Gravité entropique contre matière noire.

Gravité entropique contre matière noire.

Après la gravité de Newton basée sur l’attraction des masses, puis celle d’Einstein sur la déformation de l’espace-temps, puis la gravité quantique qui constate les mêmes effets mais partant d’un modèle incompatible avec Einstein, voici peut-être venue l’ère de la gravite entropique.  Lire la suite « Gravité entropique contre matière noire. »

Guerre ouverte entre Donald Trump et l’Etat Profond US

Guerre ouverte entre Donald Trump et l’Etat Profond US

Le monde ayant suivi, de près ou de loin, les tirs de barrage entre le futur président US Donald Trump et l’establishment, peut se poser quelques questions sur la santé mentale des maîtres de la première puissance militaire mondiale. La situation est brillamment résumée par cet article de Glenn Greenwald dans The Intercept ce 11 janvier (1), intitulé « L’Etat Profond (2) part en guerre contre le Président-Elu », dont je vous traduit ci-dessous la partie qui pose le contexte de l’affaire. Je précise à toutes fins utiles que Greenwald n’est pas un supporter de Trump et qu’il est celui qui a fait publier les découvertes d’Edward Snowden sur la NSA.  Lire la suite « Guerre ouverte entre Donald Trump et l’Etat Profond US »

De l’imperceptibilité du réel.

De l’imperceptibilité du réel.

Une thématique fort à la mode en ce début 2017, suite notamment au Brexit et à l’élection de Donald Trump, est l’avènement d’un monde « post-factuel » où, selon la Tribune par exemple, « C’est une époque nouvelle où les faits n’auraient plus d’importance et où chacun se déterminerait davantage en fonction de ses opinions et de ses préjugés que d’une analyse froide et circonspecte de la réalité.(1) » Le Oxford Dictionary a même choisi le mot « post-truth », ou « post-vérité », comme mot de l’année 2016.

Mais là n’est pas l’objet de cet article, c’est juste une introduction commode à un sujet qui l’est beaucoup moins: notre notion fondamentale qu’il y a un lien fort entre notre survie, au sens large, et notre perception précise de la réalité du monde, serait fausse. Lire la suite « De l’imperceptibilité du réel. »

Syrie: où est la diplomatie européenne?

Syrie: où est la diplomatie européenne?

Deux événements concomitants illustrent parfaitement la disparition de l’Europe diplomatique sur le théâtre syrien et, plus globalement, mondial: d’une part l’attentat de Berlin qui, comme ceux de Nice ou du Bataclan en France, nous rappelle à quel point l’Europe est impliquée dans la crise syrienne et moyen-orientale en général car nous sommes considérés comme des cibles légitimes par les islamistes. D’autre part le sommet de Moscou entre Russes, Iraniens et Turcs installant un monopole de fait sur le contrôle de la Syrie. Monopole d’où nous sommes exclus, tout comme les américains d’ailleurs mais eux, en gros, s’en foutent.

Nous, on ne s’en fout pas. Lire la suite « Syrie: où est la diplomatie européenne? »

Bidonville de Calais. Après effacement.

Bidonville de Calais. Après effacement.
La lande autour de l’ancien centre de vacances Jules Ferry, qui longe la rocade amenant au port de Calais, fut ouverte aux migrants en 2014 afin de les déloger des divers sous-bois et usines désaffectées de la ville. Les facilités du centre Jules Ferry, prévues pour 1 500 personnes, furent rapidement dépassée et, selon les sources, le camp – devenu un bidonville presque « classique » avec ses petites boutiques, restos, mosquée, théâtre, école et une mer de tentes rafistolées – atteignit  en 2016 un niveau de population oscillant entre 5 000 et 10 000 personnes.

Lire la suite « Bidonville de Calais. Après effacement. »

Russie, Syrie, USA: CIA pyromane.

Russie, Syrie, USA: CIA pyromane.

Triste fin de règne pour Barack Obama qui se voit contraint de s’aligner sur le « rapport » de la CIA accusant la Russie d’avoir piraté l’élection américaine au profit de Trump (1). « Piraté l’élection » étant d’ailleurs un grand mot car, aux dires même du New York Times qui pourtant roule pour les Démocrates, l’accusation spécifique porte sur le hacking du serveur de courriel du parti Démocrate et du serveur privé de John Podesta, directeur de campagne Hillary Clinton (2). Et pas sur la manipulation du vote lui-même, comme l’establishment US aime à le laisser croire. Lire la suite « Russie, Syrie, USA: CIA pyromane. »

Alep selon l’ONU: Syrien ne bouge.

Alep selon l’ONU: Syrien ne bouge.

Ce 30 novembre M. François Delattre, représentant permanent de la France auprès des Nations unies, s’est fendu d’un discours intitulé Alep est en train de tomber sous nos yeux  dans lequel il fustige l’action militaire sanglante sur Alep et en appelle à la communauté internationale, et en particulier à la Russie, à « rompre l’engrenage en cours – un engrenage dont le legs sera un pays dévasté, promis à des décennies d’instabilité, de violence et de terrorisme.« (1). Certes. C’est juste dommage, pour la France, d’avoir collaboré à la mise en marche de cet engrenage en prenant si rapidement parti pour les rebelles anti-Assad, qui se sont vite fait bouffer par les islamistes. On ne se serait pas mêlé des affaires internes de la Syrie qu’on en serait sans doute pas là. Non pas que le Bachar soit particulièrement sympathique mais il était reconnu comme le représentant légitime de la Syrie, qu’il est de facto redevenu. Donc tout ça pour rien, mais à quel prix! Lire la suite « Alep selon l’ONU: Syrien ne bouge. »

Journée mondiale du Sida: à l’Aides!

Journée mondiale du Sida: à l’Aides!

1er décembre 2016, journée mondiale du Sida. France Culture y consacrait une partie de sa matinale en invitant le directeur de l’Agence Nationale de Recherche sur le Sida (ANRS),  Jean-François Delfraissy ainsi que  le Dr Marc Gastellu-Etchegorry, secrétaire médical international adjoint de Médecins sans frontières (1). Gentillette discussion où l’on fait la promotion d’une recherche désintéressée et tournée vers la santé des patients (LOL), la prise préventive de Truvada (2) pour compenser (et de fait encourager) le refus d’utilisation du préservatif chez les homosexuels (d’où le retour massif de la syphilis entre autres MST qui se fichent bien du Truvada), et les espoirs sur le succès d’un énième test de vaccin anti-vih qui va se dérouler en Afrique du Sud d’ici à 2020 (3) et dont le taux de protection, dans le meilleur de cas, devrait tourner autour de 50%… Bref, business as usual. Lire la suite « Journée mondiale du Sida: à l’Aides! »

Pourquoi Trump?

Pourquoi Trump?

A quelques jours de l’élection présidentielle américaine, ce 8 novembre, la course entre Hillary Clinton et Donald Trump est plus incertaine que jamais. D’un côté une figure majeure de l’establishment, profondément corrompue et incompétente (1), aux amitiés douteuses mais gardienne du camp du « business as usual »: clientélisme,  interventionnisme au seul bénéfice du complexe militaro-industriel, enrichissement des plus riches et paupérisation des classes moyennes encerclées par une police militarisée. Clinton est l’égérie de l’Etat prédateur si bien décrit par James Galbraith en 2008 (2).

De l’autre côté Trump, magnat de l’immobilier le jour et guignol le soir, hors système mais récupéré par le parti républicain qui espérait ainsi s’en débarasser via les primaires, qu’il a finalement gagnées. Lire la suite « Pourquoi Trump? »

Un sentiment d’effarement.

Un sentiment d’effarement.

Parfois je suis effaré. Cela fait quinze ans que je vis en France, que je participe à ma petite échelle à la vie de ce beau pays, et que j’y croise un grand nombre de personnes qui se bougent pour faire avancer les choses dans le bon sens. Le bon sens, c’est-à-dire pour une meilleure démocratie, moins d’inégalités, moins de violence institutionnelle et plus d’humanité dans nos rapports aux autres même – et surtout – s’ils sont différents. Je ne suis pas toujours d’accord avec ce que disent les gens que je considère néanmoins bien intentionnés,  mais depuis quelques temps ce désaccord salutaire se transforme parfois en effarement, voir en inquiétude sur ce qui nous attends dans un futur proche.

Effarement devant le rouleau compresseur du politiquement correct, devant la naïveté de ceux et celles qui croient encore à la neutralité de l’Etat, devant le radicalisme présenté comme anti-radicalisme, devant le sabordement des règles du débat menant à la police de la pensée et à la dictature. Lire la suite « Un sentiment d’effarement. »