E-Cat, fusion froide, magouilles et gros sous

E-Cat, fusion froide, magouilles et gros sous

Cet article est la suite de « E-Cat, le réacteur à fusion froide en phase de test » (1) publié en octobre 2015. Le E-Cat, réacteur dit LENR (Low Energy Nuclear Reaction) développé par Andrea Rossi promet, s’il est validé expérimentalement, de fournir de l’énergie presque gratuite et non polluante à partir d’un processus de fusion froide et de matériaux abondants.

Le but déclaré de Rossi a toujours été de démarrer une production de masse des E-Cat. Il a, pour ce faire, vendu en 2012 une licence sur le E-Cat à une société d’investissement, Industrial Heat (IH) créée pour l’occasion et filiale du groupe Cherokee, pour 1,5 million USD avec un contrat de fabrication sous licence couvrant les Amériques, Russie et Chine, Arabie Saoudite et Emirats. Rossi, au travers de sa société Leonardo Corp., reste détentrice des droits de propriété intellectuelle et cherche un schéma de production pour l’Europe.  Lire la suite « E-Cat, fusion froide, magouilles et gros sous »

La République sociale selon Frédéric Lordon

La République sociale selon Frédéric Lordon

Le réalisateur Gilles Balbastre était l’invité, hier soir à Cluny, d’une coproduction Cinépause / Cluny La Nuit avec au programme deux documentaires et une interview filmée de Frédéric Lordon, économiste « alternatif » star du mouvement #NuitDebout. Interview intitulée « Les temps modernes ».

Gilles Balbastre est surtout connu pour son documentaire de 2012 Les nouveaux chiens de garde (1), une critique féroce de l’entre-soi politico-médiatique ayant transformé les médias de masse en un organe de propagande au service du grand capital et de la politique professionnelle. Film jouissif autant qu’éclairant que j’ai eu la chance de découvrir en 2014 à Boulogne-sur-Mer lors d’une soirée ATTAC, en présence du réalisateur. Lire la suite « La République sociale selon Frédéric Lordon »

El Niño, corruption et huile de palme, la recette infernale qui enfume l’Indonésie

El Niño, corruption et huile de palme, la recette infernale qui enfume l’Indonésie

L’huile de palme, produit à haut vandalisme ajouté, reste un bien d’exportation majeur de l’Indonésie. Ce pays et la Malaisie détiennent à eux deux 80% de cette production (52 millions de tonnes en 2012, l’huile la plus consommée, devant le soja), très prisée pour son faible coût et sa tenue en température. Elle est produite à partir des fruits du palmier à huile, un arbre étant capable de produire 40 kg d’huile par an sur trente ans. C’est une culture très rentable en termes d’occupation du sol, et qui mène à la transformation des forêts en palmeraies. Je ne m’étendrai pas ici sur le massacre « collatéral » des animaux qui résident dans ces forêts, cette image d’un orang-outan victime de ces pratiques sauvages ayant déjà fait le tour du monde. Lire la suite « El Niño, corruption et huile de palme, la recette infernale qui enfume l’Indonésie »

My french chronicles (13): from the killing fields to autocracy

My french chronicles (13): from the killing fields to autocracy

See the end of this article for an explanation of the above picture.

On Saturday October 17th, two days after the publication of The Drone Papers describing US drone-enabled assassinations leaked to The Intercept, the french paper Le Monde put out a story about the french military specifically targeting a French ISIS fighter called Salim Benghalem. And apparently succeeding in killing him. Benghalem was said to be the general manager of french-speaking ISIS recruits and listed on the list of most wanted terrorists. Lire la suite « My french chronicles (13): from the killing fields to autocracy »

Pour un Fablab à Cluny!

Pour un Fablab à Cluny!

fablab2 Le Fablab est un espace ouvert, où chacun peut venir s’initier à la conception assistée par ordinateur (CAO), aux machines à découpe laser, aux imprimantes 3D… Et apprendre des autres pour créer ses propres objets, machines… Un atelier high-tech accessible aux petits génies, créateurs et bidouilleurs de tout poil (1). Lire la suite « Pour un Fablab à Cluny! »

Economie mondiale: ça va chier!

Economie mondiale: ça va chier!

La réponse à la crise financière de 2008 avait été l’implication massive des banques centrales  dans le refinancement des banques commerciales, le transfert de crédits pourris du privé vers le public, et le passage en sur-régime de la planche à billets.

Mais c’est la Chine, surtout, qui a « sauvé » l’économie mondiale au bord du gouffre par le bais d’un plan d’investissement massif dans ses infrastructures. La demande en ressources qu’impliquait ce plan a fait grimper les prix du pétrole et de nombreuses matières premières, une véritable manne pour les pays émergents riches de ces ressources. Lire la suite « Economie mondiale: ça va chier! »

Société sans cash, société pénitencière

Société sans cash, société pénitencière

monnaie-confianceEn mars 2015 l’Etat français décidait de limiter encre plus la possibilité de payer nos achats en cash, abaissant le plafond actuel de 3000 euros à 1000 euros par transaction, à dater du 1er septembre. Même si cette règle ne vaut pas (pour l’instant) pour les transactions de particulier à particulier, c’est un nouveau pas vers la transparence complète de notre activité sociale et économique aux gros yeux d’un Etat loin de mériter une telle confiance. Lire la suite « Société sans cash, société pénitencière »

Au-delà de la monnaie locale

Au-delà de la monnaie locale

DSC06316Se tenait à Boulogne-sur-Mer, le 12 juin dernier, la première rencontre régionale « Collectivités locales et monnaies complémentaires ». Organisée par la Communauté d’Agglo du Boulonnais (CAB) et l’APES, avec Patrick Viveret en qualité de « speaker », la rencontre visait avant tout à la présentation du concept à des élus et représentants des collectivités.

J’étais heureux de rencontrer Patrick Viveret à nouveau, ayant organisé avec lui une conférence à Cluny en octobre 2009 sur le thème de « Reconsidérer la richesse », dont un compte-rendu existe sur ce blog. Conférence ayant contribué à ma recherche pour l’étude réalisée quelques mois plus tard, « Pour une monnaie locale en Sud-Bourgogne« . Cet intérêt pour le concept de monnaie locale m’incita également à participer au groupe de travail pour la création de la monnaie locale Bou’Sol, lancée à Boulogne-sur-Mer en mai 2013. Lire la suite « Au-delà de la monnaie locale »

Liberland: vivre et laisser vivre.

Liberland Flag Sur un coin de forêt bordant le Danube, dans un no-man’s-land entre Croatie et Serbie, flotte un drôle de drapeau jaune, bleu et noir. Jaune pour la liberté, bleu pour le Danube, et noir pour l’opposition au « système ». Lundi 13 avril, jour de l’anniversaire de Thomas Jefferson, ce coin de terre de 7 km² fut déclaré terres du Liberland par le député eurosceptique tchèque Vit Jedlicka et deux autres libertaires. Une semaine plus tard ils avaient déjà reçu 200 000 candidatures à la citoyenneté Liberlandienne provenant des quatre coins du monde.

 Pour Jedlicka, « un ordre se met en place spontanément… Des gens ont planifié la ville en trois jours et d’autres veulent réellement venir et investir… ce qui ne semblait qu’un rêve devient réellement possible. » Tout le monde peut être candidat à condition de n’avoir aucun casier judiciaire et de n’avoir pas été membre d’un parti nazi ou communiste. Les obligations sont simples: respect des droits, des opinions et de la propriété privée d’autrui. Son modèle est Thomas Jefferson justement, d’où le choix de la date de naissance de Liberland.

L’impôt sera optionnel et les citoyens financeront des projets de développement spécifiques. Ce système fiscal avantageux sera un élément essentiel de l’attractivité du Liberland, Jedlicka n’hésitant pas à envisager un Monaco, Lichtenstein ou Hong Kong – bis qui amènera de la prospérité à ce coin perdu.

Le Liberland, coup de pub d’un eurosceptique libertaire ou réelle création d’un nouvel embryon d’Etat susceptible d’être reconnu comme tel? Le territoire est sous contrôle croate mais n’appartient pas formellement à la Croatie vu qu’il est au centre d’une dispute territoriale entre celle-ci et la Serbie voisine, ce depuis plus de 15 ans. Le trio sus-mentionné forme l’actuel gouvernement mais la page internet du Liberland mentionne une forme de gouvernement de type » République constitutionnelle avec des éléments de démocratie directe », donc on peut supposer que des élections auront un jour lieu afin de nommer les vingt représentants à l’Assemblée Nationale, telle que l’indique la Constitution du Liberland.

Sa philosophie libertaire, sa vocation de devenir un nouveau paradis fiscal associé, sans doute, à un euroscepticisme féroce, ne laissent rien présager de bon concernant de possibles relations diplomatiques avec les autres pays européens. Mais par contre tout cela peut sembler très attractifs aussi bien à certains nantis recherchant un havre fiscal qu’à des anarchistes désirant tenter une réelle alternative, ou à des gens – tant qu’à faire jeunes, aimant le camping, en bonne santé et avec quelques moyens quand même – qui en ont simplement assez de vivre en des pays stérilisés par l’hypocrisie, la corruption et Big Brother.

La devise du Liberland est: « Vivre et laisser vivre ». Tout un programme.

Que faire d’en quête de sens?

Que faire d’en quête de sens?

Les projectionsCe lundi était projeté, au cinéma municipal de Cluny (71), le documentaire En quête de Sens nous invitant à un petit tour du monde de penseur(e)s qui tentent de répondre à une question simple: qu’est ce qui ne va pas avec le système actuel, et que faire.

L’équipe est composée d’un réalisateur, Nathanaël Coste, et d’un personnage (le « héro ») issu du marketing des produits de luxe et qui, du haut de ses 27 ans, se pose de sérieuses questions sur le sens de sa vie: Marc de la Ménardière – que l’on peut par ailleurs écouter sur un TEDx de 2013. Lire la suite « Que faire d’en quête de sens? »