Alexandre Moatti et le populisme élitiste

Ce billet se veut une modeste réponse à l’article d’Alexandre Moatti paru sur slate.fr en début de ce mois, « Beppe Grillo et le populisme scientifique« . Mr Moatti fait partie de l’establishment scientifique et présente un CV brillant: Ingénieur en chef des Mines, chercheur associé à l’université Paris-VII, il est auteur de l’ouvrage Alterscience. Postures, dogmes, idéologies (Odile Jacob 2013), et d’un blog de sciences.

Il représente la grande majorité des scientifiques et des gens qui se disent « raisonnables », certains du bien -fondé de leur mode de pensée rationaliste, de leur éducation cartésienne, du sérieux et de la transparence de nos institutions, de la parfaite bonne foi de nos élites et des grandes multinationales de ce monde. La crise financière, Fukushima, les guerres issues du 11 septembre 2001 ne sont pour eux que des accidents tout à fait involontaires, ou la réponse légitime aux attaques de terroristes obscurantistes agissant sans aucune connexion à nos pures démocraties. Nos services secrets ont à coeur notre liberté et agissent pour notre bien dans le respect de nos lois. Et si ces lois se révèlent hautement liberticides, telle le Patriot Act, c’est évidemment pour la bonne cause, pour nous « protéger ». Et – j’allais oublier – les OGM sont un grand bienfait pour l’humanité. Toutes choses qui sont manifestement fausses, que l’on sait fausses si on prend la peine de lire ou d’écouter autre chose que les déclarations officielles et TF1.

Plusieurs scandales autour des produits pharmaceutiques sont documentés, tout comme les manipulations bancaires ayant mené à la crise de 2008, tout comme les incohérences de la version officielle du 11 septembre, tout comme le montage réalisé par la CIA et l’administration Bush pour justifier l’invasion de l’Irak, tout comme la collusion entre Tepco et le gouvernement japonais ayant ouvert la voie à la catastrophe nucléaire. Et tout cela n’est que la partie visible de l’iceberg. Il faut oser mettre la tête sous l’eau pour voir le reste, mais il est bien là. Malheureusement des gens aussi intelligents que Mr Moatti ne peuvent se permettre de regarder cette réalité en face car leur joli monde, propre et rationnel,  s’effondrerait aussitôt. Il est bien plus facile et sécurisant de se réfugier dans la bataille contre « l’obscurantisme » et le « complotisme ».

Alors bien sûr, l’apparition sur la scène politique d’un Beppe Grillo, critique de longue date du Berlusconisme et de l’establishment en général, fait grincer des dents. Il faut réagir. Alors au-delà des classiques amalgames entre la critique des thèses officielles et l’anti-sémitisme au travers de mots lourds de sous-entendu tels « plus proche de Dieudonné » ou encore « théories révisionnistes du complot« , l’article se focalise sur le « complot » visant à nier que le Vih serait la cause du Sida. Effectivement Beppe Grillo fait partie de ceux qui estiment que, sur base d’analyses qui durent depuis 25 ans en marge de la recherche scientifique officielle, la démonstration de la causalité entre le Vih et l’état Sida n’est pas faite, qu’il existe de meilleures explications pour les aspects cliniques et épidémiologiques du Sida que l’infection par un rétrovirus dont l’identité reste floue, et que la notion même de séropositivité est très relative: elle dépends de définitions qui varient de pays à pays, de tests de dépistages non spécifiques au Vih, et d’a priori basés sur l’appartenance ou non à des « groupes à risques ». Toutes choses que ce blog a d’ailleurs pas mal documenté.

Mais plutôt que de tenter ne serait-ce qu’une brève analyse un peu objective de cette position « dissidente », Mr Moatti attaque en l’associant à des suggestions tout à fait marginales (et pour le coup, effectivement complotisto-paranoïaques) du genre, je cite: le Club de Rome aurait créé cette «arme du sida» pour décimer la population mondiale, dans un objectif de «halte à la croissance de la population» (en Afrique notamment).

Je passe sur la tomate OGM, mais m’arrête sur l’accusation portée par Mr Moatti contre Beppe Grillo qui pense que « La prévention du cancer par mammographie est inutile et coûteuse« . Il n’est pas le seul à le penser, et on trouvera une information extensive et sérieuse sur le sujet ici et . Le reste de l’article est du bla-bla mais vers la fin on trouve quand même la pierre angulaire de tout le raisonnement « rationaliste » qui fonde la pensée dominante représentée par Mr Moatti, que je cite donc in extenso:

Les diverses théories du complot correspondent à des explications irrationnelles d’un monde jugé insatisfaisant: on ne comprend pas le monde dans lequel on vit, on cherche alors des explications dans les grands complots. Comme sont irrationnelles les explications créationnistes du monde par la religion.

Ces explications sont invoquées et/ou écoutées par des personnes totalement désemparées par la dureté de la crise et un certain manque de sens de nos sociétés.

Autrement dit, si vous doutez de ce que vous dit l’establishment, si vous vous permettez de questionner le décalage entre le beau discours officiel et la réalité, si vous ne croyez pas l’élite c’est que vous êtes intellectuellement fragilisé. Par définition. Superbe, Orwell n’aurait pas dit mieux.

 

A propos Vincent Verschoore

Animateur de Ze Rhubarbe Blog depuis 2008: sciences, société, politique... Indécrottable indépendant ayant travaillé dans la vidéo et l'informatique industrielle. Actuellement dans la photo (www.vincentverschoore.com).

4 réponses

  1. populisme élitiste = égalité des chances … dans le monde dualiste à l’envers …
    « Puis notre pédagogue expliquera en classe que Kant se trouvait placé devant l’équation suivante : le philosophe David Hume avait démontré avec succès que le prétendu « lien de causalité » censé relier 2 évènements consécutifs n’est ni observable, ni capturable au sein de la nature et que, par conséquent, la prétendue annonciation dont ce vocable serait le messager n’est qu’une sécrétion de notre cerveau pragmatiste. Car c’est à l’instar de tous les autres animaux qu’à force de voir tel évènement succéder rituellement à tel autre, ns ns sommes fabriqué une « corde de sable », comme disaient les Romains, afin de les ficeler mentalement l’un à l’autre dans l’imagination reptilienne à laquelle notre conque sommitale se trouve ligotée pieds et poings liés. Mais si le « lien de causalité » est funambulesque chez le renard et chez l’homme, comme Montaigne l’avait déjà remarqué, puisqu’il ne se cache nulle part dans la nature naturante, il faudra nécessairement aller le dénicher parmi nos neurones de cordeliers…
    extrait du site de Manuel De Dieguez – Le « Botulisme »
    Et Diderot remarquait Diderot … « Il existait un homme naturel : on a introduit au dedans de cet homme un homme artificiel …  »
    cqfd ? Mais qui est ce « ON » ? …
    Amicalement

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s