Tag Archives: Etat policier

Génocide Arménien: triste victoire obscurantiste

Malgré un espoir la semaine dernière suite au verdict d’irrecevabilité de ce texte condamnant (à 1 an de prison et 45 000 E d’amende) tout délit d’opinion relatif à ce qu’il est convenu de nommer le Génocide Arménien,  les soi-disant représentants du peuple français siégeant au Sénat ont courbé l’échine face aux volontés obscurantistes (et surtout politiciennes) de Sarkozy et de Hollande. 127 voix pour et 86 contre, ces dernières provenant pour l’essentiel des écolos et radicaux de gauche. Merci à eux. Honte aux autres, ce d’autant qu’en 2006 (lors d’un précédent vote sur la même loi) la proportion était largement inversée (196 contre, 74 pour). Qu’est ce qui a changé depuis lors? L’Etat fasciste a nettement progressé. Selon Wikipédia, au sens large, le terme fascisme a pris un sens générique. Il s’est étendu à tout mouvement politique s’appuyant sur un pouvoir fort, les métiers organisés en corporations, l’anticapitalisme, le militarisme, l’exaltation du sentiment nationaliste, le rejet des institutions démocratiques et libérales, la répression de l’opposition et un contrôle politique extensif de la société civile. 

Dans le cadre actuel “la répression de l’opposition” n’est pas droite politicienne contre gauche politicienne, mais bien la clique corrompue  qui s’est appropriée le pouvoir (voir l’Etat Prédateur) contre la société civile – du moins la partie de cette société qui reste attachée aux idéaux d’humanisme et de liberté. La pénalisation de l’opinion est un élément central de tout Etat policier qui se respecte. En dépit des lois existantes, l’affaire Squarcini et les écoutes téléphoniques sauvages continuent de démontrer, si besoin était, que le fait du Prince reste en France une incontournable réalité, digne de cette grande et belle république bananière qu’un certain roitelet voulait “irréprochable”. Aujourd’hui 127 sénateurs, pourtant très protégés et supposés garants d’un certain respect constitutionnel, ont baissé leur culotte sous la bave hypocrite de leurs maîtres à penser.

 

USA, Obama, NDAA et la dérive totalitaire

En mai 2011 Barack Obama, détenteur d’un Prix Nobel de la Paix, faisait un discours sur le Moyen Orient et l’Afrique du Nord, qu’il concluait en faisant un parallèle entre les développements récents dans cette région, dont les bouleversements peuvent inquiéter de nombreux américains, et l’Histoire américaine qui est justement issue d’un rejet de l’autorité non choisie et le combat pour l’émancipation. Saisissons, disait-il, cette opportunité pour créer un monde plus pacifique, plus stable, plus juste.

A la fin du même mois, Barack Obama signait la reconduction du Patriot Act, législation barbare ayant instauré, officiellement, l’Etat Policier aux USA dans la foulée des évènements du 11 septembre 2001.  Sept petits mois plus tard, un 31 décembre pour que cela ne se voie pas trop (et pour cacher un reste de honte, peut être)  ce même Barack Obama signait le NDAA (National Defense Authorization Act for Fiscal Year 2012) laissant entendre dans ses articles 1031 et 1032 qu’il est dorénavant permit de détenir, sans procès ni limitation de durée, tout citoyen américain suspecté d’avoir collaboré avec des individus ou groupes perçus (identified as) comme terroristes.   Read more