Auto-infection des Grecs au VIH: ben voyons!

drug_needleOn aura pu lire sur le net et dans certains journaux une information, supposément issue de l’Organisation Mondiale de la Santé, comme quoi de nombreux Grecs dans la misère s’auto-infecteraient avec le VIH afin de bénéficier de l’aide sociale mensuelle de 700 € allouée, entre autres, aux séropositifs. A tel point qu’aujourd’hui la moitié des nouvelles infections seraient auto-infligées!

C’est vraiment prendre les gens, et les Grecs en particulier, pour des cons.

D’abord parce que ce rapport est basé sur un article de 2011 publié par The Lancet, qui dit ceci: « An authoritative report described accounts of deliberate self-infection by a few individuals to obtain access to benefits of €700 per month and faster admission onto drug substitution programmes. These programmes offer access to synthetic opioids and can have waiting lists of 3 years or more in urban areas »

Donc les « quelques individus » du Lancet est devenu par magie « la moitié » des nouveaux infectés.

Ensuite, parce que trouver du VIH n’est pas très simple… En effet, en Occident, la grand majorité des séropositifs sont aussi des utilisateurs de drogues, et je suis de ceux qui pensent que la « séropositivité » est avant tout un signe de problème immunitaire directement lié à la prise répétée de drogues dures (ou plus généralement à une hygiène de vie catastrophique), et non pas à un hypothétique virus « VIH » qui arrive, comme par magie, à éluder 30 ans et des milliards d’euros investis en recherche sans que nous ayons l’ombre d’un vaccin, sans même que nous sachions réellement comment il fonctionne.

Tout ce qui est certain au sujet du VIH, c’est que c’est une pompe à fric sans précédant pour les labos pharmaceutiques qui produisent les tests de dépistage (qui ne sont pas spécifiques au VIH, faut-il le répéter) et les – très coûteux – médicaments qui ne permettent pas de « guérir » mais, de par leur fort effet antibiotique, de renforcer artificiellement des systèmes immunitaires à bout de souffle. Avec, souvent, des effets secondaires non négligeables. (Ce blog contient de nombreux articles d’information à ce sujet, cliquez sur les tags VIH ou Sida ci-contre).

L’inanité de l’accusation portée au Grecs a fait se rétracter l’OMS elle-même, comme le rapporte par exemple Al Jazeera Europe, au travers du porte-parole de l’OMS Glenn Thomas qui dit en substance que le rapport est erroné et que les éléments anecdotiques pouvant exister en faveur d’une telle allégation ne constituent en aucun cas une forme de preuve.

Toujours selon le site Al Jazeera qui cite ce communiqué de l’OMS (que je n’ai pas trouvé), il y aurait eu une augmentation de 52% des séropositifs en Grèce ente 2010 et 2011, pour l’essentiel associée à la prise de drogue en intraveineuse.

CQFD, pourrait-on penser, mais non: l’OMS ajoute ceci: « The reasons for this increase remain multifaceted and WHO welcomes efforts of the ad hoc working group and other entities to fully understand the underlying reasons and recommend appropriate measures to extend the benefits of the comprehensive package of interventions for harm reduction to all people who inject drugs, »

C’est à peu près intraduisible en langage courant,; mais en gros cela veut dire qu’il faudrait trouver des solutions de « réduction de tort » pour les utilisateurs de drogues. Certes.

Mais le plus affligeant, au-delà de l’alarmisme et du gloubigoulba technocratique tentant, sans succès à mes yeux, de jeter un voile pudique sur l’incompétence crasse de cette institution en la matière, reste qu’ils sont incapables de formuler la simple et évidente hypothèse que la séropositivité est directement, physiologiquement liée à la destruction du système immunitaire au travers de pratiques telles la prise de drogue en intraveineuse, sans avoir besoin d’invoquer un quelconque virus. Une telle hypothèse permettrait – si elle se vérifiait dans un cadre expérimental indépendant – s’agir efficacement contre ce problème plutôt que de passer son temps à tourner autour du pot.

 

Rapport initial de l’OMS: http://www.euro.who.int/__data/assets/pdf_file/0006/215196/Review-of-social-determinants-and-the-health-divide-in-the-WHO-European-Region-final-report-Eng.pdf

A propos Vincent Verschoore

Animateur de Ze Rhubarbe Blog depuis 2008: sciences, société, politique... Indécrottable indépendant ayant travaillé dans la vidéo et l'informatique industrielle. Actuellement dans la photo (www.vincentverschoore.com).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s