L’Etat Profond et autres cancers

L’Etat Profond et autres cancers

L’Etat Profond et sa succursale de services secrets, de manipulation et de corruption sont un thème récurrent sur ce blog. Thème dont les relents un peu occultes voire paranoïaques tendent à faire labelliser ses analystes – et a fortiori ses détracteurs – de conspirationnistes, terme fourre-tout quotidiennement utilisé par les médias « sérieux » qui évitent ainsi de devoir discuter de sujets susceptibles de trop remettre en cause leur conception bien cadrée du monde.

Mais il existe des exceptions, et ce mercredi matin sur France Culture le programme CulturesMonde  (1) proposait une émission intitulée « Le « deep state » américain, fantasme d’une administration parallèle« , avec pour invités le professeur de civilisation américaine Pierre Guerlain, le professeur auteur du livre « Le renseignement américain : entre secret et transparence, 1974-2013 » Gildas Le Voguer, et le journaliste politologue spécialiste de la Turquie Ali Kazancigil. Lire la suite « L’Etat Profond et autres cancers »

Guerre ouverte entre Donald Trump et l’Etat Profond US

Guerre ouverte entre Donald Trump et l’Etat Profond US

Le monde ayant suivi, de près ou de loin, les tirs de barrage entre le futur président US Donald Trump et l’establishment, peut se poser quelques questions sur la santé mentale des maîtres de la première puissance militaire mondiale. La situation est brillamment résumée par cet article de Glenn Greenwald dans The Intercept ce 11 janvier (1), intitulé « L’Etat Profond (2) part en guerre contre le Président-Elu », dont je vous traduit ci-dessous la partie qui pose le contexte de l’affaire. Je précise à toutes fins utiles que Greenwald n’est pas un supporter de Trump et qu’il est celui qui a fait publier les découvertes d’Edward Snowden sur la NSA.  Lire la suite « Guerre ouverte entre Donald Trump et l’Etat Profond US »

Alep selon l’ONU: Syrien ne bouge.

Alep selon l’ONU: Syrien ne bouge.

Ce 30 novembre M. François Delattre, représentant permanent de la France auprès des Nations unies, s’est fendu d’un discours intitulé Alep est en train de tomber sous nos yeux  dans lequel il fustige l’action militaire sanglante sur Alep et en appelle à la communauté internationale, et en particulier à la Russie, à « rompre l’engrenage en cours – un engrenage dont le legs sera un pays dévasté, promis à des décennies d’instabilité, de violence et de terrorisme.« (1). Certes. C’est juste dommage, pour la France, d’avoir collaboré à la mise en marche de cet engrenage en prenant si rapidement parti pour les rebelles anti-Assad, qui se sont vite fait bouffer par les islamistes. On ne se serait pas mêlé des affaires internes de la Syrie qu’on en serait sans doute pas là. Non pas que le Bachar soit particulièrement sympathique mais il était reconnu comme le représentant légitime de la Syrie, qu’il est de facto redevenu. Donc tout ça pour rien, mais à quel prix! Lire la suite « Alep selon l’ONU: Syrien ne bouge. »

Pourquoi Trump?

Pourquoi Trump?

A quelques jours de l’élection présidentielle américaine, ce 8 novembre, la course entre Hillary Clinton et Donald Trump est plus incertaine que jamais. D’un côté une figure majeure de l’establishment, profondément corrompue et incompétente (1), aux amitiés douteuses mais gardienne du camp du « business as usual »: clientélisme,  interventionnisme au seul bénéfice du complexe militaro-industriel, enrichissement des plus riches et paupérisation des classes moyennes encerclées par une police militarisée. Clinton est l’égérie de l’Etat prédateur si bien décrit par James Galbraith en 2008 (2).

De l’autre côté Trump, magnat de l’immobilier le jour et guignol le soir, hors système mais récupéré par le parti républicain qui espérait ainsi s’en débarasser via les primaires, qu’il a finalement gagnées. Lire la suite « Pourquoi Trump? »

Do Not Resist: un documentaire effarant sur le joug policier

Do Not Resist: un documentaire effarant sur le joug policier

Do Not Resist vient de gagner la palme du meilleur documentaire au Tribeca Film Festival. Réalisé par Craig Atkinson, il analyse le phénomène de la militarisation de la police aux USA et décrit une situation aussi effarante qu’angoissante, une force policière passée du principe de Protect and Serve à celui de Rape and Pillage .

J’ai déjà proposé un premier article sur cette situation (1) en novembre 2015 après la réaction d’Obama suite aux abus policiers et subséquentes émeutes de Camden et Fergusson. L’arrivée massive de matériel militaire aux mains des flics a de fait transformé la police en une force d’occupation, avec toutes les caractéristiques d’une telle force: violence gratuite, immunité judiciaire, pillage, racisme exacerbé et son corollaire, haine et destruction du tissu social. Lire la suite « Do Not Resist: un documentaire effarant sur le joug policier »

15 ans après: de la physique des gratte-ciels à celle du désastre politique.

15 ans après: de la physique des gratte-ciels à celle du désastre politique.

Un gratte-ciel en structure d’acier peut-il, même en principe, s’écrouler suite à un impact aérien et/ ou à un incendie? Cette polémique datant des événements du 11 septembre 2001, et assez bien suivie sur ce blog (1), vient de faire son entrée au journal scientifique Europhysicsnews avec un article intitulé 15 years later: on the physics of high-rise building collapses (2).

Publié ce 24 août par quatre spécialistes, dont un membre de l’association Architects & Engineers for 9/11 Truth qui milite depuis des années pour la réouverture de l’enquête publique sur cet attentat, cet article résume en quelques pages les critères de construction des tours en acier pensées pour éviter toute forme d’écroulement catastrophique par cause accidentelle – chose qui n’est jamais arrivée avant ou après le 11 septembre, mais est arrivée trois fois ce jour-là y compris sur une tour, la WTC 7, qui n’a même pas subit d’impact aérien. Il examine également le modèle physique du NIST (organisme des poids et mesures américain en charge de l’enquête technique sur l’écroulement des tours) et montre qu’il ne fonctionne qu’au prix d’hypothèses fallacieuses et ne correspond pas, malgré cela, à ce qui s’est effectivement passé sur le terrain. Lire la suite « 15 ans après: de la physique des gratte-ciels à celle du désastre politique. »

Opération Bouclier de l’Euphrate

Opération Bouclier de l’Euphrate

La semaine dernière le vice-président américain Joe Biden rencontrait le dictateur turc Erdogan à Ankara dans le but de renouer le dialogue avec un pays officiellement allié, membre de l’OTAN, et dont le pouvoir vient de se débarrasser de toute opposition sérieuse par le biais d’un faux coup d’Etat. Nul doute que le rapprochement récent entre Erdogan et Poutine, après une période glacière suite à l’affaire du jet russe descendu par les turcs sur la frontière turco-syrienne en novembre dernier (1), imposait une tentative de reprise en main de la situation par les américains.

Le jour de l’arrivée de Biden, Erdogan lançait l’opération « Bouclier de l’Euphrate », envahissant une partie du territoire syrien avec ses forces spéciales, chars et aviation. Officiellement, pour chasser Deach de la ville frontière de Jarablus. En réalité, pour attaquer les 40 000 kurdes syriens regroupés au sein du YPC qui, assistés de quelques conseillers américains, se battent eux vraiment contre Daech. Les turcs ont pris Jarablus quasiment sans combattre: les islamistes de Deach qui occupaient (et occupent toujours) la ville ont simplement été invités par les turcs à se déguiser avec des uniformes de l’Armée Syrienne Libre (2). Lire la suite « Opération Bouclier de l’Euphrate »

Le politiquement correct est-il allé trop loin?

Le politiquement correct est-il allé trop loin?

Le mouvement du « politiquement correct » a démarré au début des année 90 sur les campus des universités américaines, pour ensuite se développer et se transformer, en ces mêmes lieux, en une forme de censure extrême et de constante auto-victimisation des nombreux groupes, sous-groupes et tribus revendiquant chacune ses « triggers », ses « safe spaces », ses petites angoisses et grosses intolérances envers tout ce qui de près ou de loin ne correspond pas précisément à ses propres et hypertrophiées sensibilités. Lire la suite « Le politiquement correct est-il allé trop loin? »

Zika, syndrôme de corruption avancée

Zika, syndrôme de corruption avancée

Zika, la dernière campagne anxiogène à but lucratif pour l’industrie pharmaceutique a aussi pour objectif de protéger le lobby de l’agro-business, Monsanto et ses filiales en tête,  des effets dévastateurs de leurs produits – en l’occurrence sur les nouveaux-nés. L’OMS, porte-parole de ces lobbys, a emboîté le pas au CDC (Center for Disease Control, l’institution US en charge, notamment, des épidémies) dans l’accusation du virus Zika et de leur vecteur principal, les moustiques, dans l’apparente épidémie de microcéphalie touchant les nouveaux-nés au Brésil et, pour faire bonne mesure, certains cas de maladie de Guillain-Barré. Lire la suite « Zika, syndrôme de corruption avancée »

Surarmement policier ou le risque de la force d’occupation

Surarmement policier ou le risque de la force d’occupation

En mai 2015 Barack Obama annonçait son projet d’interdiction pour la police de continuer à s’équiper en certains types d’équipements militaires, et de contrôler sérieusement les types d’armes déployées par les polices locales. il ajoutait: « Nous avons vu comme l’armement militaire peut parfois donner l’impression aux gens d’être face à une force d’occupation, plutôt qu’à une force faisant partie de la communauté et destinée à les servir et à les protéger. Cela peut aliéner et intimider les populations locales, et envoyer le mauvais message. Donc nous allons interdire certains équipements destinés au champ de bataille et non à la police. » (1) Lire la suite « Surarmement policier ou le risque de la force d’occupation »