L’Univers holographique, suite mais pas fin.

L’Univers holographique, suite mais pas fin.

La théorie de l’univers holographique est un élément récurrent de ce blog (1). Hautement spéculative mais en même temps capable de résoudre nombre de problèmes avec les théories dominantes du Big Bang et de la mécanique quantique, elle est devenue un sujet de recherche expérimentale autant que théorique. Et on semble avoir un premier résultat expérimental.

Pour résumer le concept, il est démontré qu’en principe toutes les lois connues de notre univers tri-dimensionnel (plus le temps) fonctionnent parfaitement dans un univers bi-dimensionnel, et se faisant on arrive à résoudre certains sérieux problèmes – notamment la nature de la gravité aujourd’hui décrite par deux théories irréconciliables – la relativité et la physique quantique – ainsi que l’hyperinflation de l’univers initial requise aujourd’hui par la théorie du Big Bang. Hyperinflation dont on ne connait toujours pas grand chose du mécanisme, et qui est l’équivalent de la matière sombre discutée dans le billet précédant (2) au sens où c’est un concept imaginé pour combler le décalage entre la théorie et l’observation, et que l’on cherche ensuite à démontrer expérimentalement. Sans grand succès jusqu’à présent, d’où l’intérêt d’autres pistes de recherche.  Lire la suite « L’Univers holographique, suite mais pas fin. »

Gravité entropique contre matière noire.

Gravité entropique contre matière noire.

Après la gravité de Newton basée sur l’attraction des masses, puis celle d’Einstein sur la déformation de l’espace-temps, puis la gravité quantique qui constate les mêmes effets mais partant d’un modèle incompatible avec Einstein, voici peut-être venue l’ère de la gravite entropique.  Lire la suite « Gravité entropique contre matière noire. »

De l’imperceptibilité du réel.

De l’imperceptibilité du réel.

Une thématique fort à la mode en ce début 2017, suite notamment au Brexit et à l’élection de Donald Trump, est l’avènement d’un monde « post-factuel » où, selon la Tribune par exemple, « C’est une époque nouvelle où les faits n’auraient plus d’importance et où chacun se déterminerait davantage en fonction de ses opinions et de ses préjugés que d’une analyse froide et circonspecte de la réalité.(1) » Le Oxford Dictionary a même choisi le mot « post-truth », ou « post-vérité », comme mot de l’année 2016.

Mais là n’est pas l’objet de cet article, c’est juste une introduction commode à un sujet qui l’est beaucoup moins: notre notion fondamentale qu’il y a un lien fort entre notre survie, au sens large, et notre perception précise de la réalité du monde, serait fausse. Lire la suite « De l’imperceptibilité du réel. »

Journée mondiale du Sida: à l’Aides!

Journée mondiale du Sida: à l’Aides!

1er décembre 2016, journée mondiale du Sida. France Culture y consacrait une partie de sa matinale en invitant le directeur de l’Agence Nationale de Recherche sur le Sida (ANRS),  Jean-François Delfraissy ainsi que  le Dr Marc Gastellu-Etchegorry, secrétaire médical international adjoint de Médecins sans frontières (1). Gentillette discussion où l’on fait la promotion d’une recherche désintéressée et tournée vers la santé des patients (LOL), la prise préventive de Truvada (2) pour compenser (et de fait encourager) le refus d’utilisation du préservatif chez les homosexuels (d’où le retour massif de la syphilis entre autres MST qui se fichent bien du Truvada), et les espoirs sur le succès d’un énième test de vaccin anti-vih qui va se dérouler en Afrique du Sud d’ici à 2020 (3) et dont le taux de protection, dans le meilleur de cas, devrait tourner autour de 50%… Bref, business as usual. Lire la suite « Journée mondiale du Sida: à l’Aides! »

« Positive Hell » censuré au Portobello Film Festival de Londres

« Positive Hell » censuré au Portobello Film Festival de Londres

Positive Hell, ou « enfer positif » est un documentaire de 28 minutes relatant les vies de cinq espagnols diagnostiqués séropositifs. Il est un peu la suite, par les mêmes auteurs, du film Positively False que j’ai pu voir lors d’une conférence en juin 2012 sur la « dissidence » envers la théorie classique de la cause du Sida (selon laquelle le Sida a pour seule et unique cause l’infection par un rétrovirus, le Vih), qui trente ans après sa supposée découverte pose toujours autant de problèmes pour lui trouver un remède définitif (1).

Ce film, réalisé par Andi Reiss et Joan Shenton, s’est vu programmé au fameux Portobello Film Festival qui se tient actuellement à Londres. Pour se faire ensuite déprogrammer avant l’ouverture du festival, pour des raisons qui ne sont pas affichées mais que la journaliste Elizabeth Ely détaille dans un article sur truthbarrier.com (2). Lire la suite « « Positive Hell » censuré au Portobello Film Festival de Londres »

Les abeilles victimes d’épandages anti-Zika!

Les abeilles victimes d’épandages anti-Zika!

En février de cette année je publiais un article irrévérencieux sur le virus Zika censé être la cause de l’explosion de microcéphalie enregistrée au Brésil fin 2015 (1). La question reste posée, la position actuelle officielle de OMS étant la suivante (2):

« Le virus Zika est une maladie bénigne et la plupart des personnes infectées par le virus ne présentent aucun symptôme. Néanmoins, l’explosion récente de la propagation du virus Zika au Brésil a été accompagnée d’une augmentation sans précédent du nombre d’enfants naissant avec une microcéphalie, soit une tête particulièrement petite.

En outre, plusieurs pays, dont le Brésil, ont signalé une forte recrudescence du syndrome de Guillain-Barré, un trouble neurologique qui peut entraîner la paralysie et la mort. Sur la base des recherches, un consensus scientifique s’est établi identifiant le virus Zika comme cause de la microcéphalie et du syndrome de Guillain-Barré. »

On notera que la version française dit « le virus Zika comme cause de la microcéphalie » alors que la version anglophone dit « Based on research, there is scientific consensus that Zika virus is a cause of microcephaly and Guillain-Barré syndrome« . Soit « est une cause », donc une parmi d’autres causes possibles. Le site dit aussi: Lire la suite « Les abeilles victimes d’épandages anti-Zika! »

La matière noire, simple particule exotique ou nouvel univers?

La matière noire, simple particule exotique ou nouvel univers?

Le concept de matière noire à été inventé afin de répondre à des anomalies cosmologiques, des comportements d’étoiles et de galaxies qui ne collaient pas avec le modèle standard de la physique. En gros, la réalité observée = le modèle standard + matière noire + énergie noire, cette dernière étant expressément responsable de l’expansion ce l’univers – et de nature toute aussi inconnue (1). Sans matière noire, un « truc » électriquement neutre mais soumis à la gravité, les galaxies ne se formeraient pas comme elles le font (voir ne se formeraient pas du tout).

The question is, c’est quoi ce truc? De nombreux articles traitent du sujet sur ce blog (voir tag matière sombre), qui n’a toujours pas de solution. Le meilleur candidat théorique, une particule massive de type WIMP (Weakly Interacting Massive Particle) n’a toujours pas été trouvé malgré des années de recherches. Le mois dernier l’expérience américaine LUX dédiée à la recherche des WIMP s’est arrêtée après deux ans sans avoir rien détecté.  Lire la suite « La matière noire, simple particule exotique ou nouvel univers? »

Vers une théorie quantique objective?

Vers une théorie quantique objective?

La mécanique quantique a fait de nombreuses apparitions sur ce blog au fil des ans, mais le plus souvent dans son acceptation classique, dite de Copenhague, qui dit que tant qu’une particule n’est pas observée elle n’existe que sous la forme d’une « fonction d’onde » décrivant tous ses états possibles à l’instant t.

Cette interprétation, qui n’était d’ailleurs pas acceptée par Einstein, date de 1927 et fut proposée par Niels Bohr pour un ensemble de raisons décrites par exemple ici (1). Cette approche reste encore aujourd’hui la principale façon d’interpréter la réalité quantique, mais elle souffre depuis toujours d’un mal mortel: l’univers s’est développé bien avant l’apparition d’un observateur, donc les fonctions d’ondes des premières particules se sont bien condensées en de « vraies » particules toutes seules, qui du fait de la gravité ont ensuite commencé à former gaz, poussières, etc… Si l’interprétation de Copenhague était fondamentalement vraie, rien ne pourrait jamais se passer et l’univers ne serait que virtuel, un champs de fonctions d’ondes. Ce qu’il n’est pas, à moins qu’il ne soit qu’une simulation mais c’est un autre sujet (2).  Lire la suite « Vers une théorie quantique objective? »

M’enfin il est où ce VIH?

M’enfin il est où ce VIH?

Un récent article du New Scientist intitulé « Des revers obligent les chercheurs du VIH à se focaliser sur les rémissions plutôt que sur les remèdes » (1), illustre une fois de plus le surréalisme de cette soi-disant science. Selon cet article, les chercheurs ont reconnu qu’il reste un très long chemin à parcourir pour arriver à éliminer le VIH, et que cet objectif est peut-être même inatteignable.

Pourtant la International AIDS Society avait lancé un vaste programme en 2012 intitulé « Vers un remède au VIH », mais plusieurs revers ont depuis lors plombé l’optimisme initial. La stratégie consistant à prendre des anti-rétroviraux très tôt après la supposée infection ont semblé un moment donner quelques résultats (disparition de la charge virale mesurable) mais pour un temps seulement: dans tous les cas l’infection est revenue. Lire la suite « M’enfin il est où ce VIH? »

La mort, une notion à réhabiliter?

La mort, une notion à réhabiliter?

Ce billet est une petite réflexion personnelle sur le sujet de la mort et du suicide dans le contexte actuel du terrorisme islamique, de la religion, de la médecine, et des options post-mortem.

Maintenant que les dommages collatéraux des stratégies affairistes politico-militaires occidentales ne concernent plus seulement quelques centaines de milliers d’arabes et assimilés massacrés « là-bas » mais nous touchent par ricochet ici, à Paris, Nice ou dans des églises de village, la valeur médiatique de la mort est remontée en flèche. C’est devenu binaire donc vendeur: la mort des nôtres simplifie la donne. Il y a désormais les bons qui se font tuer pour rien, nous, et les méchants, eux, mélange indéterminé de psychopathes et de fondamentalistes islamiques, cinquième colonne d’un monde obscur qu’il faudrait combattre sans comprendre car, comme le dit un fameux imbécile, « expliquer c’est déjà vouloir un peu excuser » (1). Lire la suite « La mort, une notion à réhabiliter? »