Crise Grecque: le TEM, une monnaie alternative à Volos

Nous sommes tous au courant de la problématique économique sans doute sans précédant auquel fait face une grande partie de la population grecque. Situation liée au plan d’austérité (le mot est faible) concocté par politiciens, technocrates et banquiers du monde pour “sauver” une économie minée par Goldman Sachs et la mafia bancaire, la corruption et l’évasion fiscale. Je ne reviendrai pas ici sur les causes du désastre ni la pertinence ou non des mesures de sauvetage, mais sur ce que les gens peuvent faire de mieux, sur le terrain, pour se soustraire à l’emprise d’un système symbolisé par l’Euro: ne plus s’en servir.

A Volos, capitale économique d Thessalie comptant 71 000 âmes et ville touristique en bord de mer, une initiative citoyenne se développe autour d’une monnaie alternative, le TEM. Continue reading

Et pourquoi pas Startup France?

Après la victoire de la société civile américaine contre SOPA, le co-fondateur d’AOL Steve Cage en appelle à une même mobilisation pour faire passer la proposition d’Obama en faveur du Startup America Partnership. Ce projet vise à relancer la création d’entreprise et plus généralement de la “entrepreneurial economy” qui, selon Cage, a généré 40 million d’emplois US au cours des trente dernières années. Le rythme de création a baissé de 23% depuis 2007, et Obama veut relancer cette dynamique.

Se pose en France la même problématique, le nombre de créations étant en décroissance – même en prenant en compte l’effet auto-entrepreneur (voir INSEE). Bien sur, le nombre de startups n’est pas en soi un guide très fiable de création de valeur, on l’a bien vu lors de l’explosion de la bulle Internet au début des années 2000. Et c’est pourquoi le projet d’Obama intègre un facteur “durée” afin de contrer le tropisme hautement spéculatif des investisseurs. Voyons les grandes lignes du projet: Continue reading

Et surtout en retrouvant la joie de vivre

Selon le dernier rapport publié par Reporters sans Frontières, la France est passée en 2011 de la 44ème à la 38ème place, juste devant l’Espagne (39) et l’Italie (61) qui continue sa chute vertigineuse. Par rapport à ses autres voisins les plus directs, ce n’est évidemment pas brillant: Luxembourg 7ème, Suisse 8ème, Allemagne 18ème, Belgique 20ème, Royaume-Uni 28ème. L’autre pays auto-proclamé chantre de la liberté et des droits de l’homme, les Etats-Unis, pointe à la 47ème place… Comme quoi le vieil adage “faites ce que je dis, pas ce que je fais” reste parfaitement d’actualité.

La liberté de la presse, c’est une chose que RSF mesure selon des critères relativements objectifs tels le niveau de concentration des médias, le nombre de journalistes arrêtés ou tués, la censure officielle, etc… Mais cette mesure est surtout corrélée avec la liberté d’expression en général au sein des pays concernés, et par delà du niveau réel de démocratie. Comme le dit fort bien RSF, “Le classement 2011-2012 voit toujours en tête le même socle de pays – Finlande, Norvège, Pays-Bas, etc. – respectueux des libertés fondamentales, nous rappelant à la fois que l’indépendance de la presse ne peut être préservée que dans les démocraties fortes et que la démocratie se nourrit de la liberté de la presse.”

J’ajouterais de manière plus générale: la démocratie se nourrit de la liberté d’expression. Continue reading

Triple AAAndouilles…

AAA lala ce qu’on s’amuse à lire et écouter tous ces commentateurs affiliés aux diverses gauches et droites de France et d’Europe (enfin, surtout France) sur la perte du demi-A de son rating. La France mais l’Autriche aussi (tiens, pourtant ce sont des Germains, réputés sérieux et travailleurs!) et en fait neuf pays européens se sont vu dégradés par Standard & Poor’s cette semaine. Selon Les Echos: “La dégradation de la note de la France et de celles de huit de ses voisins européens porte un nouveau coup, sévère, à la zone euro. ……… « L’environnement politique dans la zone euro n’a pas été à la hauteur des défis croissants engendrés par la crise », a déclaré Moritz Krämer, en charge de l’Europe chez S&P.” Même son de cloche chez Médiapart et, sans doute, un peu partout ailleurs.

Il est difficile de comprendre ce catastrophisme médiatique: Continue reading

De l’idée de banque

Le système bancaire est au coeur de la tourmente qui agite l’économie occidentale depuis 2008: Les modalités de contrôle du secteur bancaire et notamment de l’activité spéculative, qui avaient été mises en place suite aux crises bancaires de 1907 et 1929, disparaissent à partir des années 70 et le monstre spéculatif refait surface dans les années 80 avec les produits dérivés. Le système fractionnaire, permettant aux banques de prêter plusieurs fois plus que ce qu’elles détiennent en dépôt, associé à la recombinaison en 1999 (fin du Glass-Steagall Act) des activités de détail (dépôts et prêts) avec les opérations purement financières (titrisation) a conduit le système bancaire à la folie spéculative et à une gestion profondément opaque voire malhonnête. Continue reading

Monnaie complémentaire à Romans: la Mesure

Très bon site explicatif pour cette monnaie complémentaire: http://monnaie-locale-romans.org/2011/01/presentation-generale/

Ce blog contient plusieurs billets sur le sujet des monnaies locales / complémentaires / parallèles (clickez sur le tag Monnaies Locale pour une liste). Mon propre travail est visible sur Atramenta.

 

 

 

La modélisation financière est une arnaque!

« Il n’existe pas d’autre activité humaine où autant de foi est basée sur aussi peu de science que la finance ». Scientific American, le 26 octobre 2011.

Le crash financier de 2008 est en grande partie issu de l’utilisation de modèles financiers qui, malgré leur complexité, ne reflètent qu’une partie de la réalité économique et ne peuvent mener qu’à des déboires pour les peuples, les agents de la finance arrivant toujours, eux, à tirer leur épingle du jeu et tirer profit de toutes les situations. Ce pourquoi ils refusent encore et toujours la remise en cause de leurs méthodes et notamment la titrisation, principal élément déstabilisateur du système car il occulte la réalité des risques des actifs (pourris ou non) sous-jacents au « titre » proposés au spéculateur. Continue reading

Économiquement vôtre

La crise financière de 2008 a montré la fragilité d’une économie mondialisée basée sur la seule maxime de l’optimisation des revenus du capital et les dangers d’une exposition trop grande aux fluctuations des marchés mondiaux. A l’origine de cette crise mondiale, la crise des « subprimes » américaine[1] qui a entrainé avec elle l’ensemble du monde bancaire, et n’a pu se rétablir qu’au moyens de  rachats massifs[2] de passifs pourris par les Etats ou, dans le meilleur de cas, de garantie d’Etat[3] afin de relancer la dynamique de crédit nécessaire au fonctionnement de l’économie mondiale dans son schéma actuel. Le tout aux dépens des contribuables qui paient, par le biais de l’augmentation des dettes publiques[4], les dégâts causés par ces fluctuations spéculatives. Continue reading

Dexia vu par le CADTM

La débâcle de la banque franco-belge Dexia et ce que cela signifie dans le contexte de la situation financière actuelle de la zone euro: le point de vue de Eric Toussaint(1) dans cet article publié sur le site de la CADTM (Comité pour l’annulation de la Dette du Tiers Monde), dont j’ai par ailleurs pu interviewer un représentant (voir ce billet) dans un autre contexte. Continue reading

Monnaies parallèles et désobéissance civile

Les monnaies locales / parallèles / alternatives sont un thème récurrent de ce blog et un sujet sur lequel j’ai passé pas mal de temps finalement, y ayant même consacré un petit mémoire dans le cadre d’une formation.

Les initiatives en France ne sont pas très nombreuses mais ont le mérite d’exister, au point que même le journal les Echos fit récemment un article sur la monnaie complémentaire Sol lancée à Toulouse le 6 mai dernier: “Les Toulousains peuvent acheter des sols au Crédit Coopératif et au Crédit Municipal. Le sol vaut 1 euro ou presque : l’utilisateur gagne 5 % à l’achat contre des euros et perd 5 % à la revente. Il doit aussi prendre une carte d’adhésion de 15 euros dont le produit est reversé à des associations de chômeurs. La monnaie est gérée par un comité d’agrément réunissant des entreprises du réseau, les deux banques et la mairie. La ville a injecté 120.000 euros dans le dispositif, qui a reçu des aides du Crédit Coopératif, de GRDF, de la Caisse des Dépôts, la Macif, etc. L’imprimerie municipale a frappé les billets dotés d’un code à bulles infalsifiable fabriqué par Prooftag à Montauban. Pour lancer la monnaie, la ville a donné 8 cartes de 30 sols à chaque commerçant du réseau pour qu’ils les distribuent à des « ambassadeurs ». Elle attribue aussi 30 sols par mois pendant six mois à 90 familles au chômage des quartiers en difficulté.Continue reading