Le politiquement correct est-il allé trop loin?

Le politiquement correct est-il allé trop loin?

Le mouvement du « politiquement correct » a démarré au début des année 90 sur les campus des universités américaines, pour ensuite se développer et se transformer, en ces mêmes lieux, en une forme de censure extrême et de constante auto-victimisation des nombreux groupes, sous-groupes et tribus revendiquant chacune ses « triggers », ses « safe spaces », ses petites angoisses et grosses intolérances envers tout ce qui de près ou de loin ne correspond pas précisément à ses propres et hypertrophiées sensibilités. Lire la suite « Le politiquement correct est-il allé trop loin? »

Être ou ne pas être… un tolérant.

Être ou ne pas être… un tolérant.

La montée des communautarismes en Europe pose de sérieuses questions aux occupants traditionnels de nos contrées baignées, en grande majorité, dans un environnement civique prônant un haut niveau de tolérance. Cette tradition n’est pas ancienne, on peut dire qu’elle date de la fin de la Seconde Guerre Mondiale où le décompte des horreurs a engendré la Charte des Droits de l’Homme et l’obligation pour tout un chacun de tolérer l’autre, même s’il ne l’aime pas. La tolérance mutuelle garanti, sinon l’amour, du moins une certaine capacité à vivre ensemble à partir du moment ou tout le monde s’accorde sur un socle commun, un ensemble de règles valables pour toutes et tous qui garantissent, dans les faits, la possibilité du vivre-ensemble. Lire la suite « Être ou ne pas être… un tolérant. »

On te manipule!

On te manipule!

annonceM’étant décidé à aller jeter un oeil sur le nouveau site anti-conspirationniste du gouvernement (1), je tombe nez-à-nez avec l’image de Manuel Valls invitant les visiteurs à s’inscrire pour recevoir chaque semaine la prop… pardon « l’essentiel des informations » du gouvernement. Ma première pensée: « Zut, un site parodique, c’est quoi la bonne adresse? ». Et bien non, c’est bien la bonne adresse, et nous ne sommes pas le 1er avril. Entrons, donc. Lire la suite « On te manipule! »

Pour un Fablab à Cluny!

Pour un Fablab à Cluny!

fablab2 Le Fablab est un espace ouvert, où chacun peut venir s’initier à la conception assistée par ordinateur (CAO), aux machines à découpe laser, aux imprimantes 3D… Et apprendre des autres pour créer ses propres objets, machines… Un atelier high-tech accessible aux petits génies, créateurs et bidouilleurs de tout poil (1). Lire la suite « Pour un Fablab à Cluny! »

Morano, islamistes & Cie: et Voltaire alors?

Morano, islamistes & Cie: et Voltaire alors?

DSC_0671-001

La liberté d’expression est souvent symbolisée par une citation célèbre attribuée à Voltaire:  « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » Sauf que Voltaire n’a jamais dit cela, mais le symbole est resté. Symbole aujourd’hui troué de toutes parts, étendard déchiré et méconnaissable d’un pilier en voie d’effondrement de la civilisation occidentale. Lire la suite « Morano, islamistes & Cie: et Voltaire alors? »

Les dessous du peer review ou la falsification des évaluations par les pairs.

Les dessous du peer review ou la falsification des évaluations par les pairs.

En juin dernier je proposais l’article intitulé La moitié des études biomédicales seraient fausses, selon The Lancet, faisant état d’un sérieux problème de crédibilité des études biomédicales. Ce problème n’existe pas que dans le secteur biomédical même si ce dernier, du fait des gros sous à la clé et de la manipulabilité subjectivité du sujet, semble être le plus affecté.

Un récent article paru dans le Washington Post sous le titre « Major publisher retracts 64 scientific papers in fake peer review outbreak« , ou « Un éditeur connu rétracte 64 publications scientifiques dans une épidémie de faux examens par des pairs », déclare qu’un certain nombre de publications, supposément vérifiées selon la méthode consacrée de l’examen par des pairs, n’ont en fait pas été vérifiées du tout. Lire la suite « Les dessous du peer review ou la falsification des évaluations par les pairs. »

Laïcité culinaire ou lard du politique?

Laïcité culinaire ou lard du politique?

chalonContexte: le maire de Châlon-sur-Saône, Gilles Platret (LR), a supprimé les repas de substitution dans les écoles, c’est-à-dire l’option « sans porc » destinée au petit(e)s musulman(e)s lorsque le menu inclut un plat à base de porc. Cette mesure existait dans cette ville depuis 1984, et existe dans de très nombreux établissements en France. Le vote du Conseil Municipal est prévu pour le 29 septembre, mais les parents d’élèves ont été informés de la modification voulue par le maire en mars, et ont également reçu la liste des menus du premier trimestre pour les écoles chalonnaises, où la première tranche de jambon apparaît le 15 octobre. Lire la suite « Laïcité culinaire ou lard du politique? »

Que faire d’en quête de sens?

Que faire d’en quête de sens?

Les projectionsCe lundi était projeté, au cinéma municipal de Cluny (71), le documentaire En quête de Sens nous invitant à un petit tour du monde de penseur(e)s qui tentent de répondre à une question simple: qu’est ce qui ne va pas avec le système actuel, et que faire.

L’équipe est composée d’un réalisateur, Nathanaël Coste, et d’un personnage (le « héro ») issu du marketing des produits de luxe et qui, du haut de ses 27 ans, se pose de sérieuses questions sur le sens de sa vie: Marc de la Ménardière – que l’on peut par ailleurs écouter sur un TEDx de 2013. Lire la suite « Que faire d’en quête de sens? »

Cartographie mentale, vie de couple et differentiation

Les choses de la vie font que la plupart d’entre nous se retrouvent de temps à autre confrontés à des problèmes de comportement difficiles à vivre au sein de nos familles, couples ou cercles sociaux. Le plus souvent, c’est-à-dire quand les gens impliqués ne nous paraissent pas souffrir d’une pathologie particulière telle la perversion narcissique, nous partons du principe que les gens qui nous font du mal de le font pas exprès, c’est juste que leurs bonnes intentions de départ sont « trahies » par les casseroles qu’ils traînent – que nous traînons tous – depuis leur enfance: blessures, peur de l’abandon, anxiété, etc… D’où il découle que d’un point de vue thérapeutique il faut arriver à recréer un climat d’empathie, de non-jugement permettant de libérer la parole, se dégager des peurs imaginaires et retrouver un comportement en prise avec la réalité.

Mind maps are used to get lots of ideas into one ideaNéanmoins, il existe (au moins) une autre manière de voir les choses, telle présentée par le psychothérapeute David Schnarch, inventeur de la « Crucible Therapy » qui est une forme d’intégration de la sexualité, l’intimité, la spiritualité, le développement personnel et de conseil matrimonial. David Schnarch considère que, du moins en ce qui concerne son domaine d’expertise que sont les rapports de couple, les gens qui ont un comportement blessant envers leur conjoint ne le font pas « sans le vouloir » mais au contraire, savent très bien ce qu’ils (ou elles) font et quel type de blessures ils ou elles infligent ainsi à l’autre. Pour Schnarch les gens coupables de « mauvais comportements » ne le font pas du fait de leurs peurs, frustrations et anxiétés mais le font pour leur propre gratification, parce que c’est une forme de relation qu’ils / elles choisissent. Lire la suite « Cartographie mentale, vie de couple et differentiation »

La banalité du mal, revisitée

Adolf Eichmann, au procès de Jérusalem en 1961

En 1963, la sortie du livre d’Hannah Arendt Eichmann à Jérusalem. Rapport sur la banalité du mal a installé dans la pensée conteporaine la notion – sujette à débat dans les milieux philosophiques cependant – que le « mal » pouvait n’être rien de plus que l’exécution par des bureaucrates – dans le cas d’Eichmann, mais la notion s’applique à tout exécutant – d’ordres ou de politiques dont l’aspect immoral échappe au dit exécutant – qui peut par ailleurs passer pour un brave type en société. Il obéit, et il n’hésite pas le cas échéant – comme à Nuremberg ou comme dans tous les cas d’abus de pouvoir ou de violence par les institutions, les policiers, etc… – à invoquer son rôle de simple exécutant n’ayant pas le choix que de faire ce que l’on lui dit de faire. Lire la suite « La banalité du mal, revisitée »