On aurait pu croire que la sortie de jeu de Hollande, l’élimination de Valls et l’explosion en vol de Fillon ouvrirait un boulevard à ce que l’on nomme globalement »la gauche », face à une extrême-droite renforcée par la faction  la plus radicale de la droite conservatrice. Mais il est clair que cette « gauche », en fait, n’existe pas. Tout comme le gros des troupes LR est incompatible avec le FN car n’ayant aucun intérêt à sortir de l’Euro et encore moins de l’Europe, les troupes du PS ne peuvent se mélanger à celles de Mélenchon pour les mêmes raisons. C’est bien pour cela que Mélenchon n’a pas participé à la primaire socialiste, et qu’un accord PS-JLM est fondamentalement impossible.

On aurait pu croire que Hamon, ayant battu Valls et relégué aux poubelles de l’Histoire la dérive autoritaire du colérique Hobbesien (1), ayant récupéré les verts, bénéficiant d’un début d’amélioration de la conjoncture économique française et bien ancré dans une « vraie gauche », serait en mesure de récupérer un maximum de support de tout ce qui gravite autour de la gauche et du centre-gauche en vue d’une offre crédible face à une droite tirant très fort, merci Fillon, sur le bleu marine. 

Et bien non. Le boulevard ne se nomme pas Hamon mais Macron. L’ancien député communiste de Seine-Saint-Denis,  Patrick Braouezec, vote Macron. Robert Hue vote Macron. Daniel Cohn-Bendit vote Macron. Bertrand Delanoë vote Macron. François Bayrou, après avoir longtemps allumé Macron, vote Macron. François Hollande vote Macron! Que des électeurs LR déçus votent Macron c’est très compréhensible, ils ne vont pas voter Hamon mais que des ténors associés à la gauche lui préfèrent Macron pose quand même question.

L’argument entendu partout est que Macron est le mieux placé pour faire barrage au FN. Est-ce que le simple fait de faire barrage au FN fait un programme politique? Il semble que oui, mais en fait non. En fait c’est là où la politique du néant, la non-existence, la non-proposition, la protection du status quo des rentiers du système érigée en farce force politique, dont les bénéficiaires n’hésitent pas à s’auto-congratuler pour leur courage, leur dévouement à la cause républicaine, leur abnégation politique pour sauver la France, détruit l’idée même de la Politique, celle avec un grand P. Là nous sommes dans la manœuvre politicienne, la défense d’intérêts bien compris, l’utilisation de l’épouvantail lepéniste pour se maintenir à flot, voire faire implémenter des politiques auxquelles on croit mais que l’on ose pas proposer soi-même.

Cette campagne électorale est complètement vide, phagocytée par l’obnubilation médiatique pour l’affaire Fillon d’un côté et le sauve-qui-peut anti-FN de l’autre. Rien ou presque sur des comparaisons de programmes des uns et des autres, rien sur des questions de fond telles l’immigration (sauf au FN…), les banlieues islamisées, la nécessaire reprise en main de la police, l’avenir de l’Europe, le futur politique et économique du pays face à une Chine de plus en plus proche du pied du mur, face au Brexit, face à l’exacerbation nationaliste américaine, face à une Russie cherchant de toutes ses forces à redevenir une puissance de premier plan – et y réussissant brillamment sur le plan géopolitique face à l’insondable nullité et l’écœurante hypocrisie des occidentaux. Qui remet en cause la nomination de Laurent Fabius, sans doute le pire imbécile ayant jamais siégé au Quai d’Orsay, à la tête du Conseil Constitutionnel? Qui remet en cause la politique du chiffre de la police, facteur majeur de haine anti-flic non seulement au sein des banlieues mais également au sein de la population en général? Ah oui, Mélenchon.

Où entendons-nous parler, dans les grands médias, de la crise au sein de la petite agriculture, en dehors des articles sans lendemain après chaque suicide apparaissant sur les radars médiatiques? Vers quoi diriger un système éducatif aux abois en dehors de sa frange élitiste, haïs aussi bien par les profs pour ses inepties que par ses élèves pour sa capacité à les dégoûter d’apprendre? Qui s’intéresse à la déconfiture du système de santé laissé aux mains des comptables? Quid du droit fondamental d’avoir accès à un travail raisonnablement rémunéré? « Ah non vous n’y pensez pas, le protectionnisme est la pire des solutions » entendons-nous dire de la gauche à la droite. « C’est un discours d’extrême-gauche et d’extrême-droite menant à la catastrophe ».  Sauf que la catastrophe est déjà là, et que refuser de la voir ne suffit pas à régler le problème.

Mais non. Le PénélopeGate, le spectre bleu marine, les guerres intestines autant à gauche qu’à droite prennent tout l’espace. Et c’est sur ce clapot politico-médiatique que surfe Macron, léger car indépendant des structures partisanes mais néanmoins très bien équipé. Objectivement jeune, intelligent et cultivé, Macron est un subtil amalgame de néo-libéralisme pur-sang et de caresse réconfortante pour ceux et celles, nombreux, sensibles à un message positif sur l’avenir. Il est complètement pro-Europe, comme l’étaient Chirac et surtout Mitterand, donc libéré du doute planant sur les effets d’une possible sortie de l’Europe prônée par Le Pen et Mélenchon. Il est beaucoup moins brutal qu’un Fillon qui roule pour une frange conservatrice, aisée et le plus souvent âgée dont le but est bien plus de préserver ses acquis que de préparer l’avenir. Enfin, il phagocyte Hamon dont le style, la posture de politicien professionnel, l’étiquette PS et sa culture des arrangements électoraux, le décalage entre le discours et la probable réalité rappellent trop Hollande pour donner envie.

Tout cela donne une campagne essentiellement tactique, quasiment vide au niveau du combat des idées mais pleine de manœuvres politiciennes. Une campagne faisant par défaut le jeu d’un Emmanuel Macron qui s’est brillamment positionné pour récupérer tous ceux et celles qui ne veulent prendre aucun risque. Finalement, c’est bien joué .

 

(1) https://rhubarbe.net/2015/11/12/manuel-hobbes-ou-la-legitimation-du-leviathan/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s