Tag Archives: Sida

Journée mondiale de la lutte contre le Sida, revisitée

En ce jour à la gloire du marketing pharmaceutique, dont les bénéfices sur le dos des séropositifs se chiffrent en milliards d’euros, est-il encore possible de lutter contre le discours politiquement correct qui assène des chiffres d’infections toujours aussi alarmistes et appelle à l’intensification de la lutte, tout en reconnaissant que pas mal de gens aujourd’hui s’en foutent et que bien des jeunes ne savent même pas ce que “séropositif” veut dire?

Il y a un gros malaise avec le “système Sida”. D’un côté un enrichissement massif des labos qui profitent d’un marché captif (selon le dogme officiel, on ne guérit pas du Sida, on peut juste le garder sous contrôle grâce aux antiviraux) en vendant des médicaments à prix d’or, de l’autre une base scientifique beaucoup moins solide que ce que la com médiatique ne le laisse entendre. Le Sida en tant que tel (syndrôme d’immuno-déficience) existe, mais sa cause (ou ses causes) réelles, sa prévalence au sein de certaines populations “à risques” et notamment celles issue de l’Afrique sub-saharienne, sa définition variable d’un continent à l’autre, la non spécificité de ses tests de dépistage, l’histoire de la découverte du Vih entachée de fraude et de douteuses tractations politico-financières (qui fait que le comité Nobel de médecine n’a pas osé, pour son prix 2008, co-lister Robert Gallo avec Luc Montagnier alors qu’il est officiellement co-découvreur du supposé “virus du Sida”, et que le vrai découvreur, ou du moins celui qui a fait le boulot mais qui a ensuite refusé de participer au cirque commercial, Jean-Claude Chermann, n’apparaît nul part), bref un vaste éventail d’éléments qui permet à certains de penser que le discours officiel sur le Sida tient plus de la mythologie et du marketing que de la dure réalité scientifique.

Plusieurs documentaires à caractère dit “dissident” ont été tournés sur ce sujet, le plus connu étant sans doute House of Numbers réalisé en 2008 par le canadien Brent Leung. Il n’est pas le seul, et j’ai moi-même réalisé un petit documentaire lors d’une conférence “dissidente” dans le sud de la France en 2012.

Plusieurs livres ont aussi été publiés sur le sujet, généralement pas par n’importe qui – même si leurs réputations ont parfois souffert suite à leurs associations avec le mouvement dissident: le Dr Peter Duesberg avec “L’invention du virus du Sida”, le Dr Etienne de Harven avec “Les dix plus gros mensonges sur le Sida” ou encore le Dr Nancy Turner Banks avec son excellentissime “AIDS, Opium, Diamonds and Empire”.

La question de la nature réelle du Sida est complexe, et ne serait-ce que comprendre un petit peu le sujet demande d’investir pas mal de temps de lecture. Mais s’en tenir au discours officiels faits par et pour ceux qui tirent parti de la situation, ne peut plus suffire. Pour eux, le Sida est la plus importante épidémie de l’ère moderne. Pour d’autres, c’est la plus grande fraude scientifique de tous les temps. La réalité est sans doute quelque part entre les deux, mais pour l’instant c’est à chacun de se forger sa propre opinion et d’arrêter d’avaler toutes les couleuvres vendues par l’industrie de la peur.

Auto-infection des Grecs au VIH: ben voyons!

drug_needleOn aura pu lire sur le net et dans certains journaux une information, supposément issue de l’Organisation Mondiale de la Santé, comme quoi de nombreux Grecs dans la misère s’auto-infecteraient avec le VIH afin de bénéficier de l’aide sociale mensuelle de 700 € allouée, entre autres, aux séropositifs. A tel point qu’aujourd’hui la moitié des nouvelles infections seraient auto-infligées!

C’est vraiment prendre les gens, et les Grecs en particulier, pour des cons. Read more

Sidaction, l’incompréhensible foutage de gueule

C’est Sidaction-day en France. En 2012 l’opération a collecté 2,4 millions d’euros, dont 27% part en frais de gestion et de collecte – soit 648 000 euros tout de même.

Le marché des anti-rétroviraux a généré, en 2011, un volume sur les USA et les 5 plus grands marchés européens (Italie, France, Grande-Bretagne, Espagne et Allemagne) de plus de 10 milliards d’euros. Gilead Sciences, sans doute le principal fabricant de ces rétroviraux avec les marques Truvada et Atripla, a vendu à lui seul au dernier trimestre 2012 pour un total de 1,4 milliard d’euros pour ces deux produits (sur chiffre d’affaire pour la même période de 2 milliards d’euros). Profits déclarés de Gilead sur cette même période de 3 mois: 600 millions d’euros, dont au moins 400 millions pour Truvada et Atripla (marge bénéficiaire sur ces produits: entre 30% et 50% du chiffre d’affaire). Read more

Alexandre Moatti et le populisme élitiste

Ce billet se veut une modeste réponse à l’article d’Alexandre Moatti paru sur slate.fr en début de ce mois, “Beppe Grillo et le populisme scientifique“. Mr Moatti fait partie de l’establishment scientifique et présente un CV brillant: Ingénieur en chef des Mines, chercheur associé à l’université Paris-VII, il est auteur de l’ouvrage Alterscience. Postures, dogmes, idéologies (Odile Jacob 2013), et d’un blog de sciences.

Il représente la grande majorité des scientifiques et des gens qui se disent “raisonnables”, certains du bien -fondé de leur mode de pensée rationaliste, de leur éducation cartésienne, du sérieux et de la transparence de nos institutions, de la parfaite bonne foi de nos élites et des grandes multinationales de ce monde. La crise financière, Fukushima, les guerres issues du 11 septembre 2001 ne sont pour eux que des accidents tout à fait involontaires, ou la réponse légitime aux attaques de terroristes obscurantistes agissant sans aucune connexion à nos pures démocraties. Nos services secrets ont à coeur notre liberté et agissent pour notre bien dans le respect de nos lois. Et si ces lois se révèlent hautement liberticides, telle le Patriot Act, c’est évidemment pour la bonne cause, pour nous “protéger”. Et – j’allais oublier – les OGM sont un grand bienfait pour l’humanité. Toutes choses qui sont manifestement fausses, que l’on sait fausses si on prend la peine de lire ou d’écouter autre chose que les déclarations officielles et TF1. Read more

VIH: pour mieux comprendre les tests de séropositivité

Cette vidéo (en anglais) est une suite d’interviews de scientifiques et de journalistes impliqués dans la polémique sur la ou les causes réelles du Sida. Ces interviews, dont le premier concerne l’inventeur des tests de séropositivité au VIH Robert Gallo, traitent de la nature exacte de ces tests: que mesurent-ils vraiment, quelle est leur spécificité et leur sensibilité, et qu’est ce qu’être “séropositif” veut vraiment dire.

Ces interviews furent conduites par Brent Leung dans le cadre du documentaire House of Numbers, qui n’en reprenait que quelques extraits.

Semer des graines de doute – Feuillet 6

Feuillet précédant                     Introduction

Troisième partie : Le doute en action

 Cette dernière partie traite de ma propre approche du doute au travers d’exemples concrets développés dans ma pratique, entièrement bénévole, de blogueur parfois polémique et de participants à un mouvement d’éducation populaire.

La posture critique

En août 2008 je publiais sur le site Médiapart un billet sur la liberté d’expression1 en m’en prenant à l’interdiction du livre du général Aussaresse: « Je prends un exemple politiquement incorrect: la publication par les éditions du Rocher du livre du général Aussaresse “Pour la France, Services Spéciaux, 1942-1954″. Je n’ai pas lu ce livre et n’ai absolument aucune sympathie pour le personnage, mais j’estime que ceux qui ont fait ce procès, notamment la Ligue des Droits de l’Homme, commettent un abus de justice: à partir du moment ou personne n’est obligé de lire ce livre, que ce n’est pas un exercice en flagrante diffamation, on ne doit pas l’interdire, et ce d’autant moins qu’il représente une certaine réalité historique, aussi horrible soit-elle. C’est une question de principe, soit on accepte la liberté d’expression, soit on ne l’accepte pas, il n’y a pas de situation intermédiaire». Le livre est interdit par la justice française, mais en janvier 2009 la Cour Européenne des Droits de l’Homme rejette cette décision, arguant ainsi : « La publication d’un témoignage de ce type s’inscrivait indubitablement dans un débat d’intérêt général d’une singulière importance pour la mémoire collective : fort du poids que lui confère le grade de son auteur, devenu général, il conforte l’une des thèses en présence et défendue par ce dernier, à savoir que non seulement de telles pratiques avaient cours, mais qui plus est avec l’aval des autorités françaises. » La Cour Européenne en profita pour rappelle sa jurisprudence établie depuis 30 ans, aux termes de laquelle la liberté d’expression vaut non seulement pour les informations ou idées considérées comme inoffensives ou indifférentes, mais aussi pour celles qui heurtent, choquent ou inquiètent. Read more

Le Nouveau Virus de l’Empereur

Le documentaire “Le Nouveau Virus de l’Empereur” cherche à déterminer, précisément et en des termes compréhensibles de tous, ce qu’est le VIH et comment il fut supposément identifié, et quels sont très exactement les arguments de ceux et celles qui prétendent que rien ne permet, en fait, de dire que le VIH existe ni que, s’il existe, il est responsable de la condition Sida. Condition qui, en tant que telle, n’est nullement remise en question.

Désormais sous-titré en français, ce documentaire est la suite du documentaire “House of Numbers” qui nous faisait faire un tour du monde sur la piste du VIH. les deux sont du même auteur, Brent Leung. Le titre est un clin d’oeil au conte d’Andersen “les habits neufs de l’Empereur“, qu’il peut être intéressant de se remettre en mémoire avant de regarder le film.

Ce blog contient un nombre important d’articles sur le VIH, cliquez ici pour une liste.

« Older Entries