Tag Archives: Terrorisme

Au fait, et les bombardements contre Daesh?

Photo montrant un terroriste de Daesh qui pourrait être le Français Michaël Dos Santos.

Source: http://www.20minutes.fr/monde/1483571-20141119-video-decapitation-second-bourreau-francais-identifie

Les décapitations d’otages occidentaux par les barbus de Daesh en septembre dernier furent prétexte pour une “guerre sainte” occidentale contre la marée noire islamiste se rependant sur les territoires d’Irak et de Syrie. Marée noire qui n’est que le fruit de 10 ans d’ingérence et de double jeu par les USA et ses alliés dans le but de maintenir ce bruit de fond de “menace terroriste” et ainsi justifier les énormes dépenses du Pentagone et des services secrets. Car en effet, après 800 sorties aériennes effectuées contre Daesh (au coût moyen de 1 million de dollars la sortie, argent qui bien évidemment n’est pas perdu pour tout le monde), on a quoi: d’autres décapitations d’otages occidentaux… et les éternels discours dégoulinants d’hypocrisie de nos grands chefs.

800 sorties, zéro résultat. Pour les “experts”, il faut envoyer des troupes au sol. Comme ce fut le cas en Irak en 2003: 29 000 bombes et 466 000 personnes, 10 ans de guerre… pour rien. Pire que rien. Pire encore, pour l’instant rien de glorieux à se mettre sous la dent médiatiquement parlant…

Mais on vient de trouver! La menace islamiste est désormais bien ancrée chez nous et même dans le bocage normand, c’est tout dire! Heureusement quand même que ce n’est pas dans la Creuse… Pourtant, il me semble qu’au début de l’affaire syrienne et les grandes déclarations anti-Bachar de nos braves leaders (voir l’article Syrie, guerre religieuse et géopolitique), la France était l’alliée des rebelles eux-même alliés à EIIL (ou ISIL, aujourd’hui Daesh, anciennement Al Quada en Irak). Le départ de Français en Syrie ou en Irak pour combattre un ennemi officiel de la France (la Syrie de Bachar el-Assad), poserait-il un tel problème si les décapitations ne concernaient que des arabes?

Daesh est sunnite et à ce titre allié de l’Arabie Saoudite, tout comme le Quatar, le Koweit et les EAU. Et tous ennemis de l’Iran. Deash leur est donc bien utile pour occuper le terrain irakien et faire barrage à l’influence iranienne. Tous sont également bien copains avec les USA, et si Daesh a aujourd’hui une telle ampleur c’est bien parce que ces gens-là l’on bien voulu (et qu’ils l’ont financé), et que tout ceci n’est qu’un grand théâtre. Un théâtre mortel qui peut attirer certains esprits manipulables qui ne voient pas les ficelles, mais qui sont médiatiquement et politiquement bien utiles pour continuer la mission centrale de toute bonne gouvernance post 11 septembre 2001: maintenir un niveau suffisamment élevé d’anxiété au sein des populations pour faire passer tout et n’importe quoi, et profiter du chaos sur place.

Syrie: d’où vient le gaz sarin?

Le rapport des Nations Unies à peine publié et confirmant l’usage de gaz sarin en Syrie le 21 août dernier, l’axe guerrier constitué de la France, de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis a immédiatement estimé que la preuve était faite que Assad était à l’origine de ce massacre, dont acte. Mais le reste du monde, Russie en tête, fait remarquer que ce rapport ne précise pas du tout l’origine des obus meurtriers, et au contraire dit que les obus, une variante du modèle conventionnel “M14″, pouvait aussi bien être un original qu’une “improvisation”. Le rapport ajoute que, pendant l’expertise sur le terrain (en terrain rebelle), les inspecteurs ont vu passer d’autres munitions suspectes, impliquant la possibilité que les “preuves” auraient pu être déplacées ou manipulées.

L’ambassadeur Russe à l’ONU, Vitali Tchourkine, a en outre mis le doigt sur le fait qu’il est surprenant de constater qu’une attaque chimique menée par les forces gouvernementales contre les rebelles n’aurait fait aucune victime parmi les forces rebelles. La Russie défend toujours l’hypothèse d’un coup monté par les rebelles pour faire accuser Assad et entraîner une action militaire occidentale en leur faveur. Read more

11 septembre 2001 (suite et fin): le documentaire “le Nouveau Pearl Harbor”


11-Septembre : Le Nouveau Pearl Harbor (1/3) par ReOpen911

Pour conclure cette petite série de trois articles en ce 12ème anniversaire des attentats du 11 septembre 2001 (voir http://rhubarbe.net/blog/2013/09/11/11-septembre-2001-quel-avenir-pour-le-mouvement-contestataire/ et http://rhubarbe.net/blog/2013/09/15/11-septembre-2001-cont-la-campagne-rethink-911/ ), voici la première partie du dernier documentaire distribué par ReOpen 911, avec traduction française.

Ce film s’attache d’abord à montrer les parallèles entre l’attaque de Pearl Harbor par les Japonais le 7 décembre 1941, et le 11 septembre 2001. Dans les deux cas, les principaux dirigeants américains savaient qu’une attaque était en préparation mais ont tout fait pour que les systèmes de défenses n’en soient pas informés, et réduits à leur efficacité minimale. Dans les deux cas, ces dirigeants avaient besoin d’un choc traumatique  pour faire marcher la population dans le sens de la guerre, contre les Allemands en 1941 et contre l’Irak en 2001. Dans les deux cas, les autorités ont par la suite montés des études et enquêtes bidon concluant, en gros, que tout cela fut la faute à “pas de chance”.

Il fait ensuite le tour des anomalies et zones d’ombres qui traversent toute la chaîne des événements menant au 11 septembre, les attentats eux-même et leurs conséquences, la disparition des preuves, etc…

Il est évitent que, même si les médias et instances officielles ne font quasiment plus jamais mention du 11 septembre en dehors des traditionnelles génuflexions à “l’Histoire selon la Raison d’Etat”, il reste des gens qui pour diverses raisons continuent à aiguillonner la population et à demander la réouverture (d’où le nom de ReOpen 911) de l’enquête et la prise en compte de tout ce que l’on a appris en douze ans sur ce qui s’est vraiment passé à ce moment-là. Cette date marque le point de départ d’un mouvement de fond toujours en cours contre d’une part des populations cibles (le monde arabe et ses ressources naturelles) et d’autre part contre les libertés fondamentales des populations occidentales au nom de la “guerre contre le terrorisme”, épouvantail sans chair flottant tel un drapeau pirate aux frontons des armées privées, fournisseurs d’armes, gouvernements corrompus, services secrets mafieux, sociétés pétrolières et minières, et autres grands argentiers qui tirent profit d’un monde vandalisé mais qui sont, eux, les vrais terroristes.

My American friends, it’s time to wake up. Really.

Dear American friends,

You’ve heard of the NSA eavesdropping scandal that recently hit the US “security” establishment via whistleblower Ed Snowden. You’ve probably heard President Obama’s response (transcript here) including this passage:

But I think it’s important to recognize that you can’t have a hundred percent security and also then have a hundred percent privacy and zero inconvenience. You know, we’re going to have to make some choices as a society.” Read more

Syrie: le loup islamiste sort du bois

On ne parle plus trop de la Syrie depuis que le Mali lui a momentanément volé la vedette dans la catégorie hypocrisie et enfumage. Ça tombe bien car l’image que veulent nous laisser nos chers dirigeants de la Syrie, un combat entre de courageux rebelles aidés de quelques gentils barbus et du support politique de pays affamés de liberté et de démocratie (hé hé, voir cet article)  contre l’atroce Assad,  a du plomb dans l’aile. Read more

USA, Obama, NDAA et la dérive totalitaire

En mai 2011 Barack Obama, détenteur d’un Prix Nobel de la Paix, faisait un discours sur le Moyen Orient et l’Afrique du Nord, qu’il concluait en faisant un parallèle entre les développements récents dans cette région, dont les bouleversements peuvent inquiéter de nombreux américains, et l’Histoire américaine qui est justement issue d’un rejet de l’autorité non choisie et le combat pour l’émancipation. Saisissons, disait-il, cette opportunité pour créer un monde plus pacifique, plus stable, plus juste.

A la fin du même mois, Barack Obama signait la reconduction du Patriot Act, législation barbare ayant instauré, officiellement, l’Etat Policier aux USA dans la foulée des évènements du 11 septembre 2001.  Sept petits mois plus tard, un 31 décembre pour que cela ne se voie pas trop (et pour cacher un reste de honte, peut être)  ce même Barack Obama signait le NDAA (National Defense Authorization Act for Fiscal Year 2012) laissant entendre dans ses articles 1031 et 1032 qu’il est dorénavant permit de détenir, sans procès ni limitation de durée, tout citoyen américain suspecté d’avoir collaboré avec des individus ou groupes perçus (identified as) comme terroristes.   Read more

L’obsession sécuritaire – sur ARTE

Après les attaques du 11 septembre 2001 contre le World Trade Center et le Pentagone, les attentats de Madrid en 2004, et ceux de Londres en 2005, ont incité les gouvernements européens à renforcer eux aussi les mesures de lutte anti-terroriste. Ce documentaire passe au peigne fin les lois élaborées dans ce cadre et observe, à travers plusieurs cas en Grande-Bretagne, en Allemagne et en France, les dérives qu’elles ont entraînées. “A priori, ce n’est pas parce qu’on lutte contre le terrorisme qu’on doit amoindrir les libertés et faire baisser le niveau de l’État de droit”, estime Philippe Texier, représentant de la Commission internationale de juristes (organisation non gouvernementale internationale de défense des Droits de l’homme). Pourtant, des arrestations comme celle du groupe de Tarnac ou d’Adlène Hicheur, chercheur au Cern, montrent que, sous prétexte de prévention et de protection des citoyens, on en accuse d’autres à tort et sans respecter leurs droits fondamentaux.

 

« Older Entries