Author Archives: Vincent Verschoore

Frédéric Cuvillier, seul ministre en lice, face au FN au second tour

Sans grande surprise, le vainqueur des élections de 2008 à Boulogne-sur-mer, entre-temps devenu Ministre des Transports et de la Mer, arrive en tête (49,82%) du premier tour de ces élections. Certes Mr Golliot du Front National (21,55%) a réussi à forcer un second tour mais il n’y a guère de doute quant à l’issue du scrutin dimanche prochain (même s’il ne faut jamais vendre la proverbiale peau de l’ours…). Voici ce que disait Mr Cuvillier vendredi dernier, lors d’une interview que j’ai eu l’occasion de faire pour la page Facebook “Boulogne Mag’ la page Facebook des Boulonnais“.


BMag rencontre Frédéric Cuvillier à Boulogne… par rhubarbare

La situation de Mr Cuvillier est néanmoins assez particulière: Maire de Boulogne-sur-Mer et Président de la Communauté de Communes du Boulonnais jusqu’à sa nomination en tant que Ministre au sein du gouvernement Ayrault, il a nommé un Maire par intérim à la tête de Boulogne, Mme Hingrez-Cereda. Un nouveau Président de la CAB a également été élu pour le remplacer, Mr Lesaffre. Il est aujourd’hui le seul ministre en lice dans ces élections municipales, et donc à prendre le risque d’une sanction politique liée à l’action du gouvernement. Malgré sa nomination parisienne, Mr Cuvillier reste très présent sur Boulogne et tout le monde sait bien que dans les faits c’est toujours lui le chef. Il est tête de liste de ces élections, sachant pertinemment qu’il ne peut être Maire tant qu’il est Ministre, et donc qu’en cas de victoire c’est à nouveau Mme Hingrez-Cereda qui aura le fauteuil officiel par interim. Situation un peu bizarre mais qui ne semble pas choquer les Boulonnais plus que cela, certains estimant que sa stature de Ministre contribue au contraire à lui donner un avantage considérable. Les trois autres candidats (UMP, UDI et FdG) totalisent ensemble moins de 30% des voix boulonnaises. Alors est-ce un vote contestataire anti PS/Cuvillier, ou un vote lié à l’argumentaire sécuritaire du FN, les analystes politiques essaieront peut être de le savoir.

En tant qu’observateur depuis deux ans de la vie boulonnaise, je remarque qu’il existe réellement un ras-le-bol autour de l’emprise du système PS sur la ville et communauté de communes (CAB). Emprise qui date de très longtemps et crée un sentiment d’accaparement de tous les leviers par un pouvoir quasi féodal, au point que de nombreuses personnes refusent de critiquer publiquement le “système” de peur de représailles. Pas des coups de fusil ben sûr, mais des ennuis, des blocages… Le vote FN est peut être l’expression de ce sentiment d’impuissance, assez répandu me semble t’il, face à un système (trop) bien rodé.

Il est également évident que la lente décrépitude du port de Boulogne, aux mains de la Région qui est également PS, ajoute à l’impression d’un système un peu mafieux dont les intérêts réels ne sont pas nécessairement ceux des habitants. Les suspicions de corruption et de copinage sont monnaie courante dès que l’on parle en privé de la gestion du port et des investissements (le hub-port ayant couté 45 millions d’euros, ayant servi 6 mois, et désert depuis trois ans; ou les investissements immobiliers haut de gamme sur fonds privés actuellement en cours quartier République et sur le site de la Falaise). Suspicions qui alimentent aussi, sans doute, le vote FN.

Enfin il est clair que de nombreux Boulonnais(es) ont une image plutôt négative de leur ville, même si la réalité n’est sans doute pas aussi terne – c’est surtout une question de contraste avec la période dorée de Boulogne de l’après-guerre jusque dans les années 90: disparition de la vie commerçante au profit des zones commerciales hors ville, disparition des ferrys qui amenaient les hordes anglaises dans les commerces locaux, disparition d’une bonne partie de l’industrie même s’il en reste encore, état lugubre d’une Gare Maritime vide depuis des années face au centre-ville, et un indéniable sentiment d’insécurité dans certains quartiers à certaines heures du soir…

Je doute que le FN ait grand chose à apporter en termes de solution durable pour le redressement de Boulogne, mais il a encore une fois démontré sa capacité à faire bon usage des sentiments de ras-le-bol et d’impuissance d’une partie de la population. On verra ce qu’il en est réellement dimanche prochain!

 

=Vincent Verschoore=

Les intellos de l’humour, un sketch pas marrant

Consternation ce matin sur France Inter lors de l’émission de Pascale Clark “Les Chroculs“, dédiée aux limites qu’il faudrait imposer à l’humour – avec référence non dissimulée à l’affaire Dieudonné. Le panel des invités comprend des chroniqueurs “avisés” issus des journaux Le Monde, Le Figaro, L’Express et la Parisien.

Ceux et celles qui, comme moi, estiment que la liberté d’expression ne peut pas, par définition, avoir de limite en-deçà de la diffamation, et donc que la question des limites de l’humour – tête de gondole de la liberté d’expression – ne se pose tout simplement pas en seront pour leurs frais en matière d’argumentation. Pour ces intellos de l’humour, la banane doit avoir des limites et ces limites sont… et bien on en sait rien en fait, aucune norme objective n’a pu être proposée malgré les efforts de P. Clark pour faire expliquer pourquoi Desproges, par exemple, est recevable, mais que d’autres ne le seraient pas. Les invités ne proposaient que des réponses totalement subjectives: untel est acceptable parce que l’on sait d’où il parle, un autre par ce qu’il a du style et de la finesse, un troisième pare qu’il ne fait qu’imiter une situation vécue ou qu’il reste dans le cadre de la loi, etc…

Ce type de définition est l’essence même de la dictature, qui est l’imposition à tous des opinions, préjudices, névroses et croyances du Chef. Ces intellos parisiens, peut-être sans s’en rendre compte, préparent l’opinion à accepter la dictature de l’hypocrisie bien-pensante de la nomenklatura française:

- Nomenklatura: “Ah ça c’est un peu gras, ce n’est pas assez fin à notre goût donc c’est interdit. Aller, Manuel, au boulot!”
- Peuple: “Oui mais ça plait à plein d’autres gens que vous!”
- Nomenklatura: “Ceux à qui cela plait sont, par définition, des fachos ou des malades mentaux. Pas vrai Patrick?”

Hypocrisie, car bien évidemment, tout comme pour la fidélité en couple ou l’argent planqué à l’étranger, la règle pour ces gens-là est “faites ce que je dis, pas ce que je fais”. Et donc ils/elles vont nous rappeler avec nostalgie les humoristes hors-la-loi qui combattaient avec l’humour les dictatures d’antan, tout en appelant à l’interdiction des humoristes actuels qui dénoncent les dérives liberticides du régime dont ils cirent les pompes. La méthode reste la même: le pouvoir promulgue des lois qui limitent le cadre de la critique, permettant ensuite d’arrêter ceux qui enfreignent la “loi”. Tout comme le pouvoir Ukrainien qui impose des lois anti-manifestation pour juguler ses opposants – pour ensuite révoquer ces lois grâce à la volonté du peuple de ne pas s’y soumettre. Comme quoi la “loi” sert avant tout les intérêts du pouvoir.

Les lois, qu’elles soient contre les manifestants ou contre l’expression même des plus viles idées, n’ont rien de fondamentalement légitimes et ne sont que le résultat de postures politiques qui ne représentent que ceux qui les votent – et encore. La loi sous Vichy interdisait l’aide aux juifs, et pourtant ceux qui la bravaient sont considérés aujourd’hui – à juste titre – comme “justes”. Cette loi était sans doute légitime dans le cadre institutionnel de l’époque, mais jamais respectable. En matière de lois, il n’y a souvent guère de liens entre légitimité légale et légitimité morale.

Il en est de même aujourd’hui avec les lois légalement légitimes car votées par le Parlement, mais non respectables car visant uniquement à asseoir l’autorité de régimes génétiquement liberticides – non plus tellement au nom d’une idéologique particulière mais au nom de la défense d’intérêts particuliers qui contrôlent de facto la puissance publique.

Alors on peut faire remarquer que la question de la loi sur l’humour et l’expression en général porte aujourd’hui spécifiquement sur l’antisémitisme, mais c’est une illusion: les propos diffamatoires en général sont interdits et s’appliquent à tous, il suffit de se référer aux lois ad hoc quand c’est nécessaire. Les lois spécifiques à l’antisémitisme (et pourquoi pas à l’islamophobie, la christianophobie, les histoires belges ou le racisme anti-Martiens) sont autant d’occasions d’alimenter les haines latentes qui existent, ont toujours existé et existeront sans doute toujours au sein de la société humaine. C’est le problème du communautarisme en général: le droit d’une certaine communauté à jouir d’un régime de protection particulier a tendance à attirer vers cette communauté les foudres de ceux qui y voient une injustice et une prise de pouvoir par cette communauté au dépends des autres.

On voit bien que plus on insiste sur la sacralisation de l’anti- antisémitisme, plus on crée de lois pour en interdire toute expression, plus en donne de la visibilité à des associations qui abusent systématiquement de leur statut de “protégé” et plus la pression monte. Est-ce voulu, une manière de légitimer la montée de l’autoritarisme de l’Etat, ou est-ce simplement le résultat perverti de ce qui pouvait être au départ une bonne intention? Je l’ignore, mais je constate que c’est contre-productif à tous les points de vue.

A tel point que faire une quenelle ici mène des jeunes en garde à vue, alors que d’autres jeunes qui partent faire le djihad en Syrie sont traités en victimes. On nage en plein délire. Il faut revenir aux principes de base de ce qui définit une République: la liberté d’expression sans conditions, et des lois d’intérêt général applicables à tous, sans privilèges particuliers envers telle ou telle communauté. Nous ne sommes pas responsables, et encore moins coupables, de l’Histoire écrite par ceux et celles qui étaient là avant nous.

=Vincent Verschoore=

NSA: The Day We Fight Back

Thanks for signing up to take part in The Day We Fight Back on February 11th 2014. In the last 6 months we’ve seen that government agencies, namely the NSA and GCHQ, have broken laws and twisted legal interpretations to create an infrastructure of mass surveillance of all of us online.This creates a dark form of censorship as people become afraid to speak freely — and it’s one that undermines our security and our right to privacy as well. As users of the Internet, we have a responsibility to defend its freedom.That’s why we’re planning this online protest. But we need you – the users of the Internet – the help make it happen.Will you forward the email below to your friends to urge them to join us?

Thanks.

David Segal,
Co-founder, Demand Progress. Read more

Syrie, entre guerres religieuses et géopolitique

image

Le conflit qui ravage le Moyen-Orient, de l’Irak à la Syrie en passant par le Liban, peut se voir comme un conflit interconfessionnel entre Sunnites et Chiites, attisé par la peur qu’ont les Saoudiens de voir l’Iran sortir de sa position de paria grâce à un accord irano-américain sur la question du nucléaire iranien. Un Iran libéré, à 80% chiite, dont l’influence est déjà très présente en Irak suite au fiasco de l’intervention US, poserait un sérieux challenge à une Arabie Saoudite sunnite très riche mais relativement vulnérable militairement parlant(1). Un Iran qui est également allié du Hezbollah libanais (chiite), contre un gouvernement libanais qui vient de recevoir une aide au développement militaire de trois milliards de dollars de la part… des Saoudiens. Read more

Cluny: expulsion de Sunil, 6 janvier 2014

Voici un an, début 2013, je rencontrais Sunil, un grand bonhomme d’une trentaine d’années issu du Nord de l’Inde et arrivé en France en 2009, marié à une française à l’ambassade de France à Delhi suivi d’un mariage religieux réunissant les deux famille dans son pays natal en 2011 : rien à voir avec un mariage « blanc ».Début 2013 Il venait donc de divorcer, pas facile de concilier mentalités de l’Inde et de l’Europe au sein d’un couple… Il logeait dans un studio en bas de chez moi dans la bonne ville de Cluny (71), et parfois en rentrant dans l’immeuble cela sentait bon la cuisine de là-bas. Il avait même planté quelques herbes aromatiques dans le misérable demi mètre carré de terre entre sa fenêtre et la rue.
Read more

De Snowden à PayPal: ze arnaque du siècle

image

En juin 2013, le lanceur d’alerte Edward Snowden risquait sa peau pour communiquer un imposant volume d’au moins 50 000 documents “volés” à la NSA et démontrant l’envergure du système d’espionnage mondial de l’officine américaine et de ses alliées britannique, canadienne, australienne et néo-zélandaise. A ce jour, seulement 1% de ces documents nous sont connus, les 99% restant sous le coude des deux journalistes a qui Snowden a transmit ses informations, Glenn Greenwald et Laura Poitras. Pourquoi cette retenue? Read more

« Older Entries