Wisconsin, épicentre d'une révolte des électeurs américains?

Depuis le passage en force en fin de semaine dernière des républicains de Scott Walker à Madison et la « tractorcade » de centaines de fermiers protestant dans les rues pendant le week-end, l’affrontement est passé de la rue aux urnes: il existe dans certains Etats des Etas-Unis, dont le Wisconsin, une procédure dite du « recall » qui permet aux citoyens de demander un vote de non-confiance envers leurs élus territoriaux. Il faut pour cela créer des pétitions, la mesure étant recevable au-delà d’un certain nombre de pétitionnaires – chaque Etat ayant ses spécificités. Le « recall », s’il parvient à « dé-élire » un élu, permet également l’élection d’un remplaçant.

Malgré le fait que cette mesure existe depuis le 19ème siècle, elle a rarement été utilisée: à peine une vingtaine de fois dont huit fois les 10 dernières années. Dont le Wisconsin déjà, en 2003 avec le recall du sénateur démocrate Gary George.

Le mois de manifestation à Madison et le déni de démocratie perpétré par l’équipe de Walker semble avoir galvanisé les citoyens dans une vague de recalls allant bien au-delà du Wisconsin, et des deux côté de la barrière démocrates/républicains: Au Wisconsin il y a actuellement 32 pétitions visant a recall de 16 sénateurs, 8 démocrates pour « abandon de poste »  et 8 républicains pour « déni de démocratie ». C’est du jamais vu, d’autant que ces initiatives de recall sont très onéreuses (comme tout ce qui touche à la politique, malheureusement) et complexes car il faut faire valider juridiquement chaque signature. Mais cette fois-ci l’argent et la détermination semblent venir d’un peu partout. Cette vague qui démarre à Madison pourrait bien se transformer en tsunami électoral selon certains observateurs américains. La semaine dernière le maire républicain de Miami, Carlos Alvarez, est tombé face à un recall organisé par son propre parti pour avoir augmenté des taxes et les salaires des fonctionnaires territoriaux. La cause profonde de tout ceci n’est pas un simple réveil populaire mais est la détérioration des conditions de vie de nombreux américains de classes populaires depuis 2008 qui supportent de moins en moins de laisser faire les ploutocraties locales. Cette détérioration a pour miroir l’augmentation de richesse de la petite minorité qui s’est produite dans le même temps et notamment grâce au plan de sauvetage du système bancaire. Aujourd’hui les 400 américains les plus fortunés détiennent la même valeur de patrimoine que les 155 millions les plus modestes, dixit Michael Moore. Cette ploutocratie n’admet plus la moindre résistance de la part des syndicats et des élus populaires, comme on l’a vu récemment à Madison, et va elle aussi tenter des actions de recall contre les élus trop peu coopératifs. On peut donc s’attendre à un réel affrontement type « luttes des classes » dans les mois à venir.

 

2 réflexions sur “Wisconsin, épicentre d'une révolte des électeurs américains?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s