Apollo de Major Tom, que nous caches-tu?

Apollo de Major Tom, que nous caches-tu?

Le 16 juin dernier, le représentant du Comité d’Enquête de la Fédération de Russie, Vladimir Markin, demandait l’ouverture d’une enquête internationale au sujet de la disparition des films utilisés lors des mission Apollo entre 1969 et 1972, et des 400 kg de roches ramenées au cours du même programme.

Rien que cela. Mais autant cette demande est une contre-attaque suite à l’investigation américaine sur la corruption de la FIFA, ayant mené à la démission de Stepp Blatter et, surtout, remettant en cause l’attribution de la Coupe du Monde de Football 2018 à la Russie, autant elle repose en partie sur des faits reconnus par la NASA et en partie sur des témoignages non officiels. Lire la suite « Apollo de Major Tom, que nous caches-tu? »

Apollo et le mystère des Hasselblads de contrebande

The Data Acquisition Camera was designed to capture footage of final approach, Neil Armstr...

En mars 2014 eu lieu la vente aux enchères d’une caméra Hasselblad 16 mm ayant voyagé sur Apollo 15 en 1971. Cette caméra était à l’époque vantée comme étant la seule caméra au monde ayant fait l’aller-retour entre la Terre et la Lune, la procédure normale étant d’abandonner tout le matériel inutile au retour dans le module lunaire. Elle avait pu bénéficier de la grâce « nasanienne » du fait d’un problème technique ayant empêché son abandon.

Ça, c’est la théorie. Mais apparemment tous les astronautes ne respectaient pas nécessairement cette règle. Pas plus tard que cette semaine nous avons appris que la femme de feu Neil Armstrong, premier astronaute a avoir foulé le sol lunaire en 1969 avec Apollo 11, décédé en 2012, avait retrouvé dans un banal sac plus de 4 kg d’objets récupérés de la mission d’Apollo 11 – dont une caméra Hasselblad 16 mm (en photo ci-dessus). Ces objets étaient supposés être restés sur le module lunaire Eagle, et s’être écrasés avec ce dernier sur la Lune. Pourquoi avoir gardé ces « souvenirs », pourquoi ensuite les cacher et n’en parler à personne pendant les 45 années entre son retour de la Lune et son décès, nul ne semble le savoir. Mais le cas Armstrong n’est pas le seul! Lire la suite « Apollo et le mystère des Hasselblads de contrebande »

Anomalie Baltique, info ou intox?

En juin 2012 je publiais cet article sur la découverte, par l’équipe Ocean Xplorer de Peter Lindberg, d’un objet bizarre au fond de la mer Baltique. Cette découverte avait généré un certain buzz du fait qu’outre la forme et les caractéristiques de l’objet, des phénomènes d’interférences électromagnétiques (type perte de réseau satellite, panne de matériel électrique ou électronique) étaient décrit à l’aplomb de l’objet, et ce jusqu’à la surface. De quoi éveiller les curiosités! Lire la suite « Anomalie Baltique, info ou intox? »

Phobos, une lune venue d’ailleurs. Ou pas.

Dans les années 90 j’étais un grand fan de SF et et j’avais lu la série The Way dont le premier tome était Eon. Cette histoire se passe en 2005, et apparaît soudainement dans le ciel terrestre un grand astéroïde qui se met en orbite autour de la Terre, elle-même menacée de guerre nucléaire entre les USA et l’URSS (ayant écrit l’histoire en 1985, Bear n’avait pas prévu la chute de l’URSS). Bien entendu une mission terrestre s’envole vers l’astéroïde et arrive même à y pénétrer, découvrant alors qu’il est creux à l’intérieur et recèle les vestiges d’une immense cité. Lire la suite « Phobos, une lune venue d’ailleurs. Ou pas. »

Anomalie Baltique, un Stonehenge sous-marin?

Eté 2011, mer Baltique

Une équipe de recherche menée par le chasseur de trésor Peter Lindberg tombe sur une étrange  trace sonar : un objet d’une soixantaine de mètres de diamètre gît par 90m de fond.

 

Il a tout du Millenium Falcon de Han Solo dans Star Wars…  et l’image sonar semble en plus montrer une sorte de traînée longue de 300m partant sur la droite de l’objet, comme la trace d’un atterrissage forcé…

Printemps 2012, même endroit

Une expédition est montée pour explorer cet objet de plus près. Dès le 1 juin, l’équipe de Lindberg sur le navire Ocean Xplorer a passé 12 jours à observer l’objet avec plongeurs et robots sous-marins. Nous n’avons pas encore accès aux photos et vidéos tournée sur place, qui sont actuellement analysée par les chercheurs. Mais Lindberg a néanmoins dévoilé quelques informations à la chaîne Fox News. Lire la suite « Anomalie Baltique, un Stonehenge sous-marin? »

L’appel des sirènes ou sirènes à la pelle?

Si à titre d’expérience personnelle et poétique l’existence des sirènes ne fait pour moi plus guère de doutes,  à titre de démonstration scientifique il reste du chemin à parcourir mais on ne part pas de rien non plus. J’ai précédemment proposé cet article intitulé « Etre humain: où sont les poils? » faisant un rapide état des lieux de la théorie dite « aquatic ape », proposée dans les années 60 par un certain Alistair Hardy de l’université d’Oxford et visant à donner une explication à l’indubitable mais difficilement explicable réalité humaine: nous n’avons presque pas de poils et un certain nombre d’autres caractéristiques (position du larynx, capacité à tenir notre respiration, flexibilité dorsale, capacité de nos bébés à nager dès la naissance, couche de graisse cous-cutanée, etc..) qui n’apportent pas d’avantages (et nombre de désavantages) à un animal terrestre mais qui, par contre, sont tout à fait compatibles avec une adaptation aquatique. La possibilité d’allers et venues entre formes terrestres et aquatiques n’a, en elle-même, rien de révolutionnaire: les cétacés ont des ancêtres terrestres, les premiers animaux terrestres sont très probablement venus de la mer, l’ours polaire actuel est en cours de métamorphose entre un ours terrestre et un animal aquatique. Selon les tenants de la théorie du « primate aquatique« , l’ancêtre de l’homme moderne serait passé voici quelques millions d’années par une phase marine, lui procurant ainsi certaines caractéristiques typiquement aquatiques, avant de retourner à un environnement essentiellement terrestre. Lire la suite « L’appel des sirènes ou sirènes à la pelle? »

Stonehenge, l’origine des pierres

Dans les années 70 j’ai pu visiter Stonehenge avant que le site ne se trouve interdit d’accès par les haies de barbelés qu’on y voit aujourd’hui. Émerveillement devant ces pierres énormes, plantées là voici plus 3000 ans. Par qui, pourquoi et surtout, comment? Car certaines de ces pierres, en rhyolite et faisant partie des dites « pierres bleues » formant notamment le cercle intérieur, ne viennent pas de carrières locales et les archéologues se sont longtemps posé la question de leur origine. Aujourd’hui, grâce à un important et très récent travail pétrographique co-réalisé par l’Université de Leicester et le Musée National du Pays de Galles, on sait que les pierres en rhyolite du site proviennent d’une ancienne carrière située à Craig-Rhos-y-Felin dans le North Pembrokeshire (Sud du Pays de Galles), à quelques 230 km au Nord-Ouest du site. Toutes les pierres bleues viennent du Pays de Galles mais leur origine exacte reste le plus souvent inconnue. Lire la suite « Stonehenge, l’origine des pierres »

Arche d’Alliance: risque de fuite!

Arche d’Alliance: risque de fuite!

L’arche d’alliance, symbole religieux tout autant que symbole cinématographique aux côtés de Indiana Jones, est avant tout un mystère. Ce coffre de bois et d’or rehaussé de deux chérubins est censé contenir les Tables de la Loi récupérées par Moïse lors d’une ascension mémorable. Selon la Bible elle quitta l’Egypte pour se rendre, après plusieurs étapes, à Jérusalem sous la conduite du roi David en attendant la construction du premier temple. Elle y sera placée dans le Saint des Saints par le roi Salomon. Lire la suite « Arche d’Alliance: risque de fuite! »

Le mystère de la Grande Pyramide, un pas de plus

En 2002 le secrétaire général du Conseil suprême des Antiquités égyptiennes, Zahi Hawass, estimait que l’exploration des deux « conduits de ventilation » d’une soixantaine de mètres partant de la Chambre de la Reine, et bloqués par des portes de pierre travaillées dotées de « poignées » en cuivre photographiées par un petit robot (Upuaut-2 pour le conduit Sud) en 1993 puis en 2002 (robot Pyramid Rover pour le conduit Nord), constituait le dernier mystère de la Grande Pyramide.

Pour de nombreux chercheurs c’est en fait loin d’être le dernier mystère entourant la seule des sept merveilles du monde antique encore visible aujourd’hui, mais l’examen de ce mystère-ci a fait un pas en avant ce 24 mai 2011 avec les premières photographies de l’arrière de la porte Sud. Lire la suite « Le mystère de la Grande Pyramide, un pas de plus »