Tag Archives: Elections

Wisconsin, Recall Election Day

Ce 5 juin, les habitants du Wisconsin étaient appelés à une élection très spéciale: après 15 mois de lutte acharnée entre le gouverneur Scott Walker, Républicain, et la société civile démocrate de cet Etat pour un “recall”, c’est-à-dire une remise en jeu de l’élection de Walker suite à des actes considérés graves et anticonstitutionnels commis par ce dernier et son équipe, le jour du vote est arrivé. Pour la genèse de l’affaire, voir les articles publiés sur ce blog début 2011 et notamment le tout premier, “Révolution populaire aux USA?

Le premier combat, gagné par les anti-Walker, fut la validation juridique du processus de recall, au terme d’une vaste campagne de pétition. Il fallut ensuite choisir le candidat d’opposition à Scott Walker,Tom Barrett, candidat malheureux contre Walker lors de l’élection gouvernatoriale de 2010.

Au terme d’une campagne extrêmement dure entre la mafia millionnaire derrière Walker et l’investissement corps et âmes des militants démocrates derrière Barrett, s’est rejoué exactement le même scrutin qu’en 2010 avec le même résultat: victoire de Walker avec 53%, conte 46% pour Barrett et 1% pour l’outsider Hari Trivedi. La participation fut d’environ 58%. La répartition des votes, selon des sondages effectués à la sortie de l’isoloir, était identique à celle de 2010: Walker s’est imposé dans toutes les tranches d’age sauf les moins de 30 ans, il a gagné auprès des moyens et hauts salaires, des encartés Républicains, des ruraux et suburbains.

Énorme déception évidement pour les tenants du Recall. Et les mesures phare de Walker, a savoir la fin des droits de négociation collective pour les syndicats et d’importantes mesures d’austérité fiscale, risquent de finalement s’imposer. Néanmoins ce Recall restera dans les annales du Wisconsin comme le premier soulèvement à grande échelle des jeunes, des fonctionnaires, des employés syndiqués contre le bulldozer néolibéral.

Voir aussi: http://www.jsonline.com/blogs/news/157378455.html#!page=1&pageSize=10&sort=newestfirst

Syndicat de la Magistrature – Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy

Il me semble autant pertinent que salutaire de participer à la diffusion de cette lettre.

________________________________________________________________

Paris, le 2 mai 2012
12-14 rue Charles Fourier
75013 PARIS
Tel 01 48 05 47 88
Fax 01 47 00 16 05
Mail : syndicat.magistrature@wanadoo.fr
site : www.syndicat-magistrature.org

Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy sur l’état de la justice après Nicolas Sarkozy

 

Monsieur le candidat,
« Depuis presque cinq ans, j’ai cette obsession de tenter de rapprocher les Français et la justice » : ainsi vous exprimiez-vous le 13 janvier dernier, à l’Elysée, lors de vos vœux aux « Hautes Juridictions » (les basses attendront…). Décidément, au petit jeu du « je dis ce que je ne fais pas et je ne fais pas ce que je dis », vous êtes passé virtuose. Car qui plus que vous aura oeuvré, obsessionnellement en effet, non seulement depuis 2007 mais depuis 2002, à creuser le fossé entre le peuple et la justice, en ne cessant de jouer l’un(e) contre l’autre, d’utiliser l’un(e) pour soumettre l’autre ?
Qui plus que vous – et vos partisans à votre initiative ou avec votre assentiment – aura davantage (sous la Vème République du moins) violé la séparation des pouvoirs, dégradé la loi, travesti la réalité judiciaire, dénigré le travail des professionnels de la justice, tenu pour quantité négligeable les droits et attentes légitimes de tous ceux qu’on appelle abstraitement « les justiciables », c’est-à-dire l’ensemble des personnes qui ont recours ou sont confrontées, un jour ou l’autre, à l’institution judiciaire et qui réclament justice, autrement dit potentiellement tout le monde ?
Quelques hauts faits pour commencer, sous réserve d’inventaire : Read more

Toulouse et Montauban: A qui profite le crime?

Je suis écoeuré par la tribune populiste et démagogique qu’arpentent à grands pas les Sarkozy et autres Guéant sur le dos des victimes des attentats de Toulouse et Montauban.   “Ca aurait pu se passer ici” dit ce matin, la voix sombre et travaillée,  un Sarkozy surfant sur la vague du traumatisme et enfonçant le clou devant un parterre d’élèves qui n’avaient sûrement pas demandés à être là. Ce temps de parole est-il comptabilisé par le CSA? De même, Guéant se pavane à l’école Ozar-Hatorah et explique que le niveau écarlate du plan Vigipirate est bien sur mis en oeuvre pour notre sécurité. Des milliers de flics armés quadrillant l’espace public, chauffés à blancs par l’odeur du sang et, sans doute, la promesse tacite qu’on insistera encore moins que d’habitude sur les éventuels abus de pouvoirs et matraquages gratuits, il paraît que cela rassure le peuple. Moi, cela ne me rassure pas. D’autant moins que ce niveau Vigipirate écarlate a pour objectif officiel, notamment, de garantir la continuité de l’action gouvernementale… Un activiste politique averti en vaut deux: désormais c’est en toute légalité que les policiers peuvent vous casser la gueule et vous jeter en tôle sans autre forme de procès, vu que vous militez pour la non-continuité de l’actuel gouvernement. Ironie à part, Tremblez braves gens, et laissez moi m’occuper du reste résonne comme un leitmotiv en cette époque où tout est prétexte à augmenter contraintes et soumission à une autorité que l’on sait profondément corrompue.

A qui profite le crime? C’est la première question que se pose l’enquêteur. La réponse ici est évidente, même si le bénéficiaire n’en est pas nécessairement l’initiateur. Pourquoi ces victimes-là, et pourquoi maintenant, à un mois d’un premier tour électoral dont l’issue est plus qu’incertaine pour l’impétrant? On parle de militaires néonazis, dûment fichés et physiquement reconnaissables à leur stature et tatouages et dont la capture ne devrait, en ces conditions, pas poser de grands problèmes. On parle d’un acte islamiste antisémite et vengeur contre des musulmans (ou du moins, des Maghrébins) participant à une armée d’occupation en Afghanistan. Tout cela est plausible, tout comme est plausible une barbouzerie sur le modèle des tueurs du Brabant Wallon ayant sévit en Belgique entre 1983 et 1985. La aussi, un mode opératoire professionnel, pas de motif déclaré, et à ce jour pas d’inculpés. Je ne doute pas un instant que certaines officines françaises aient les moyens d’organiser ce genre de chose. On a eu l’affaire de paillotes corses, on à eu Tarnac, on peut tout à fait imaginer une série de meurtres racistes si l’enjeu en vaut la peine.

De la à dire que la clique Sarkozyste pourrait avoir commandité une telle action il y a un fossé que je ne franchirai pas mais chacun sait (ou devrait savoir) qu’il existe, au sein de l’Etat français comme ailleurs, un “Etat profond” réactionnaire qui tire les ficelles et agit en son strict intérêt. Et on peut comprendre que cet intérêt, étroitement lié au monde de la finance, du pétrole et des armes, verrait d’un très bon oeil la réélection de Sarkozy.

 

Elections USA: primaires et conservateurs primitifs

La course pour les primaires du parti républicain est devenue un face-à-face entre deux ultra-con-servateurs, Mitt Romney et Rick Santorum. Une course vers le fond d’un puits, pourtant fort profond, de bêtise et de radicalisme religieux, homophobe et machiste.  A tel point que même Jeb Bush, frère d’un certain W. Bush, gouverneur du Texas et peu soupçonnable d’un quelconque tropisme libéral (au sens américain du terme), ne se reconnait plus dans les diatribes des deux millionnaires visiblement prêts à tous pour mener la bataille présidentielle contre Obama.

A tel point qu’un stratège du GOP (Grand Old Party, le petit nom du parti républicain, que certains ont aujourd’hui renommé le Ghastly Outdated Party…), Alex Castellanos, trouve très dommageable que les prétendants soient anti-sex car “sex is popular”! Et reconnait que son parti se trouve aujourd’hui aux prises avec une équipe particulièrement faible (pouvait-on descendre plus bas que Sarah Palin? Oui!) et que les sympathisants du GOP sont en pleine déprime. Newt Ginrich, qui pu croire un temps battre Rommey et Santorum dans la course aux primaires, dans un récent speech à l’Université de Tulsa (Okla) considérait que Obama était “le plus dangereux président de l’histoire moderne des Etats-Unis” et que le battre était “un devoir de sécurité nationale”. Alors que dans l’esprit américain (oserais-je dire, l’imaginaire américain) c’est quand même Barack Obama qui a liquidé Ossama Ben Laden!

la semaine dernière Rick Santorum fut invité sur le Glenn Beck show avec sa famille, et ne trouva rien de mieux à dire qu’il comprenant pourquoi Obama voulait envoyer tous les jeunes américains en fac (college): “c’est parce que ce sont des centres d’indoctrination qui font du mal au pays”.

On ne peut prédire ce qui va se passer dans les mois à venir, mais les républicains semblent face à un choix: soit ils perdent misérablement contre Obama du fait de la pauvreté de leur offre, soit ils gagent et alors on pourra raisonnablement penser que les Etats-Unis n’existent plus en tant que pays civilisé.

 

The National Front, epicenter of french politics

An awful lot is being written and said these days on french-speaking radio, TV, internet and newspapers about the rise of the french National Front (Front National, or FN hereafter) in recent surveys and in last week’s result in local elections (of which the second round will take place this Sunday, hence the turmoil).  The arrival of Marine Le Pen at the helm has given the far-right party a new look: out goes head-on provocation and the scent of Arab-bashing skinheads that was the hallmark of ex-leader (but still honorary president) Jean-Marie Le Pen, in comes smooth talking, political correctness, a feminine figure, and the building of a political bureau which includes some serious people such as David Mascré, respected scientist, thinker and writer with more diplomas than he has letters to his name. According to the left-leaning newspaper Marianne, there even exists a FN shadow cabinet made up of high-ranking civil servants and known figures coming from other parts of the political spectrum, such as the sociologist Laurent Ozon, ex-Green and the economist Jean Roux, ex-PS (socialist party). Read more

Sarkoland: heading for a fall?

Terrible weekend for the French president and his ruling party, the UMP. The first round of local elections that took place in just over 2 000 “cantons” gave the UMP just over 17% of the vote, with the far-right National Front (FN) hot on its tail with 15% (compared with less than 5% in the previous elections 6 years ago). The social-democrats (PS)  saved the day with 25%, but attendance was very low, probably the lowest ever with around 45% of voters turning up. These three parties total about 57% of the vote, the remaining 43% being distributed among various right-to-center leaning parties (for about 17%) and left-leaning parties (16%) and Greens (over 8%). Read more

News from Sarkoland

The week has been hot for the ruling UMP party, and this week-end is going to be just as hot with the first round of voting in over 2 000 local constituencies. This will be at real test for the two major parties in French politics (conservative UMP and socialist PS) against each other but especially against the greens of Europe-Ecologie, the far-right Front National and the far-left Front de Gauche. The FN has been surging in the poll surveys lately, see this article for an overview about that. Multi-sided competition will occur in 70-80% of constituencies, in others it will be face to face UMP vs PS for lack of other representatives, but this should still give us a good idea of the rapport de force between the various sides, this being all the more interesting as it is the last election before the big one in 2012 for the French presidency.  Read more