Un sentiment d’effarement.

Un sentiment d’effarement.

Parfois je suis effaré. Cela fait quinze ans que je vis en France, que je participe à ma petite échelle à la vie de ce beau pays, et que j’y croise un grand nombre de personnes qui se bougent pour faire avancer les choses dans le bon sens. Le bon sens, c’est-à-dire pour une meilleure démocratie, moins d’inégalités, moins de violence institutionnelle et plus d’humanité dans nos rapports aux autres même – et surtout – s’ils sont différents. Je ne suis pas toujours d’accord avec ce que disent les gens que je considère néanmoins bien intentionnés,  mais depuis quelques temps ce désaccord salutaire se transforme parfois en effarement, voir en inquiétude sur ce qui nous attends dans un futur proche.

Effarement devant le rouleau compresseur du politiquement correct, devant la naïveté de ceux et celles qui croient encore à la neutralité de l’Etat, devant le radicalisme présenté comme anti-radicalisme, devant le sabordement des règles du débat menant à la police de la pensée et à la dictature. Lire la suite « Un sentiment d’effarement. »

« Positive Hell » censuré au Portobello Film Festival de Londres

« Positive Hell » censuré au Portobello Film Festival de Londres

Positive Hell, ou « enfer positif » est un documentaire de 28 minutes relatant les vies de cinq espagnols diagnostiqués séropositifs. Il est un peu la suite, par les mêmes auteurs, du film Positively False que j’ai pu voir lors d’une conférence en juin 2012 sur la « dissidence » envers la théorie classique de la cause du Sida (selon laquelle le Sida a pour seule et unique cause l’infection par un rétrovirus, le Vih), qui trente ans après sa supposée découverte pose toujours autant de problèmes pour lui trouver un remède définitif (1).

Ce film, réalisé par Andi Reiss et Joan Shenton, s’est vu programmé au fameux Portobello Film Festival qui se tient actuellement à Londres. Pour se faire ensuite déprogrammer avant l’ouverture du festival, pour des raisons qui ne sont pas affichées mais que la journaliste Elizabeth Ely détaille dans un article sur truthbarrier.com (2). Lire la suite « « Positive Hell » censuré au Portobello Film Festival de Londres »

Le politiquement correct est-il allé trop loin?

Le politiquement correct est-il allé trop loin?

Le mouvement du « politiquement correct » a démarré au début des année 90 sur les campus des universités américaines, pour ensuite se développer et se transformer, en ces mêmes lieux, en une forme de censure extrême et de constante auto-victimisation des nombreux groupes, sous-groupes et tribus revendiquant chacune ses « triggers », ses « safe spaces », ses petites angoisses et grosses intolérances envers tout ce qui de près ou de loin ne correspond pas précisément à ses propres et hypertrophiées sensibilités. Lire la suite « Le politiquement correct est-il allé trop loin? »

Être ou ne pas être… un tolérant.

Être ou ne pas être… un tolérant.

La montée des communautarismes en Europe pose de sérieuses questions aux occupants traditionnels de nos contrées baignées, en grande majorité, dans un environnement civique prônant un haut niveau de tolérance. Cette tradition n’est pas ancienne, on peut dire qu’elle date de la fin de la Seconde Guerre Mondiale où le décompte des horreurs a engendré la Charte des Droits de l’Homme et l’obligation pour tout un chacun de tolérer l’autre, même s’il ne l’aime pas. La tolérance mutuelle garanti, sinon l’amour, du moins une certaine capacité à vivre ensemble à partir du moment ou tout le monde s’accorde sur un socle commun, un ensemble de règles valables pour toutes et tous qui garantissent, dans les faits, la possibilité du vivre-ensemble. Lire la suite « Être ou ne pas être… un tolérant. »

Contre l’intégrisme laïcard

Contre l’intégrisme laïcard

Une scène du dernier film de Spielberg, le Pont des Espions, montre le face-à-face entre  l’avocat James Donovan joué par Tom Hanks, chargé de défendre un espion soviétique devant une cour américaine, et l’agent Hoffman de la CIA qui cherche à savoir ce qui se dit entre Donovan et son client. Démarche évidemment illégale faisant que, après avoir souligné l’ascendance allemande de Hoffman ainsi que sa propre ascendance irlandaise, Donovan rappelle à Hoffman que la seule chose qui fait qu’ils sont tous deux citoyens des Etats-Unis est leur reconnaissance et leur respect des lois constitutionnelles de ce pays. Cela, et rien d’autre. Lire la suite « Contre l’intégrisme laïcard »

Camp de Grande-Synthe

Camp de Grande-Synthe

Ce jeudi je suis allé livrer les vêtements récupérés à Mâcon à une association d’aide aux migrants de Grande-Synthe, l’ASFI. Cela fait plusieurs années que cette association locale d’une vingtaine de bénévoles apporte vêtements, équipements et nourriture aux migrants coincés dans ce sous-bois entre une zone commerciale et une zone résidentielle. L’explosion de la population du camp depuis un an et demi a amené d’autres associations, souvent anglaises d’ailleurs, à participer à la survie de ce qui n’est aujourd’hui qu’un grand champ de boue habillé de tentes en tous genres, tauds, tas d’immondices et sanitaires dont on devine l’état. Lire la suite « Camp de Grande-Synthe »

Truvada mon amour

Truvada mon amour

Marisol Touraine, ministre de la santé, vient d’annoncer la mise à disposition du Truvada à titre préventif aux personnes à risque de contracter le VIH. Et que ce traitement, dont le coût est de l’ordre de 500 euros par mois, sera remboursé à 100%.

FDA HIV Drug

Cette stratégie de prévention, nommée prophylaxie pré-exposition (PrEP), se base sur la prise journalière de cachets de Truvada (un mix de ténofovir et emtricitabine vendu par  Gilead au ton de 3 milliards de dollars par an) par ceux et celles à risque d’infection par le VIH. Le plus souvent par voie sexuelle, même si le cas de travailleurs du domaine de la santé est également pris en compte. Lire la suite « Truvada mon amour »

Etat d’urgence: il y a bien un dieu pour les imbéciles

Etat d’urgence: il y a bien un dieu pour les imbéciles

Assemblée Nationale, mercredi et jeudi cette semaine. À la buvette, on a vu un collaborateur parlementaire du groupe PS touiller son café d’un air désespéré. « Nos élus sont devenus fous. » (1)

Quand l’examen du texte a commencé, mercredi soir en commission, le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve a donné le ton, régalien et martial. « Nous prenons toutes les dispositions pour traquer les terroristes où qu’ils se terrent. » Puis il s’est fait rassurant : « L’état d’urgence n’est pas le contraire de l’État de droit : il est son bouclier. » Lire la suite « Etat d’urgence: il y a bien un dieu pour les imbéciles »

Monsieur le Président, je ne suis pas d’accord

Monsieur le Président, je ne suis pas d’accord

Pas d’accord avec plusieurs éléments de votre discours, avec vos propositions, avec votre engouement pour la marche forcée vers le nihilisme politique du tout sécuritaire. Comme après le 7 janvier, vous utilisez un choc émotionnel majeur pour faire avancer vos pions, au profit d’une gouvernance autoritaire qu’il deviendra bientôt illégal de critiquer.

Reprenons votre discours d’hier devant le Congrès (1). Lire la suite « Monsieur le Président, je ne suis pas d’accord »

Manuel Hobbes ou la légitimation du Léviathan.

Manuel Hobbes ou la légitimation du Léviathan.

Manuel Valls s’est récemment fendu d’un argumentaire, sur son compte Facebook, en faveur de sa vision de l’autorité basée sur le besoin de sécurité des gens, condition nécessaire à la poursuite de leurs désirs. Il cite en cela le philosophe anglais Thomas Hobbes, auteur du Leviathan, nom donné par Hobbes au Souverain dépositaire des droits de gouvernance que lui octroient l’ensemble des citoyens. Lire la suite « Manuel Hobbes ou la légitimation du Léviathan. »