Mélenchon, là où ça coince.

Mélenchon, là où ça coince.

Personnellement j’aime bien Méluche pour son côté rentre-dedans et un diagnostique général de ce qui ne va pas en France, en Europe et dans le monde avec lequel je suis globalement d’accord. Je suis également globalement d’accord sur un certain nombre de points du programme JLM2017, en particulier l’avènement d’une 6ème république adaptée à la réalité contemporaine et capable de réduire très fortement la corruption et les situations de rente inhérentes au système actuel. Le remplacement du nucléaire par du renouvelable aussi, bien sur. Nous ne sommes qu’au début d’une catastrophe nucléaire à Fukushima qui va durer des siècles, et l’argument « d’accident impossible ici » n’est qu’une dangereuse illusion – surtout à l’ère des drones capables de porter des charges militaires.

On peut discuter longtemps des autres propositions, sur les retraites, la Sécu, la « règle verte » etc…, comme dans tout programme le politique propose et la réalité dispose. Non, là où ça coince vraiment c’est sur la stratégie politique d’une part, et sur l’Europe d’autre part. Et c’est sur ces aspects-là qu’apparaît la réalité de l’animal politique, le professionnel supposément anti-système qui connait et profite quand même à fond dudit système. Lire la suite « Mélenchon, là où ça coince. »

Pourquoi Macron?

Pourquoi Macron?

On aurait pu croire que la sortie de jeu de Hollande, l’élimination de Valls et l’explosion en vol de Fillon ouvrirait un boulevard à ce que l’on nomme globalement »la gauche », face à une extrême-droite renforcée par la faction  la plus radicale de la droite conservatrice. Mais il est clair que cette « gauche », en fait, n’existe pas. Tout comme le gros des troupes LR est incompatible avec le FN car n’ayant aucun intérêt à sortir de l’Euro et encore moins de l’Europe, les troupes du PS ne peuvent se mélanger à celles de Mélenchon pour les mêmes raisons. C’est bien pour cela que Mélenchon n’a pas participé à la primaire socialiste, et qu’un accord PS-JLM est fondamentalement impossible.

On aurait pu croire que Hamon, ayant battu Valls et relégué aux poubelles de l’Histoire la dérive autoritaire du colérique Hobbesien (1), ayant récupéré les verts, bénéficiant d’un début d’amélioration de la conjoncture économique française et bien ancré dans une « vraie gauche », serait en mesure de récupérer un maximum de support de tout ce qui gravite autour de la gauche et du centre-gauche en vue d’une offre crédible face à une droite tirant très fort, merci Fillon, sur le bleu marine.  Lire la suite « Pourquoi Macron? »

Russie, Syrie, USA: CIA pyromane.

Russie, Syrie, USA: CIA pyromane.

Triste fin de règne pour Barack Obama qui se voit contraint de s’aligner sur le « rapport » de la CIA accusant la Russie d’avoir piraté l’élection américaine au profit de Trump (1). « Piraté l’élection » étant d’ailleurs un grand mot car, aux dires même du New York Times qui pourtant roule pour les Démocrates, l’accusation spécifique porte sur le hacking du serveur de courriel du parti Démocrate et du serveur privé de John Podesta, directeur de campagne Hillary Clinton (2). Et pas sur la manipulation du vote lui-même, comme l’establishment US aime à le laisser croire. Lire la suite « Russie, Syrie, USA: CIA pyromane. »

Pourquoi Trump?

Pourquoi Trump?

A quelques jours de l’élection présidentielle américaine, ce 8 novembre, la course entre Hillary Clinton et Donald Trump est plus incertaine que jamais. D’un côté une figure majeure de l’establishment, profondément corrompue et incompétente (1), aux amitiés douteuses mais gardienne du camp du « business as usual »: clientélisme,  interventionnisme au seul bénéfice du complexe militaro-industriel, enrichissement des plus riches et paupérisation des classes moyennes encerclées par une police militarisée. Clinton est l’égérie de l’Etat prédateur si bien décrit par James Galbraith en 2008 (2).

De l’autre côté Trump, magnat de l’immobilier le jour et guignol le soir, hors système mais récupéré par le parti républicain qui espérait ainsi s’en débarasser via les primaires, qu’il a finalement gagnées. Lire la suite « Pourquoi Trump? »

Faire de la politique autrement, qu’ils disent…

Faire de la politique autrement, qu’ils disent…

Un week-end de curée médiatique avec la clôture de la FLIC21 le samedi et le second tour des régionales le dimanche. Les pinces à linge ornèrent à nouveau le nez de pas mal de socialistes obligés d’aller nourrir l’ennemi héréditaire pour barrer la route au FN. Validant de ce fait la réalité d’un échiquier politique bi-partisan, UMPS (ou LRPS aujourd’hui) d’un côté et FN de l’autre. Et même ainsi cela se joue à moins de 10% dans le meilleur des cas, on est loin des 80% de Chirac contre Le Pen en 2002!  Lire la suite « Faire de la politique autrement, qu’ils disent… »

My french chronicles (15): Suspended

My french chronicles (15): Suspended

21-avril-2002-Chirac-Le-PenAs with every election since the famous showdown between presidential candidates Jacques Chirac and Jean-Marie le Pen back in 2002, the emergence of the National Front on the ashes of french derilict national governance is having everyone up in arms.

It sounds very much as if political agents and press commentators all suffer from deep Alzheimer, each time rediscovering that about 25-30% of voters (50% of the eligible population) vote FN and each time analysing why this is so. And, each time, coming up with the same diagnostics which they promptly forget once the election is over. This time this effect is further reinforced in the wake of the november 13 shootings in Paris. Lire la suite « My french chronicles (15): Suspended »

Trump et Sarko: du Poutine au même?

Trump et Sarko: du Poutine au même?

trump sarko

Le parti Les Républicain (LR) français et le Republican Party américain sont tous deux actuellement en pleine bataille des primaires en vue des prochaines élections présidentielles, américaine en novembre 2016 et française en 2017. Un bon moment pour se rendre compte de ce qui « marche » politiquement dans la course au pouvoir suprême. Lire la suite « Trump et Sarko: du Poutine au même? »

Un éléphant ça Trump énormément!

Un éléphant ça Trump énormément!

trumpUSA: Lors du fameux débat politique du 6 août, sur la chaîne Fox, entre les candidats conservateurs à la prochaine présidentielle, Donald Trump a exposé en quelques mots, devant 24 millions de téléspectateurs, une vérité que nous connaissons tous mais que les principaux intéressés, évidemment, ne veulent jamais reconnaître: l’extrême intimité entre la politique et le big business, et la subordination du premier au second.  Lire la suite « Un éléphant ça Trump énormément! »

Le Likoud liquide l’Etat palestinien.

Le Likoud, tel un poison abrutissant, a réussi à se répandre dans les veines d’Israël, encore une fois. Un quart des 120 sièges de la Knesset pour un équivalent à un Front National dont le « programme » est de ne rien changer à la situation économique, politique et sociale catastrophique d’Israël, de haïr les Arabes mêmes israéliens, de développer l’emprise illégale (1) des colonies juives dans les territoires occupés, et de refuser toute notion d’un Etat Palestinien voisin (revenant ainsi sur son accord de principe de 2009 d’un système à deux Etats). Lire la suite « Le Likoud liquide l’Etat palestinien. »

Wisconsin, Recall Election Day

Ce 5 juin, les habitants du Wisconsin étaient appelés à une élection très spéciale: après 15 mois de lutte acharnée entre le gouverneur Scott Walker, Républicain, et la société civile démocrate de cet Etat pour un « recall », c’est-à-dire une remise en jeu de l’élection de Walker suite à des actes considérés graves et anticonstitutionnels commis par ce dernier et son équipe, le jour du vote est arrivé. Pour la genèse de l’affaire, voir les articles publiés sur ce blog début 2011 et notamment le tout premier, « Révolution populaire aux USA? »

Le premier combat, gagné par les anti-Walker, fut la validation juridique du processus de recall, au terme d’une vaste campagne de pétition. Il fallut ensuite choisir le candidat d’opposition à Scott Walker,Tom Barrett, candidat malheureux contre Walker lors de l’élection gouvernatoriale de 2010.

Au terme d’une campagne extrêmement dure entre la mafia millionnaire derrière Walker et l’investissement corps et âmes des militants démocrates derrière Barrett, s’est rejoué exactement le même scrutin qu’en 2010 avec le même résultat: victoire de Walker avec 53%, conte 46% pour Barrett et 1% pour l’outsider Hari Trivedi. La participation fut d’environ 58%. La répartition des votes, selon des sondages effectués à la sortie de l’isoloir, était identique à celle de 2010: Walker s’est imposé dans toutes les tranches d’age sauf les moins de 30 ans, il a gagné auprès des moyens et hauts salaires, des encartés Républicains, des ruraux et suburbains.

Énorme déception évidement pour les tenants du Recall. Et les mesures phare de Walker, a savoir la fin des droits de négociation collective pour les syndicats et d’importantes mesures d’austérité fiscale, risquent de finalement s’imposer. Néanmoins ce Recall restera dans les annales du Wisconsin comme le premier soulèvement à grande échelle des jeunes, des fonctionnaires, des employés syndiqués contre le bulldozer néolibéral.

Voir aussi: http://www.jsonline.com/blogs/news/157378455.html#!page=1&pageSize=10&sort=newestfirst