L’Univers holographique, suite mais pas fin.

L’Univers holographique, suite mais pas fin.

La théorie de l’univers holographique est un élément récurrent de ce blog (1). Hautement spéculative mais en même temps capable de résoudre nombre de problèmes avec les théories dominantes du Big Bang et de la mécanique quantique, elle est devenue un sujet de recherche expérimentale autant que théorique. Et on semble avoir un premier résultat expérimental.

Pour résumer le concept, il est démontré qu’en principe toutes les lois connues de notre univers tri-dimensionnel (plus le temps) fonctionnent parfaitement dans un univers bi-dimensionnel, et se faisant on arrive à résoudre certains sérieux problèmes – notamment la nature de la gravité aujourd’hui décrite par deux théories irréconciliables – la relativité et la physique quantique – ainsi que l’hyperinflation de l’univers initial requise aujourd’hui par la théorie du Big Bang. Hyperinflation dont on ne connait toujours pas grand chose du mécanisme, et qui est l’équivalent de la matière sombre discutée dans le billet précédant (2) au sens où c’est un concept imaginé pour combler le décalage entre la théorie et l’observation, et que l’on cherche ensuite à démontrer expérimentalement. Sans grand succès jusqu’à présent, d’où l’intérêt d’autres pistes de recherche.  Lire la suite « L’Univers holographique, suite mais pas fin. »

Gravité entropique contre matière noire.

Gravité entropique contre matière noire.

Après la gravité de Newton basée sur l’attraction des masses, puis celle d’Einstein sur la déformation de l’espace-temps, puis la gravité quantique qui constate les mêmes effets mais partant d’un modèle incompatible avec Einstein, voici peut-être venue l’ère de la gravite entropique.  Lire la suite « Gravité entropique contre matière noire. »

La matière noire, simple particule exotique ou nouvel univers?

La matière noire, simple particule exotique ou nouvel univers?

Le concept de matière noire à été inventé afin de répondre à des anomalies cosmologiques, des comportements d’étoiles et de galaxies qui ne collaient pas avec le modèle standard de la physique. En gros, la réalité observée = le modèle standard + matière noire + énergie noire, cette dernière étant expressément responsable de l’expansion ce l’univers – et de nature toute aussi inconnue (1). Sans matière noire, un « truc » électriquement neutre mais soumis à la gravité, les galaxies ne se formeraient pas comme elles le font (voir ne se formeraient pas du tout).

The question is, c’est quoi ce truc? De nombreux articles traitent du sujet sur ce blog (voir tag matière sombre), qui n’a toujours pas de solution. Le meilleur candidat théorique, une particule massive de type WIMP (Weakly Interacting Massive Particle) n’a toujours pas été trouvé malgré des années de recherches. Le mois dernier l’expérience américaine LUX dédiée à la recherche des WIMP s’est arrêtée après deux ans sans avoir rien détecté.  Lire la suite « La matière noire, simple particule exotique ou nouvel univers? »

Vers une théorie quantique objective?

Vers une théorie quantique objective?

La mécanique quantique a fait de nombreuses apparitions sur ce blog au fil des ans, mais le plus souvent dans son acceptation classique, dite de Copenhague, qui dit que tant qu’une particule n’est pas observée elle n’existe que sous la forme d’une « fonction d’onde » décrivant tous ses états possibles à l’instant t.

Cette interprétation, qui n’était d’ailleurs pas acceptée par Einstein, date de 1927 et fut proposée par Niels Bohr pour un ensemble de raisons décrites par exemple ici (1). Cette approche reste encore aujourd’hui la principale façon d’interpréter la réalité quantique, mais elle souffre depuis toujours d’un mal mortel: l’univers s’est développé bien avant l’apparition d’un observateur, donc les fonctions d’ondes des premières particules se sont bien condensées en de « vraies » particules toutes seules, qui du fait de la gravité ont ensuite commencé à former gaz, poussières, etc… Si l’interprétation de Copenhague était fondamentalement vraie, rien ne pourrait jamais se passer et l’univers ne serait que virtuel, un champs de fonctions d’ondes. Ce qu’il n’est pas, à moins qu’il ne soit qu’une simulation mais c’est un autre sujet (2).  Lire la suite « Vers une théorie quantique objective? »

Ondes gravitationnelles, le son de l’espace

Ondes gravitationnelles, le son de l’espace

On dit toujours qu’il n’y a pas de son dans l’espace, mais les ondes gravitationnelles récemment observées par l’expérience LIGO, découverte annoncée officiellement aujourd’hui, y ressemblent fortement. Remplacez l’air (ou tout medium capable de transporter un son) par l’espace-temps, et votre cri par un événement cosmique genre combat à mort entre deux trous noirs, et nous pouvons désormais « entendre » le chirp (nom donné au « bruit » gravitationnel ainsi généré, chirp se traduisant par gazouillis…) via ce nouveau « micro » gravitationnel. Tout comme un micro classique capte les vibrations de l’air induites par votre cri – de joie j’espère.  Lire la suite « Ondes gravitationnelles, le son de l’espace »

RIP Edgar Mitchell

RIP Edgar Mitchell

6ème homme avec Apollo 14 en 1971 à avoir marché sur la Lune, l’astronaute Edgar Mitchell s’est éteint le 4 février 2016 à l’age de 85 ans, quelques jours avant l’annonce de la probable découverte d’ondes gravitationnelles par le système LIGO. Cette découverte, si elle se trouve effectivement confirmée, n’aurait pas manqué d’intéresser Mitchell, que l’expérience de l’espace a mis sur sa propre orbite: le sentiment d’unité avec l’Univers, la noétique (issue du concept de Noosphère de Teihard de Chardin), et une opinion claire sur l’existence des OVNIs et de la présence E.T. sur Terre. Lire la suite « RIP Edgar Mitchell »

Super-Lune du 28 septembre 2015

Super-Lune du 28 septembre 2015

lunerouge-page001

Suite d’images prises à Cluny le matin du 28 septembre.

La Super-Lune est la combinaison d’une pleine Lune en périgée (point le plus proche de la Terre de l’orbite lunaire, 356 000 km) et d’une éclipse totale. Plutôt que de voir passer la Lune au noir comme dans une éclipse classique, ici le Soleil, derrière la Terre, illumine la Lune d’une lumière rougeâtre grâce à ses rayons, déviés et filtrés par l’atmosphère terrestre.

Le phénomène est connu sous le nom de Blood Moon en anglais, et ne se répétera pas avant l’an 2033. C’était donc à ne pas rater…

De l’eau liquide sur Mars!

De l’eau liquide sur Mars!

Communiqué de la NASA ce jour: de l’eau liquide et saline a été détectée sur Mars.

Dans les mots du Dr Joe Michalski, chercheur spécialiste de la planète Mars au musée d’histoire naturelle de Londres:

mars2540Ces résultats sont de forts indices de l’existence, occasionnelle mais contemporaine, d’eau salée à la surface de Mars. Nous savons, de par l’étude des extrêmophiles ici sur Terre, que la vie peut non seulement exister mais être abondante dans des conditions hyper arides, très salines et en général extrêmes par rapport à ce qui est supportable pour les humains. Lire la suite « De l’eau liquide sur Mars! »

Histoire d’eau.

Histoire d’eau.

DSC04003Pour un amoureux de la mer et des bateaux, la question de l’origine de l’eau a une dimension qui dépasse le pur questionnement académique. Cette eau qui recouvre les 2/3 de la surface de la Terre, et compte pour 60% de notre poids corporel, qui ne se crée ni ne disparaît, se transformant entre ses trois phases au fil du temps et sans laquelle notre planète, tel Mars aujourd’hui, ne serait sans doute qu’un vaste désert mort. Cette eau, d’où vient-elle? Lire la suite « Histoire d’eau. »