1er décembre 2016, journée mondiale du Sida. France Culture y consacrait une partie de sa matinale en invitant le directeur de l’Agence Nationale de Recherche sur le Sida (ANRS),  Jean-François Delfraissy ainsi que  le Dr Marc Gastellu-Etchegorry, secrétaire médical international adjoint de Médecins sans frontières (1). Gentillette discussion où l’on fait la promotion d’une recherche désintéressée et tournée vers la santé des patients (LOL), la prise préventive de Truvada (2) pour compenser (et de fait encourager) le refus d’utilisation du préservatif chez les homosexuels (d’où le retour massif de la syphilis entre autres MST qui se fichent bien du Truvada), et les espoirs sur le succès d’un énième test de vaccin anti-vih qui va se dérouler en Afrique du Sud d’ici à 2020 (3) et dont le taux de protection, dans le meilleur de cas, devrait tourner autour de 50%… Bref, business as usual.

Intéressante précision d’ailleurs que celle faite par cette chercheuse clinique sud-africaine qui précise très clairement que ce qui se trouve dans ce vaccin n’est pas un extrait ou une version désactivée du fameux vih, mais un vecteur créé par la bio-ingénierie pour ressembler au vih. On pourrait naïvement se demander pourquoi, si ce vih est si bien identifié, ne pas faire comme pour les autres vaccins et s’en servir comme vecteur partiellement désactivé pour susciter la réaction immunitaire désirée, mais les experts ont sans doute une bonne réponse que j’ignore.
//www.ultimedia.com/deliver/generic/iframe/mdtk/01999636/src/8xf3qv/zone/3/showtitle/1/

La communauté gay étant depuis 30 ans au centre du problème Sida, le magasine Têtu se pose la question suivante: Pourquoi le vih ne baisse pas parmi les gays? (4) Une raison principale serait le plus grand nombre de dépistages, notamment les autotests, qui détectent des gens qui seraient sinon passés sous le radar.

A nouveau très naïvement, on pourrait se dire que si ces gens sont effectivement infectés (séropositifs) sans le savoir et donc sans se soigner (et Têtu estime à 25 000 personnes en France le nombre de ceux et celles ignorant leur état séropositif), ils ou elles déboucheraient nécessairement un jour ou l’autre au stade Sida et seraient détectés à ce moment là. Donc, sur la moyenne, on ne devrait pas voir d’augmentation vu que tout le monde est in fine détecté. Sauf si la cause de l’augmentation n’est pas liée aux tests mais liée au fait, par exemple, que les gens ne se protègent plus par une barrière physique en comptant sur le Truvada, intégralement remboursé d’ailleurs au coup – pardon, au coût pour la sécu (nous) de 160 millions d’euros, soit 17 euros la pilule. Là au moins, quand un type se fait sodomiser sous Truvada, tout le monde en profite (5).

Parlant de traitement, les invités de France Culture ne se sont malheureusement pas étendus sur le racket pharmaceutique autour des tri-thérapies et la dénonciation, par MSF justement, de la création d’un marché bas de gamme avec des génériques dépassés et d’un haut de gamme avec des produits sous brevet, dont je parle ici (6). Mr Delfraissy s’est contenté de remarquer que la science avance et que dans les premières années de « traitement » avant l’arrivée des tri-thérapies, où l’on utilisait que l’AZT, on aurait pu remiser définitivement l’AZT pour son inefficacité et passer à côté du fait que l’AZT fonctionne en fait très bien en coopération avec d’autres molécules – la tri-thérapie actuelle. Sauf que l’AZT n’était pas inefficace, il était tellement efficace qu’il achevait les gens qui le prenaient. Sans surprise d’ailleurs vu que l’AZT, au départ une molécule de chimiothérapie contre le cancer, avait déjà été retiré du marché avant l’avènement du vih pour cause de mortalité galopante (7).

C’est de l’histoire ancienne, mais faire ainsi croire à l’innocuité de l’AZT alors que c’est un composant mortel est quand même limite déontologiquement parlant. Dommage que Guillaume Erner n’ait pas un peu potassé son sujet.

Cette journée du Sida est également le déclencheur de la fameuse campagne de prévention gouvernementale qui fait polémique avec les affiches que l’on sait, campagne soutenue par l’association anti-Sida AIDES et poursuivie via Internet (8). Leur page Facebook a d’ailleurs été suspendue la semaine dernière, pas du fait de la campagne mais pour d’anciennes photos n’ayant rien à voir. Grands cris et refus de se laisser intimider de la part de AIDES, cris que je partage vu que je suis pour la liberté d’expression, mais je rigole quand même sachant que AIDES a pu faire effacer mon dernier billet sur le vih publié cet été sur mon blog Médiapart.

Ce qui ne sert pas à grand chose vu que ledit billet reste accessible sur ce blog-ci (9), mais ça montre le militantisme décomplexé de ce petit monde qui n’hésite pas, par exemple, à afficher sur sa page Facebook que  » (le Sida) reste la première cause de mortalité chez les femmes de 15 à 44 ans dans le monde » (10). L’OMS ne semble pas d’accord, son site indiquant très clairement que « À l’échelle mondiale, les maladies cardio-vasculaires, souvent considérées comme un problème «masculin», sont la première cause de décès chez les femmes » (11).

 

Notes:

  1. https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/lutte-contre-le-sida-ou-en-est
  2. https://rhubarbe.net/2015/11/24/truvada-mon-amour/
  3. http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/chimie-pharmacie/un-vaccin-de-gsk-et-sanofi-contre-le-vih-va-etre-teste-sur-plus-de-5-000-personnes-620691.html
  4. http://tetu.com/2016/11/29/vih-ne-baisse-chez-gays/
  5. http://www.medias-presse.info/sida-le-truvada-un-nouveau-traitement-qui-va-couter-cher-aux-contribuables/45042/
  6. https://rhubarbe.net/2016/04/06/sidaction-poison-de-poisson/
  7. http://www.lesechos.fr/19/07/2010/lesechos.fr/020687674084_comment-le-sida-a-sorti-l-azt-de-l-oubli.htm
  8. http://www.francetvinfo.fr/sante/sexo/apres-la-polemique-sur-les-affiches-anti-vih-aides-lance-sa-propre-campagne-c-est-notre-role-de-choquer_1936765.html
  9. https://rhubarbe.net/2016/08/30/menfin-il-est-ou-ce-vih/
  10. https://www.facebook.com/aides/?fref=ts
  11. http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs334/fr/

2 réflexions sur “Journée mondiale du Sida: à l’Aides!

  1. Très intéressant comme d’habitude.
    Eh oui, ironie du sort qui fait resurgir de vieilles maladies comme la syphilis « grâce » à la focalisation (de moins en moins consensuelle, heureusement, je me souviens d’il y a quelques années quand il était impossible de trouver des voix dissidentes en français sur le net) sur une maladie plus que douteuse. Comment les gens peuvent-ils croire à une trithérapie préventive alors que la médecine avoue elle-même ne toujours pas savoir comment le virus opère ? On n’en est pas à une contradiction près.
    Observez-vous une augmentation du nombre de sceptiques dans les événements auxquels vous participez ?

    Une suggestion : si vous connaissez les mécanismes de censure qui ont permis d’effacer votre billet de Médiapart, ce serait intéressant d’en faire un article . (J’ai un faible pour ce sujet, surtout dans nos « sociétés d’information »)

    J'aime

    1. La raison officielle de Médiapart est que je contreviens à la charte du club (les blogueurs) en disséminant des fausses vérités. Lesquelles précisément, j’ai demandé mais pas de réponse. Mais avant cela j’ai vu passer sur twitter des messages à l’attention de AIDES outrés par le billet en question. Qui s’est vu dépublié, alors que d’autres sur le même blog et le même sujet, plus agressifs encore, n’ont pas été dépubliés. En fait tant que personne ne râle trop fort, tout va bien. Mais je ne dispose évidement d’aucune preuve.
      Sur le nombre de sceptiques, je ne sais pas quantifier mais je pense que beaucoup de gens ont des doutes mais n’osent s’exprimer sur ce sujet de peur de passer pour d’horribles conspiro-négationistes mangeurs d’enfants, ce que je comprend très bien.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s