (Malapa Caves). Nommé Australopithecus sediba, sa main  possédait la même dextérité que la nôtre, et se révèle plus apte à l’utilisation d’outils que celle de Homo habilis. Selon Lee Berger, découvreur de Au. sediba et chef de projet à l’Université de Witwatersrand à Johannesbourg, “le niveau de développement de nombreux éléments du crâne et du corps (de Au. sediba, ndt) ainsi que sa datation, en font sans doute le meilleur candidat pour l’ancêtre du genre Homo, meilleur encore que Homo habilis.”

Voici donc, selon ce que l’on pense savoir de l’évolution humaine, près de de deux millions d’années qu’existent des êtres fort similaires à nous-mêmes, capables de survivre aux changements climatiques, de migrer de part le monde, et probablement de confectionner  des outils. Seule notre ignorance et notre arrogance de Sapiens Sapiens nous permettent de penser que malgré ses atouts l’homme ancien ne créait rien qui soit de nature artistique ou symbolique, mangeait cru et ne communiquait que par grognements! Je ne serais pas surpris si les découvertes futures, grâce à une technologie de plus en plus fine et un peu de chance, finissaient par nous dépeindre un monde ancien tout aussi conscient de lui-même et de ses possibilités que nous ne le sommes aujourd’hui.

 

Sources:

http://www.guardian.co.uk/science/2012/mar/11/cave-painting-symbols-language-evolution

http://www.maxisciences.com/feu/des-traces-de-feu-entretenu-vieilles-de-1-million-d-annees_art23368.html

http://www.sciencedaily.com/releases/2011/09/110908104159.htm