Bidonville de Calais. Après effacement.

Bidonville de Calais. Après effacement.
La lande autour de l’ancien centre de vacances Jules Ferry, qui longe la rocade amenant au port de Calais, fut ouverte aux migrants en 2014 afin de les déloger des divers sous-bois et usines désaffectées de la ville. Les facilités du centre Jules Ferry, prévues pour 1 500 personnes, furent rapidement dépassée et, selon les sources, le camp – devenu un bidonville presque « classique » avec ses petites boutiques, restos, mosquée, théâtre, école et une mer de tentes rafistolées – atteignit  en 2016 un niveau de population oscillant entre 5 000 et 10 000 personnes.

Lire la suite « Bidonville de Calais. Après effacement. »

Camp de migrants de Norrent-Fontes

Camp de migrants de Norrent-Fontes

Quelque part dans le Sud Soudan? Pas du tout, mais à quelques kilomètres au nord-ouest de Béthune se niche un camp accueillant entre cent et deux cent migrants, aujourd’hui majoritairement en provenance de l’Érythrée. Peuplé principalement de jeunes hommes, sans électricité ni eau courante, c’est un camp de passage pour ceux et celles qui tentent, chaque nuit ou presque, de monter à bord de véhicules en direction de Calais.  Lire la suite « Camp de migrants de Norrent-Fontes »

Camp de Grande-Synthe

Camp de Grande-Synthe

Ce jeudi je suis allé livrer les vêtements récupérés à Mâcon à une association d’aide aux migrants de Grande-Synthe, l’ASFI. Cela fait plusieurs années que cette association locale d’une vingtaine de bénévoles apporte vêtements, équipements et nourriture aux migrants coincés dans ce sous-bois entre une zone commerciale et une zone résidentielle. L’explosion de la population du camp depuis un an et demi a amené d’autres associations, souvent anglaises d’ailleurs, à participer à la survie de ce qui n’est aujourd’hui qu’un grand champ de boue habillé de tentes en tous genres, tauds, tas d’immondices et sanitaires dont on devine l’état. Lire la suite « Camp de Grande-Synthe »

Calais, camp des réfugiés.

Calais, camp des réfugiés.

17-DSC08490A un jet de pierre du premier port à passagers français, le premier bidonville français. Le camp de réfugiés des Dunes, autour du centre aéré Jules Ferry reconverti l’an dernier en camp d’accueil pour 1500 personnes, compte aujourd’hui près de 6000 « résidents ». Dont la grande majorité ne désire qu’une chose évidemment, le quitter pour rejoindre l’Angleterre.

J’ai eu l’occasion de combiner une livraison de vêtements à une association locale, Le Réveil Voyageur, avec une petite visite du site. Lire la suite « Calais, camp des réfugiés. »