Tag Archives: Syrie

Au fait, et les bombardements contre Daesh?

Photo montrant un terroriste de Daesh qui pourrait être le Français Michaël Dos Santos.

Source: http://www.20minutes.fr/monde/1483571-20141119-video-decapitation-second-bourreau-francais-identifie

Les décapitations d’otages occidentaux par les barbus de Daesh en septembre dernier furent prétexte pour une “guerre sainte” occidentale contre la marée noire islamiste se rependant sur les territoires d’Irak et de Syrie. Marée noire qui n’est que le fruit de 10 ans d’ingérence et de double jeu par les USA et ses alliés dans le but de maintenir ce bruit de fond de “menace terroriste” et ainsi justifier les énormes dépenses du Pentagone et des services secrets. Car en effet, après 800 sorties aériennes effectuées contre Daesh (au coût moyen de 1 million de dollars la sortie, argent qui bien évidemment n’est pas perdu pour tout le monde), on a quoi: d’autres décapitations d’otages occidentaux… et les éternels discours dégoulinants d’hypocrisie de nos grands chefs.

800 sorties, zéro résultat. Pour les “experts”, il faut envoyer des troupes au sol. Comme ce fut le cas en Irak en 2003: 29 000 bombes et 466 000 personnes, 10 ans de guerre… pour rien. Pire que rien. Pire encore, pour l’instant rien de glorieux à se mettre sous la dent médiatiquement parlant…

Mais on vient de trouver! La menace islamiste est désormais bien ancrée chez nous et même dans le bocage normand, c’est tout dire! Heureusement quand même que ce n’est pas dans la Creuse… Pourtant, il me semble qu’au début de l’affaire syrienne et les grandes déclarations anti-Bachar de nos braves leaders (voir l’article Syrie, guerre religieuse et géopolitique), la France était l’alliée des rebelles eux-même alliés à EIIL (ou ISIL, aujourd’hui Daesh, anciennement Al Quada en Irak). Le départ de Français en Syrie ou en Irak pour combattre un ennemi officiel de la France (la Syrie de Bachar el-Assad), poserait-il un tel problème si les décapitations ne concernaient que des arabes?

Daesh est sunnite et à ce titre allié de l’Arabie Saoudite, tout comme le Quatar, le Koweit et les EAU. Et tous ennemis de l’Iran. Deash leur est donc bien utile pour occuper le terrain irakien et faire barrage à l’influence iranienne. Tous sont également bien copains avec les USA, et si Daesh a aujourd’hui une telle ampleur c’est bien parce que ces gens-là l’on bien voulu (et qu’ils l’ont financé), et que tout ceci n’est qu’un grand théâtre. Un théâtre mortel qui peut attirer certains esprits manipulables qui ne voient pas les ficelles, mais qui sont médiatiquement et politiquement bien utiles pour continuer la mission centrale de toute bonne gouvernance post 11 septembre 2001: maintenir un niveau suffisamment élevé d’anxiété au sein des populations pour faire passer tout et n’importe quoi, et profiter du chaos sur place.

Ah, la douce lueur des bombes dans le désert irakien…

Ça faisait longtemps, ce bruit de bottes occidentales sur le sable irakien au nom de la liberté d’un peuple opprimé par le grand méchant dictateur islamiste. Après les cuisants échecs de ces treize dernières années, et la multiplication des foyers islamistes en réaction à l’insondable hypocrisie d’une politique à deux vitesses qui ne dit rien des atrocités des”amis”, de Guantánamo au régime islamiste wahhabite saoudien en passant par les petites répressions sanglantes genre Bahrain que l’on brosse discrètement sous le tapis, mais politique qui bondit en se frappant le torse et en hurlant son indignation dès que l’ennemi, en l’occurrence l’idiot utile généralement barbu mené par le fric, l’ignorance et, pour les plus cons, la promesse des 99 vierges, grignote un peu trop de terrain où se permet de trancher des gorges d’otages occidentaux – paix à leurs âmes. Pratique qui, par ailleurs, est assez courante dans les milieux du banditisme latino mais ces victimes-là n’intéressent pas grand monde. Et qui n’est guère pire que la torture infligée au condamnés à mort dans les prisons US ou le fait de couper les mains aux voleurs comme cela se pratique chez nos “amis” wahhabites. Read more

Syrie, entre guerres religieuses et géopolitique

image

Le conflit qui ravage le Moyen-Orient, de l’Irak à la Syrie en passant par le Liban, peut se voir comme un conflit interconfessionnel entre Sunnites et Chiites, attisé par la peur qu’ont les Saoudiens de voir l’Iran sortir de sa position de paria grâce à un accord irano-américain sur la question du nucléaire iranien. Un Iran libéré, à 80% chiite, dont l’influence est déjà très présente en Irak suite au fiasco de l’intervention US, poserait un sérieux challenge à une Arabie Saoudite sunnite très riche mais relativement vulnérable militairement parlant(1). Un Iran qui est également allié du Hezbollah libanais (chiite), contre un gouvernement libanais qui vient de recevoir une aide au développement militaire de trois milliards de dollars de la part… des Saoudiens. Read more

Syrie, ouverture du troisième front

image

Voici un an déjà, l’hypocrisie occidentale (et notamment française) vis-à-vis de la réalité du conflit syrien était présentée dans ce billet “Syrie: le loup islamiste sort du bois” (1). Il ne s’agissait pas des “bons” révolutionnaires supposés modérés et démocratiques contre le “méchant dictateur” Bachar el-Assad, mais d’un ménage à trois dans lequel les rebelles légitimes (syriens) étaient infiltrés par les mercenaires islamistes venus d’ailleurs, et notamment d’Irak (combattant sous la bannière ISIL – Islamic State of Iraq and the Levant). Read more

La Syrie, le sarin et les salauds

© Robert King/ Polaris/ Starface

© Robert King/ Polaris/ Starface

Suite aux deux derniers articles publiés cet été sur le sujet de la grosse manip politique centrée sur la Syrie, “Syrie, d’où vient le gaz sarin?” et “Syrie, le grand n’importe quoi“, en voici la suite inspirée par le journaliste US Seymour M. Hersh et sa colonne à paraître le 19 décembre dans la London Review of Books: “Whose sarin?” (le sarin de qui?). L’article a été traduit en français, à l’adresse suivante: http://www.legrandsoir.info/le-sarin-de-qui-london-review-of-books.html
Read more

Syrie: d’où vient le gaz sarin?

Le rapport des Nations Unies à peine publié et confirmant l’usage de gaz sarin en Syrie le 21 août dernier, l’axe guerrier constitué de la France, de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis a immédiatement estimé que la preuve était faite que Assad était à l’origine de ce massacre, dont acte. Mais le reste du monde, Russie en tête, fait remarquer que ce rapport ne précise pas du tout l’origine des obus meurtriers, et au contraire dit que les obus, une variante du modèle conventionnel “M14″, pouvait aussi bien être un original qu’une “improvisation”. Le rapport ajoute que, pendant l’expertise sur le terrain (en terrain rebelle), les inspecteurs ont vu passer d’autres munitions suspectes, impliquant la possibilité que les “preuves” auraient pu être déplacées ou manipulées.

L’ambassadeur Russe à l’ONU, Vitali Tchourkine, a en outre mis le doigt sur le fait qu’il est surprenant de constater qu’une attaque chimique menée par les forces gouvernementales contre les rebelles n’aurait fait aucune victime parmi les forces rebelles. La Russie défend toujours l’hypothèse d’un coup monté par les rebelles pour faire accuser Assad et entraîner une action militaire occidentale en leur faveur. Read more

Syrie: le grand n’importe quoi

Cela faisait dix ans que l’on ne nous avait pas ressorti les armes de destruction massive, utilisées par quelque infâme régime, pour justifier du hold-up d’un pays supposément souverain, mais le vieux diable est de retour. De retour mais pas en grande forme quand même. L’ange blanc de 2003, la France, à l’époque de droite, s’est transformée en 2013 en faucon socialo-impérialiste, sans doute de vieux fantasmes guerriers ravivés par une impression de succès au Mali et qui font bander les petits hommes en costumes-cravates dans leurs salons parisiens. Sûr que la castagne, surtout à distance et sur plus faible que soi, ça change des réformes des retraites et du chômage. Read more

« Older Entries