Halte aux tentatives d’intimidation vis-à-vis des militants et des sympathisants de RESF

Je reproduis ici une circulaire de RESF 71 relative aux convocations judiciaires de plusieurs membres du réseau suite à une plainte déposée par le Préfet de Saône-et-Loire. On pourra trouver extraordinaire qu’un Préfet s’outrage à ce point pour des mails certes verts mais a priori non diffamatoires, alors que lui-même se permet d’organiser des déportations de jeunes et de moins jeunes dans l’unique but de remplir des quotas administratifs inventés par un régime xénophobe, corrompu et, espérons-le, aux abois. Vous trouverez ci-dessous une vidéo tournée à Cluny le 23 mars lors de l’audition d’une de ces sympathisantes RESF.

RESF71 – Convocation à la Gendarmerie de Cluny par rhubarbare

Ce mercredi 28 mars au matin, une personne proche du Réseau Education Sans Frontières de Saône-et-Loire, a été entendue à la Gendarmerie de Cluny. Cette audition est la quatrième de son espèce à notre connaissance dans le département de Saône-et-Loire. Elle fait suite a une autre, au même endroit , vendredi dernier, et deux autres auditions à Chalon Sur Saône (sans compter une audition menée à Dijon et 2 autres en Bretagne).

Cette série d’auditions est menée dans le cadre d’une enquête préliminaire ordonnée par Mme la Procureure de Macon, suite à un dépôt de plainte de la part de M. le Préfet de Saône et Loire.

Motif de sa plainte : il aurait reçu des emails contenant des propos outrageants début novembre 2011, à la suite de l’expulsion jugée scandaleuse par toute la population de Montceau-les-Mines et particulièrement par les enseignants et les élèves du lycée  Parriat.  C’est sur son ordre, que le  jeune Ilyès Ben Youcef, 18 ans, lycéen d’origine Algérienne  et établi à Montceau-les-Mines avec ses parents, a été kidnappé et éloigné de France. Rappelons que cette expulsion faisait suite à l’assignation à résidence d’un autre lycéen Chalonnais, Distéphano Randriamarolahy, en vue de son expulsion à lui-aussi.

Nous précisons qu’aucune insulte à l’endroit de la personne de M. le Préfet ne figure dans les emails envoyés, très divers, dont nous avons eu connaissance jusqu’ici. Nous avons à son égard plus de respect que M. le Président de la République en eut parfois à l’égard de citoyens qui l’interpellaient.

Nous restons révoltés, comme beaucoup, par la politique de stigmatisation et d’expulsion actuellement menée par le pouvoir en place à l’égard des étrangers sans-papiers, et tout particulièrement à l’égard des jeunes scolarisés. La mobilisation générale dans le cadre de laquelle entrait cette campagne d’emails envoyés à la Préfecture de Saône-et-Loire a abouti à ce que le Ministre de l’Intérieur fasse rentrer Ilyès, et à ce que Distéphano ne soit pas expulsé. Nous en sommes fiers, et nous continuerons à nous opposer par tous les moyens pacifiques à notre disposition à une politique qui nous déshonore tous.

Nous tenons à faire savoir que nous nous élèverons en masse contre toutes les dispositions prises par ce gouvernement via son Préfet, visant à intimider celles et ceux qui crient haut et fort leur désapprobation  face à des mesures aussi scandaleuses que celles que notre désaccord l’ont contraint à abandonner et réparer. La liberté d’expression et la liberté de critiquer les puissants en place nous sont chères : nous y tenons comme à des droits démocratiques fondamentaux. Et nous y resterons fidèles.

Nous tenons à affirmer que toute tentative d’intimidation, d’où qu’elle vienne, n’aura pour effet que de renforcer la solidarité des militants du Réseau Education sans Frontières et de celles et ceux qui les accompagnent. Les valeurs qui nous réunissent ne peuvent pas s’accorder avec des lois qui conduisent à l’expulsion de jeunes dans nos écoles, en les séparant de leur famille de manière brutale ainsi que cela a été le cas pour ceux cités ci-dessus. Nous tenons à l’expression pacifique et résolue de cette solidarité, tout autant qu’à la liberté d’expression et aux libertés publiques. C’est pourquoi nous pensons qu’en lieu et place de ces auditions, justice, police et gendarmerie pourraient être mieux employées dans l’intérêt général.

Le Réseau Education Sans Frontières de Saône-et-Loire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s