GSK & Co : Les Big Pharma à l’amende…

Faisant echo à mon récent article Sciences de la vie, dangers mortels? je ne peux m’empêcher de republier, in extenso, cet article révélateur de l’excellent site Les mots ont un sens faisant le point sur les amendes et accords “à l’amiable” versés par les grands laboratoires pharmaceutiques.

_____________________________________________

GSK condamné à 3 milliards de dollars d’amende pour avoir menti et survendu ses médocs. Aux États-Unis, l’industrie pharmaceutique est devenue la plus grosse source de fraudes organisées… devant l’industrie militaire ! La rançon du succès…

GSK amende, firmes pharmaceutiques

3 juillet 2012 (information connue depuis novembre 2011) : Le géant pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline annonce avoir accepté de payer une amende de 3 milliards de dollars pour mettre fin aux poursuites judiciaires US. GSK a en effet plaidé coupable pour avoir fait la promotion illicite de certaines pilules, publié des déclarations trompeuses sur les prix et l’efficacité de médicaments (Avandia notamment) et omis de rendre compte de documents démontrant leur inefficacité. Rien que ça. En 2010, GlaxoSmithKline avait déjà dû payer 750 millions de dollars pour mettre fin à des poursuites fédérales. Washington l’accusait de fabriquer et distribuer des médicaments frelatés (Kytril, Bactroban, Paxil et Avandamet).

Il s’agit du plus gros accord à l’amiable concernant une fraude à la santé dans l’histoire des Etats-Unis (…) et du plus gros versement par un groupe pharmaceutique“, a déclaré James Cole, Secrétaire d’Etat adjoint à la Justice.

Serial médicamenteurs…

En 2007, Merck avait déjà validé un accord permettant de régler plus de 95% des plaintes déposées aux Etats-Unis à l’encontre de son anti-inflammatoire Vioxx, qui a provoqué 160 000 crises cardiaques et attaques cérébrales et fait dans les 40 000 morts rien qu’aux States. Coeurs sensibles s’abstenir. Montant de la douloureuse : 4.85 milliards de dollars. A quoi il faut ajouter les 950 millions d’amendes à verser au trésor américain. Pas loin de 6 milliards au total.

Et on continue, puisqu’on y est…

En 2009, c’est Pfizer qui a payé une amende de 2,3 milliards pour mettre fin aux différentes plaintes portant sur ses pratiques commerciales et publicitaires. Elle avait encouragé des usages et des dosages non validés par la FDA pour son anti-inflammatoire Bextra. Elle avait aussi signé de nombreux chèques à des médecins pour qu’ils fassent la promotion du Zyvox (pour le traitement des infections bactériennes), du Geodon (pour le traitement des troubles bipolaires et de la schizophrénie) et du Lyrica (troubles nerveux). Alors que le médicament n’était pas autorisé pour ces pathologies.

Scandale industrie pharmaceutique

Pfizer, encore, avait déjà été condamné en 2004 à payer 430 millions de dollars d’amende pour avoir publié des informations mensongères concernant le Neurontin, médicament anti-épileptique. Ne rigolez pas : le labo s’était à l’époque engagé à renoncer à toute démarche illégale de marketing ou de lobbying…

Pfizer, toujours, a fait pression (avec succès) sur le procureur général du Nigéria pour qu’il abandonne une action en justice contre un essai pharmaceutique controversé qui avait provoqué la mort de 11 enfants. En contrepartie, le labo a dû faire un chèque de 75 millions de dollars. Une paille…

Et on continue…

Hoffmann-La Roche. En 2001, la société est reconnue coupable par la Commission européenne d’avoir créé un cartel d’entreprises pharmaceutiques dans le domaine des vitamines. Elle est condamnée à une amende de 462 millions d’euros. Depuis 2011, Roche est accusé d’entente avec Novartis pour imposer à un prix exorbitant le traitement de la dégénérescence maculaire.

Mai 2011. Le groupe pharmaceutique Sanofi a versé plus de 5 millions de dollars à des associations médicales et à un scientifique qui ont tenté de retarder la mise sur le marché américain d’un concurrent d’un de ses médicaments, selon un rapport officiel du Sénat US. Une procédure judiciaire est en cours.

En 2005, la Commission européenne a condamné le laboratoire AstraZeneca pour abus de position dominante. 60 millions d’euros.

Cet inventaire n’est malheureusement pas exhaustif, tout juste représentatif. Tout cela pour arriver à cette conclusion : Entre 1991 et 2010, ce sont plus de 20 milliards de dollars d’amendes qui ont été distribués aux Big Pharma, rien qu’aux Etats-Unis. Les trois quarts sur la période 2006-2010. Et visiblement, ça continue de plus belle.

Aux Etats-Unis, l’industrie pharmaceutique (plus prompte à soigner ses médicaments que ses patients) est devenue la plus grosse source de fraudes organisées… devant l’industrie militaire. Tout est dit !

____________________________________________

En fait non, tout n’est pas dit! Sanofi est également le promoteur du “vaccin” Gardasil visant les jeunes filles, infâme arnaque qui je l’espère débouchera aussi un jour sur une mise en examen en règle de cette filière opaque (voir par exemple le billet Gardasil, syndrôme de l’hypocrise pharmaco-politique).

GSK (GlaxoSmithKline) est également le fournisseur de l’AZT ou Zidovudine, d’abord lancé en 1964 comme chimiothérapie conte le cancer mais rapidement retiré du fait de son manque d’efficacité et ses effets secondaires importants. Il fut ressorti du placard en 1985 dans le cadre du SIDA et remis sur le marché avec l’accord de la FDA en 1987 pour traiter les patients du SIDA avec des doses massives de l’ordre de 2 400 mg/jour. D’abord pour les sidéens, mais ensuite pour les séropositifs asymptomatiques (donc en bonne santé) qui dépérirent rapidement du fait de ce “traitement”. Il sera peut être possible de prouver un jour que la plupart des morts occidentaux du SIDA ente 1987 et 1997 décédèrent en fait de l’AZT.

2 comments

Leave a Reply