Un crop circle dans le Sancerrois

Événement assez rare en France mais commun en Angleterre: l’apparition d’un crop circle ou agroglyphe ou encore « cercle de culture », un dessin plus ou moins complexe qui apparaît un matin dans un champ de blé, d’orge, de maïs ou toute culture céréalière. Un tel agroglyphe, relativement simple, est apparut dans le Sancerrois dans la nuit du 1 au 2 juin 2017. De nombreuses vidéos ont déjà été tournées, en voici une vue du ciel et une prise au sol.

Certains agroglyphes sont d’une complexité extraordinaire, en voici quelques exemples:

 

La grande question, évidement, en est l’origine. Il est certain, du fait des témoignages, anonymes ou non, recueillis au fil des ans, qu’une partie voire une grande partie de ces formations sont le fait de farceurs ou amateurs de Land Art: les cas des fermiers anglais, Doug Bower et Dave Chorley, dans la région d’Avebury, celui de Terry et Jack, père et fils, du côté de Salisbury qui revendiquent également la création de dizaines de cercles sur une période de quinze ans. Les techniques sont connues, à base de planchettes et de cordes permettant de courber le blé. Les « artistes » accèdent aux lieux via les traces des tracteurs qui traversent ces champs. Ils planifient leurs designs à l’avance et opèrent la nuit, le plus discrètement possible bien sur. 

Cela dit, un certain nombre de cercles présentent des caractéristiques qui rendent très improbable leur création par de petites équipes dotés d’un matériel aussi rudimentaire, et en particulier la manière dont sont pliées les tiges des céréales et la précision des dessins. Ces « œuvres » nécessitent l’usage de GPS pour l’aspect de précision, et d’outils sophistiqués tels le magnétron (canon à micro-ondes) pour aplatir de telles surfaces aussi rapidement et sans arrachage. Sans parler de l’accès aux parties des dessins qui ne sont pas reliées par les traces de tracteurs, posant la question de l’accès: comment y aller sans piétiner les plantes?

Plusieurs explications sont bien sûr proposées, allant du purement technique au purement spirituel et je n’ai personnellement pas d’avis précis, d’autant que rien n’empêche la coexistence de plusieurs causes. Des études en laboratoire des plantes aplaties ont eu lieu, présentant des taux de radioactivité anormaux, mais ces résultats sont contestés, notamment de par la méthodologie utilisée. Les médias « sérieux » préfèrent évidement ne pas s’aventurer sur ce terrain et en rester au canular, mais la chose intéresse heureusement des gens tout à fait sérieux (je cite Wikipédia):

« Le physicien néerlandais Eltjo H. Haselhoff, dans son ouvrage The Deepening Complexity of Crop Circles (litt. « La complexité croissante des cercles de culture », traduit par Les Cercles dans les blés), pense avoir apporté la preuve que certains cercles de culture, en raison de diverses particularités biologiques et physiques, ne pouvaient pas avoir été fabriqués de façon simple par des êtres humains (mystificateurs ou autres groupes utilisant des moyens rudimentaires tels que des planches et des cordes). Même s’il avance l’hypothèse de boules lumineuses pour expliquer des traces de radiations à caractère électromagnétique, il ne prétend pas pour autant connaître l’origine de ces boules. De son côté, le biophysicien américain William C. Levengood a effectué des expériences montrant des déformations anormales et, d’après lui, jusqu’à ce jour inexplicables, des nœuds des tiges de céréales situées à l’intérieur d’un grand nombre de crop circles. »

Dans leur livre Circular Evidence, parut en 1989 et qui a gardé sa place dans ma bibliothèque depuis lors, Colin Andrews et Pat Delgado recensent et analysent un grand nombre d’agroglyphes sur la période 1978 – 1988. Ils récoltent les témoignages des locaux, avec de nombreuses associations apparitions d’Ovnis sur zone avant, pendant ou après la création d’un nouveau cercle. Lors de leurs analyses in situ ils remarquent le comportement bizarre de leurs boussoles (qui s’affolent à proximité de certains cercles) ou des chiens qui refusent de s’en approcher. Ils tentent de caractériser le type de force capable de plier de telles surfaces, sans briser les tiges, et aussi rapidement. Ils ne proposent aucune explication spécifique, en appelant plutôt à une étude scientifique sérieuse avec de réels moyens techniques afin de comprendre, sinon les raisons, au moins la physique de ces phénomènes.

On estime généralement que 80% des apparitions sont explicables par causes « naturelles », cad intervention humaine, et 20% ne sont pas explicables. C’est un phénomène avec un lien évident vers l’énigme des Ovnis, sujet traité sur quelques billets de ce blog et notamment « OVNIS et la pathologie de la Raison d’Etat » (1). D’abord du fait des nombreuses associations de témoins entre les deux phénomènes, d’autre part du fait que les deux sont des phénomènes physiques avec une partie explicable, et une partie inexplicable. Comme pour les cercles, les médias « sérieux » et les « autorités » traitent ces phénomènes de canulars ou d’illusions, mais le très officiel rapport Cometa (1) remit à Chirac et Jospin en 1999 reconnait noir sur blanc l’inexplicabilité d’un certain nombre de phénomènes avérés, et ses conclusions sont les suivantes:

« Le problème des OVNIs ne peut pas être éliminé par de simples traits d’esprit caustiques et désinvoltes… (ces études) démontrent la réalité physique quasi-certaine d’objets volants totalement inconnus, aux performances de vol et au silence remarquable, apparemment mus par des intelligences… Des engins secrets d’origine bien terrestre ne peuvent expliquer qu’une minorité de cas… Force est donc de recourir à d’autres hypothèses… L’hypothèse extraterrestre est de loin la meilleure hypothèse scientifique; elle n’est certes pas prouvée de façon catégorique, mais il existe en sa faveur de fortes présomptions, et si elle est exacte, elle est grosse de conséquences.  »

On pourrait tirer des conclusions similaires du phénomène des 20% des agroglyphes a priori inexplicables par l’intervention humaine, à la différence près qu’en plus de l’hypothèse ET existe aussi l’hypothèse d’une force intrinsèque à la Terre, à la vie ou à la conscience. La beauté et la complexité des grands agroglyphes inexpliqués est frappante, et s’ils ne sont pas des canulars faut-il y voir des messages que nous nous transmettons à nous-même?

 

(1) https://rhubarbe.net/2012/06/07/ovnis-et-la-pathologie-de-la-raison-detat/

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s